AN­NEXE / AP­PEN­DIX GENERALITES SUR LA PRO­FES­SION DE JU­RISTE D’EN­TRE­PRISE / COM­PA­NY LAWYER

Investir en Europe - - DEBATES -

CADRE JU­RI­DIQUE

La loi n°71­1130 du 31 dé­cembre 1971 re­con­naît ex­pres­sé­ment et pour la pre­mière fois l’exis­tence de la pro­fes­sion.

La loi n°90­1259 du 31 déc. 1990 (art.26) consacre le droit pour le ju­riste d’en­tre­prise d’exer­cer une ac­ti­vi­té ju­ri­dique au sein de l’en­tre­prise(34) , avec pour seul sta­tut ce­lui de sa­la­rié si­gna­taire d’un contrat de tra­vail de droit com­mun.

Le dé­cret n°91­1197 du 27 nov. 1991 or­ga­ni­sant la pro­fes­sion d’avo­cat (art. 98­3) crée une pas­se­relle vers la pro­fes­sion d’avo­cat.

CARACTERISTIQUES DE LA PRO­FES­SION

Pro­fes­sion non ré­gle­men­tée en France.

Ti­tu­laire a mi­ni­ma du di­plôme de Mas­ter en droit ou d’un di­plôme équi­valent.

Exis­tence de Codes de dé­on­to­lo­gie non obli­ga­toires(35) . Ab­sence de dé ini­tion lé­gale de la no­tion de ju­riste d’en­tre­prise. Ab­sence d’ac­ti­vi­tés ju­di­ciaires et de clien­tèle per­son­nelle. Ab­sence de con iden­tia­li­té des avis ju­ri­diques des ju­ristes d’en­tre­prise.

Pro­fes­sion en pleine ex­pan­sion : en 2017, près de 17 000 ju­ristes d’en­tre­prises en France (bond de 7% par rap­port à 2010)(36) . Evo­lu­tion consi­dé­rable de la place et du rôle de ce pro­fes­sion­nel au cours de ces der­nières an­nées.

PRINCIPES FON­DA­MEN­TAUX DE LA PRO­FES­SION(37) In­dé­pen­dance

Con iance et in­té­gri­té

Se­cret pro­fes­sion­nel

Evi­ter les con lits d’in­té­rêt

MIS­SIONS DU JU­RISTE D’EN­TRE­PRISE(38)

«En tant que sa­la­rié d’une en­tre­prise, a pour mis­sion prin­ci­pale de conseiller, d’émettre des avis en in­terne, de ré­di­ger et né­go­cier des actes ju­ri­diques et, plus gé­né­ra­le­ment, de dé­fendre les in­té­rêts, droits et li­ber­tés de cette en­tre­prise et, le cas échéant, des en­tre­prises du groupe aux­quelles elle ap­par­tient».

REPRESENTATIVITE DE LA PRO­FES­SION AU NI­VEAU NA­TIO­NAL ET EUROPEEN

As­so­cia­tion fran­çaise des ju­ristes d’en­tre­prise (AFJE) As­so­cia­tion fran­çaise des ju­ristes d’as­su­rance et de ré­as­su­rance (AJAR)

As­so­cia­tion fran­çaise des ju­ristes de banques (ANJAB)

Cercle Mon­tes­quieu

Cercle des di­rec­teurs des af­faires ju­ri­diques (DAJ)

As­so­cia­tion eu­ro­péenne des ju­ristes d’en­tre­prise (AEJE/ECLA) As­so­cia­tion des ju­ristes fran­co­bri­tan­niques (AJFB)

LE­GAL FRA­ME­WORK

Law No. 71­1130 of 31 De­cem­ber 1971 ex­press­ly re­co­gnizes the exis­tence of the pro­fes­sion for the irst time. Law n ° 90­1259 of 31 dec. 1990 (art. 26) ensh­rines the right of a com­pa­ny lawyer to prac­tice a le­gal ac­ti­vi­ty wi­thin the com­pa­ny (34), with the on­ly sta­tus being that of an em­ployee who has si­gned a contract of em­ploy­ment un­der or­di­na­ry law.

De­cree No. 91­1197 of 27 Nov. 1991 or­ga­ni­zing the le­gal pro­fes­sion (Ar­ticle 98­3) creates a bridge to the le­gal pro­fes­sion.

CHA­RAC­TE­RIS­TICS OF THE PRO­FES­SION

Pro­fes­sion not re­gu­la­ted in France.

Holds a mi­ni­mum of a Mas­ter's de­gree in law or an equi­va­lent de­gree.

Exis­tence of non­man­da­to­ry codes of ethics (35).

Ab­sence of le­gal de ini­tion of the con­cept of cor­po­rate lawyer.

Ab­sence of ju­di­cial ac­ti­vi­ties and per­so­nal clien­tele.

Lack of con iden­tia­li­ty of le­gal opi­nions of com­pa­ny lawyers. Pro­fes­sion in full ex­pan­sion: in 2017, near­ly 17,000 com­pa­ny lawyers in France (jump of 7% com­pa­red to 2010) (36). Con­si­de­rable evo­lu­tion of the place and role of this pro­fes­sio­nal in recent years.

FUN­DA­MEN­TAL PRIN­CIPLES OF THE PRO­FES­SION (37) In­de­pen­dence

Trust and in­te­gri­ty

Pro­fes­sio­nal se­cret

Avoid con licts of in­ter­est

MIS­SIONS OF COR­PO­RATE JURISTS (38)

"As an em­ployee of a com­pa­ny, its main mis­sion is to ad­vise, to is­sue opi­nions in­ter­nal­ly, to draft and ne­go­tiate le­gal acts and, more ge­ne­ral­ly, to de­fend the in­ter­ests, rights and free­doms of this com­pa­ny and, where ap­pro­priate, the group com­pa­nies to which it be­longs.

REPRESENTATIVENESS OF THE PRO­FES­SION AT NA­TIO­NAL AND EU­RO­PEAN LE­VEL

French As­so­cia­tion of Com­pa­ny Lawyers (AFJE) French As­so­cia­tion of In­su­rance and Rein­su­rance Lawyers (AJAR) French As­so­cia­tion of Bank Lawyers (ANJAB)

Mon­tes­quieu Circle

Circle of Di­rec­tors of Le­gal Af­fairs (DAJ)

Eu­ro­pean As­so­cia­tion of Com­pa­ny Lawyers (AEJE / ECLA) As­so­cia­tion of French­Bri­tish Jurists (AJFB) (34)«Les ju­ristes d’en­tre­prise exer­çant leurs fonc­tions, en exé­cu­tion d’un contrat de tra­vail, au sein d’une en­tre­prise ou d’un groupe d’en­tre­prises, peuvent, dans l’exer­cice de ces fonc­tions et au pro it ex­clu­sif de l’en­tre­prise qui les em­ploie ou de toute en­tre­prise du groupe au­quel il ap­par­tient, donner des consultations ju­ri­diques et ré­di­ger des actes sous seing pri­vé re­le­vant de l’ac­ti­vi­té des­dites en­tre­prises».

(35)Règles de dé­on­to­lo­gie de l’AFJE ; Code de dé­on­to­lo­gie de l’AEJE ; Règles de dé­on­to­lo­gie de l’ANJAB.

(36)Source : https://www.le­gal­suite.fr/in­fo­gra­phie­ba­ro­metre­des­ju­ristes­2017/

(37)Source : dé­on­to­lo­gie de l’ANJAB.

(38)Source : Code de dé­on­to­lo­gie des ju­ristes d’en­tre­prise, AFJE/Cercle Mon­tes­quieu, oc­tobre 2014, ar­ticle 1er, com­plé­té par un Cor­pus ex­pli­ca­tif adop­té en mai 2017.

RAP­PORTS EN FRANCE SUR L’EVO­LU­TION DES RE­LA­TIONS AVO­CATS/JU­RISTES D’EN­TRE­PRISE

Rap­port Saint Pierre : le rap­pro­che­ment avo­cat/ju­riste d’en­tre­prise(39) est pré­ma­tu­ré.

Rap­port Va­raut(40) : évoque l’idée d’une fu­sion entre les avo­cats et les ju­ristes d’en­tre­prise(41) .

Rap­port Nal­let(42) : ou­ver­ture du Bar­reau au ju­riste d’en­tre­prise, sou­mis à la dé­on­to­lo­gie des avo­cats.

Rap­port émis dans le cadre d’un groupe de tra­vail créé par le Mi­nis­tère de la Jus­tice : «per­met de tra­cer l’ébauche du sta­tut d’un avo­cat exer­çant en en­tre­prise qui se­rait très proche de ce­lui de son ho­mo­logue an­glais, al­le­mand ou es­pa­gnol.»(44) .

Rap­port Dar­rois : pro­pose la créa­tion d’un sta­tut d’avo­cat en en­tre­prise per­met­tant au ju­riste d’en­tre­prise d’être ins­crit sur un ta­bleau spé­ci ique du bar­reau, avec les droits et obli­ga­tions de l’avo­cat, sauf le droit de plai­der et de dé­ve­lop­per une clien­tèle per­son­nelle(45) .

Rap­port Pra­da : lance l’idée de créa­tion du sta­tut d’avo­cat sa­la­rié en en­tre­prise(46) .

Rap­port Hae­ri : fa­vo­rable à la créa­tion d’une grande pro­fes­sion du droit, à la con iden­tia­li­té des avis du ju­riste d’en­tre­prise et à la créa­tion de l’avo­cat sa­la­rié en en­tre­prise(47) .

NO­TION DE PRO­FES­SION REGLEMENTEE

Dès lors que des lois et rè­gle­ments na­tio­naux ré­servent le droit d’exer­cer cer­taines ac­ti­vi­tés à des pro­fes­sion­nels qua­li iés, la pro­fes­sion est consi­dé­rée comme ré­gle­men­tée.

La no­tion de pro­fes­sion ré­gle­men­tée a été d’abord dé in­ie par le juge eu­ro­péen CJUE en 1996(48) , en­suite par une di­rec­tive de l’UE(49) . Le droit fran­çais ne dé init pas la no­tion. La doc­trine consi­dère qu’il s’agit d’une pro­fes­sion ré­gle­men­tée quand l’ac­cès à celle­ci n’est pas libre mais su­bor­don­née à la pos­ses­sion d’un titre spé­ci ique pro­té­gé.

Le nombre de pro­fes­sions ré­gle­men­tées au sein de l’UE va­rie for­te­ment d’un pays eu­ro­péen à l’autre(50) . RE­PORTS IN FRANCE ON THE EVO­LU­TION OF LAWYERS / COM­PA­NY LAWYERS 'RELATIONSHIPS

Saint Pierre re­port: brin­ging to­ge­ther a lawyer / com­pa­ny lawyer(39) is pre­ma­ture.

Va­raut Re­port (40): men­tions the idea of a mer­ger bet­ween lawyers and com­pa­ny lawyers (41).

Nal­let re­port (42): ope­ning of the Bar to the com­pa­ny lawyer, sub­ject to the ethics of lawyers. Re­port is­sued in the fra­me­work of a wor­king group crea­ted by the Mi­nis­try of Jus­tice: "al­lows dra­wing the out­line of the sta­tus of a lawyer prac­ti­cing in a com­pa­ny that would be ve­ry close to that of his En­glish coun­ter­part, Ger­man or Spa­nish. "(44). Dar­rois re­port: pro­poses the crea­tion of a sta­tus of lawyer in com­pa­ny al­lo­wing the com­pa­ny lawyer to be re­gis­te­red on a spe­ci ic table of the bar, with the rights and obli­ga­tions of the lawyer, ex­cept the right to plead and de­ve­lop a per­so­nal clien­tele (45).

Pra­da re­port: launches the idea of crea­ting the sta­tus of sa­la­ried em­ployee lawyer (46).

Hae­ri re­port: fa­vo­rable to the crea­tion of a large pro­fes­sion of law, to the con iden­tia­li­ty of the opi­nions of the com­pa­ny lawyer and to the crea­tion of the sa­la­ried lawyer in the com­pa­ny (47).

CON­CEPT OF RE­GU­LA­TED PRO­FES­SION

When na­tio­nal laws and re­gu­la­tions re­serve the right to per­form cer­tain ac­ti­vi­ties for qua­li ied pro­fes­sio­nals, the pro­fes­sion is consi­de­red to be re­gu­la­ted.

The con­cept of a re­gu­la­ted pro­fes­sion was irst de in­ed by the Eu­ro­pean Court CJEU in 1996 (48), then by an EU di­rec­tive (49). French law does not de ine the no­tion. The doc­trine consi­ders that it is a re­gu­la­ted pro­fes­sion when ac­cess to it is not free but sub­ject to the pos­ses­sion of a spe­ci ic pro­tec­ted title.

The num­ber of re­gu­la­ted pro­fes­sions in the EU va­ries consi­de­ra­bly from one Eu­ro­pean coun­try to ano­ther (50). (39)Juillet 1990

(40)Juillet 1997.

(41)Se­lon l’AFJE, ce rap­port a fer­mé l’ac­cès de la pro­fes­sion d’avo­cat au JE après une pé­riode tran­si­toire (sup­pres­sion de la pas­se­relle) et fait de ce­lui­ci, de­ve­nu avo­cat, un avo­cat de deuxième zone.

(42)Dé­cembre 1999, «Les ré­seaux plu­ri­dis­ci­pli­naires et les pro­fes­sions du droit», http://www.la­do­cu­men­ta­tion­fran­caise.fr/var/sto­rage/rap­ports­pu­blics/994001096.pdf

(43)Jan­vier 2006, «Rap­pro­che­ment entre les pro­fes­sions d'avo­cat et de ju­riste d'en­tre­prise : ré lexions et pro­po­si­tions», http://www.la­do­cu­men­ta­tion­fran­caise.fr/var/sto­rage/rap­ports­pu­blics/064000072.pdf

(44)«Le rap­pro­che­ment (avo­cat/en­tre­prise) consti­tue­rait un réel atout pour les en­tre­prises fran­çaises. La ré lexion doit être pour­sui­vie dans plu­sieurs do­maines, no­tam­ment l’in­ter­dic­tion pour l’avo­cat exer­çant en en­tre­prise de plai­der pour son em­ployeur ou de le re­pré­sen­ter de­vant les ju­ri­dic­tions, la ré­par­ti­tion des com­pé­tences entre le conseil des prud’hommes (re­la­tion de tra­vail) et les ins­tances or­di­nales (dis­ci­pline et dé­on­to­lo­gie), le ré­gime de re­traite ap­pli­cable à l’avo­cat exer­çant en en­tre­prise, ou en­core la pro­cé­dure et les cri­tères de choix des ju­ristes d’en­tre­prise pou­vant in­té­grer la pro­fes­sion.» (45)Mars 2009, «Rap­port sur les pro­fes­sions du droit » http://www.jus­tice.gouv.fr/art_­pix/rap_­com_­dar­rois_20090408.pd

(46)Mars 2011, «Cer­tains fac­teurs de ren­for­ce­ment de la com­pé­ti­ti­vi­té ju­ri­dique de la place de Pa­ris», www.textes.jus­tice.gouv.fr/art_­pix/1_Rap­port_­pra­da_20110413.pdf

(47)Février 2017, «L’avenir de la pro­fes­sion d’avo­cat», http://www.jus­tice.gouv.fr/pu­bli­ca­tion/rap­port_­ka­mi_­hae­ri.pdf

(48)CJUE, C­164/94, 1er février 1996, Goer­gios Ara­ni­tis : «une ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle qui, quant à ses condi­tions d’ac­cès ou d’exer­cice, est di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment ré­gie par des dis­po­si­tions de na­ture ju­ri­dique, à sa­voir des dis­po­si­tions lé­gis­la­tives, ré­gle­men­taires ou ad­mi­nis­tra­tives». A contra­rio, une pro­fes­sion ne peut être qua­li iée de ré­gle­men­tée «lors­qu’au­cune dis­po­si­tion lé­gis­la­tive, ré­gle­men­taire ou ad­mi­nis­tra­tive de l’Etat d’ac­cueil ne ré­git l’ac­cès à la pro­fes­sion, son exer­cice ou l’une de ses mo­da­li­tés d’exer­cice»

(49)Di­rec­tive 2005/36/CE du 7 sept. 2005 mo­di iée re­la­tive à la re­con­nais­sance des qua­li ica­tions pro­fes­sion­nelles (art. 3§1, a)) : «une ac­ti­vi­té ou un en­semble d'ac­ti­vi­tés pro­fes­sion­nelles dont l'ac­cès, l'exer­cice ou une des mo­da­li­tés d'exer­cice est su­bor­don­né di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment, en ver­tu de dis­po­si­tions lé­gis­la­tives, ré­gle­men­taires ou ad­mi­nis­tra­tives, à la pos­ses­sion de qua­li ica­tions pro­fes­sion­nelles dé­ter­mi­nées; l'utilisation d'un titre pro­fes­sion­nel li­mi­tée par des dis­po­si­tions lé­gis­la­tives, ré­gle­men­taires ou ad­mi­nis­tra­tives aux dé­ten­teurs d'une qua­li ica­tion pro­fes­sion­nelle don­née consti­tue no­tam­ment une mo­da­li­té d'exer­cice.»

(50)En France, il en existe 153, la moyenne eu­ro­péenne. Le re­cord est dé­te­nu par la Ré­pu­blique tchèque : 398 pro­fes­sions ré­gle­men­tées

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.