Es­paces de tra­vail, es­paces de vie ou es­paces hy­brides? Works­places, li­ving places or hy­brid spaces?

WORK­PLACES, LI­VING PLACES OR HY­BRID SPACES?

Investir en Europe - - CONTENTS -

Avec l’ar­ri­vée du nu­mé­rique, de la di­gi­ta­li­sa­tion et sur­tout des nou­velles gé­né­ra­tions, les ma­nières d’oc­cu­per les es­paces, dans la sphère pro­fes­sion­nelle comme dans la sphère pri­vée, se mo­di ient de plus en plus vite.

Cô­té en­tre­prises, l’im­pé­ra­tif du « bien­être au tra­vail » a to­ta­le­ment re­mis en ques­tion l’amé­na­ge­ment des es­paces. Tout est fait dé­sor­mais pour at­ti­rer, et sur­tout re­te­nir, les mil­len­nials qui zappent d’une en­tre­prise à l’autre. L’uni­vers pro­fes­sion­nel doit dé­sor­mais faire rê­ver, tout doit être connec­té, «er­go­no­mique », trai­té acous­ti­que­ment mais l’en­jeu va bien au­de­là du simple amé­na­ge­ment. Ca­na­pés aux cou­leurs cha­toyantes, plans de tra­vail as­sis/de­bout, ha­macs, billards, sans ou­blier un or­ne­ment plus in­time « comme à la mai­son », tout est fait pour main­te­nir dans les murs ceux qui se­raient ten­tés de ren­trer trop vite chez eux. With di­gi­tal tech­no­lo­gy, di­gi­ti­za­tion and es­pe­cial­ly new ge­ne­ra­tions, the ways of oc­cu­pying places, both in the pro­fes­sio­nal sphere and in the pri­vate sphere, are chan­ging more and more ra­pid­ly. On the bu­si­ness side, the im­pe­ra­tive of "well­being at work" has to­tal­ly chal­len­ged the layout of spaces. Eve­ry­thing is done now to at­tract, and es­pe­cial­ly re­mem­ber, mil­len­nials who zap from one com­pa­ny to ano­ther. The pro­fes­sio­nal world must be at­trac­tive, eve­ry­thing must be con­nec­ted, "er­go­no­mic", ha­ving good acous­tic but the chal­lenge goes well beyond the simple ac­co­mo­da­tion. Shim­me­ring so­fas, sit­ting / stan­ding work­tops, ham­mocks, billiards, not for­get­ting a more in­ti­mate "home­made" em­bel­lish­ment, eve­ry­thing is done to keep those who would be temp­ted to re­turn home too qui­ck­ly.

Le bon­heur au tra­vail

Dans ce cham­bou­le­ment, les es­paces sont dis­tri­bués en « zones de bien­être » di­ver­si iées: es­paces de convi­via­li­té, es­paces de détente, bu­reaux ou­verts, pe­tits es­paces fer­més, cui­sine, salle de gym, salle de jeux, fermes sur les toits, pos­si­bi­li­té de tra­vailler dans le jar­din... Tout est pos­sible et pla­ni ié pour « le bon­heur en com­mun » jus­qu’au bu­reau non at­ti­tré (Flex Of ice) qui per­met de tra­vailler n’im­porte où. Ain­si, les « sans bu­reau ixe » pro­mènent leur cad­dy (leurs af­faires) à la re­cherche d’un es­pace où s’as­seoir pen­dant que leurs ma­na­gers cherchent à les re­trou­ver. Mais tout se ter­mine bien parce que l’homme étant d’un na­tu­rel ca­sa­nier, il in­ira tou­jours par s’as­seoir au même en­droit ! Il est vrai qu’en per­dant son bu­reau in­di­vi­duel, cha­cun perd un peu ses re­pères sym­bo­liques et tra­di­tion­nels. Au­jourd’hui, de grands groupes (spé­ci ique­ment dans la Si­li­con Val­ley) vont plus loin pour que leurs sa­la­riés puissent aus­si dor­mir sur place. Mais, sans cou­pures d’es­pace, le risque est que le bien­être se trans­forme en épui­se­ment : tout faire en­semble peut avoir un ef­fet sur la san­té phy­sique et men­tale.

Dans cette am­biance de chan­ge­ment ra­di­cal, le plus sur­pre­nant est qu’à la ques­tion : Etes­vous plu­tôt pour un es­pace de tra­vail par­ta­gé ou plu­tôt pour un es­pace in­di­vi­duel ? 57% des ac­tifs ré­pondent qu’ils pré­fèrent bé­né icier d’un poste de tra­vail at­tri­bué, dans un bu­reau in­di­vi­duel fer­mé, plé­bis­ci­tant mas­si­ve­ment les modes d’or­ga­ni­sa­tion clas­siques !(1)

Po­ro­si­té des es­paces

Ces chan­ge­ments dans les nou­velles ma­nières de tra­vailler ef­facent pe­tit à pe­tit la ligne qui sé­pa­rait es­pace pri­vé et vie pro­fes­sion­nelle. Le nu­mé­rique a gom­mé la fron­tière entre tra­vail et ha­bi­tat puisque l’on peut pas­ser sa vie au tra­vail ou au contraire tra­vailler à la mai­son. Si les nou­velles formes d’ha­bi­ta­tion, par­ta­gées ou par­ti­ci­pa­tives, fa­ci­litent la vie des jeunes qui ont la bou­geotte, elles sé­duisent éga­le­ment les moins jeunes pour des rai­sons de in­ance ou d’iso­le­ment. De nou­velles formes d’ha­bi­ter sont en­core à in­ven­ter pour sa­tis­faire le « trop d’es­pace » ou le « pas as­sez d’es­pace », mais une ques­tion de­meure : Pen­dant com­bien de temps le groupe est­il vrai­ment prêt à tout par­ta­ger de fa­çon ra­di­cale, dans une so­cié­té ré­pu­tée in­di­vi­dua­liste comme en France ?

Hap­pi­ness at work

In this tur­moil, the spaces are dis­tri­bu­ted in "zones of well­being" di­ver­si ied: places of convi­via­li­ty, places of re­laxa­tion, open of ices, small clo­sed places, kit­chen, room of gym, play­room, farms on the roofs, pos­si­bi­li­ty of wor­king in the gar­den ... Eve­ry­thing is pos­sible and plan­ned for "hap­pi­ness in com­mon" to the of ice not as­si­gned (Flex Of ice) that can work anyw­here. Thus, the "no ixed of ice" walk their cad­dy (their bu­si­ness) in search of a place to sit while their ma­na­gers seek to ind them. But all ends well be­cause the man is a na­tu­ral ho­me­bo­dy, he will al­ways end up sit­ting in the same place! It is true that by lo­sing his in­di­vi­dual of ice, eve­ryone loses a lit­tle sym­bo­lic and tra­di­tio­nal land­marks.

To­day, large groups (spe­ci ical­ly in Si­li­con Val­ley) are going fur­ther so that their em­ployees can al­so sleep on the spot. But wi­thout in­di­vi­dual work­places the risk is that well­being turns in­to ex­haus­tion, doing eve­ry­thing to­ge­ther can have an ef­fect on phy­si­cal and men­tal health.

In this at­mos­phere of ra­di­cal change, the most sur­pri­sing is that to the ques­tion: Are you ra­ther for a sha­red work­place or ra­ther for an in­di­vi­dual place? 57% of em­ployees say they pre­fer to bene it from an as­si­gned works­ta­tion, in a clo­sed in­di­vi­dual of ice, mas­si­ve­ly ac­clai­ming tra­di­tio­nal or­ga­ni­za­tio­nal me­thods!(1)

Po­ro­si­ty of spaces

These changes in the new ways of wor­king gra­dual­ly erase the line se­pa­ra­ting pri­vate and pro­fes­sio­nal life. Di­gi­tal has era­sed the line bet­ween work and home, since you can spend your life at work or work at home. While new forms of hou­sing, sha­red or par­ti­ci­pa­to­ry, make life ea­sier for young people who are on the move, they al­so se­duce the less young for rea­sons of in­ance or iso­la­tion. New forms of li­ving are yet to be in­ven­ted to sa­tis­fy the "too much space" or the "not en­ough space", but one ques­tion re­mains: For how long is the group real­ly rea­dy to share eve­ry­thing so ra­di­cal, in a re­pu­ted in­di­vi­dua­list so­cie­ty like in France?

Psy­cho­lo­gie de l’es­pace

Le lo­ge­ment touche à l’in­time : « Ha­bi­ter », du la­tin ha­bi­tare, dé­rive de ha­bere qui si­gni ie «avoir ». L’ha­bi­tat consti­tue un es­pace pri­vi­lé­gié où l’in­di­vi­du « em­mé­nage » à la fois des é­lé­ments du pas­sé et des pro­jets d’avenir. Es­pace pri­vé ou es­pace pro­fes­sion­nel, l’hu­main n’est pas une masse uni­forme mais un bou­quet de per­sonnes avec un mé­lange de com­pé­tences et de ca­pa­ci­tés. Avant mem̂ e d’ha­bi­ter un lieu, l’in­di­vi­du a be­soin d’ima­gi­ner ses po­ten­tia­li­teś et de se l’ap­pro­prier. Le « prêt à vivre en­semble» et la cage do­rée concoc­tée par cer­taines en­tre­prises pour­raient nuire à l’in­di­vi­dua­lisme et au dé­sir d’au­to­no­mie. On veut bien tra­vailler tous en­semble mais en res­tant in­di­vi­duel­le­ment connec­té.

Cette ré­vo­lu­tion dans les es­paces gé­nère sou­vent des « clones d’amé­na­ge­ment » qui mi­ni­misent la culture de chaque en­tre­prise et la sin­gu­la­ri­té de cha­cun. Lo­ge­ments ou bu­reaux, l’ex­cès de for­ma­tage, de du­pli­ca­tion, du « tout pa­reil » pro­po­sé au­jourd’hui par les amé­na­geurs ou les dé­co­ra­teurs, trouvent leurs li­mites. On ne peut pas tou­jours ré­pondre par du « prêt­à­ha­bi­ter », du « prêt­à­tra­vailler » ou du « prêt­à­dé­co­rer ». Il ne peut y avoir de ré­ponse unique, stan­dar­di­sée. Il est im­por­tant de sor­tir de l’ef­fet de mode et de tra­vailler sur la per­son­na­li­té du lieu en fonc­tion de ses oc­cu­pants.

L’en­vi­ron­ne­ment in luence les com­por­te­ments et agit sur l’in­di­vi­du

On se com­porte dif­fé­rem­ment se­lon que l’on entre dans un bis­trot ou dans son lieu de tra­vail. L’en­vi­ron­ne­ment n’est pas un simple décor com­po­sé de mo­bi­lier mais un es­pace d’in­ter­re­la­tions entre une per­sonne et son en­vi­ron­ne­ment. De la même ma­nière que cer­tains in­di­vi­dus nous at­tirent et que d’autres nous agacent, nous nous sen­tons « zen » dans cer­tains lieux alors que d’autres nous laissent in­dif­fé­rents ou peuvent nous mettre car­ré­ment mal à l’aise.

Psy­cho­lo­gy of space

House af­fects pri­va­cy: "To live" (means in French lan­guage “ha­bi­ter”), de­rives from the La­tin “ha­bi­tare” and from “ha­bere” which means "to have" or “to get”. Hou­sing is a pri­vi­le­ged place where the in­di­vi­dual "moves in" from both the past and the fu­ture. Pri­vate space or pro­fes­sio­nal space, the hu­man is not a uni­form mass but a “bunch” of people with a mix of skills and abi­li­ties. Even be­fore in­ha­bi­ting a place, the in­di­vi­dual needs to ima­gine his po­ten­tial and to ap­pro­priate it. The "rea­dy to live to­ge­ther" and the gol­den cage concoc­ted by some com­pa­nies could harm in­di­vi­dua­lism and the de­sire for au­to­no­my. We all want to work to­ge­ther but re­main in­di­vi­dual­ly con­nec­ted. This space re­vo­lu­tion of­ten ge­ne­rates "plan­ning clones" that mi­ni­mize the culture of each com­pa­ny and the sin­gu­la­ri­ty of each. Hou­sing or of ices, the ex­ces­sive for­mat­ting, du­pli­ca­tion, the "all the same" pro­po­sed to­day by de­ve­lo­pers or de­co­ra­tors ind their li­mits. You can not al­ways re­spond with "rea­dy­to­live", "rea­dy­to­work" or "rea­dy­to­de­co­rate". There can be no single, stan­dar­di­zed ans­wer. It is im­por­tant to get out of the fa­shion and to work on the per­so­na­li­ty of the place ac­cor­ding to its oc­cu­pants.

The en­vi­ron­ment in luences be­ha­vior and acts on the in­di­vi­dual

We behave dif­fe­rent­ly de­pen­ding on whe­ther we en­ter a bis­tro or work­places. The en­vi­ron­ment is not a simple de­cor com­po­sed of fur­ni­ture but a space of in­ter­re­la­tions bet­ween a per­son and his en­vi­ron­ment. In the same way that some people at­tract us and others an­noy us, we feel "zen" in some places while others leave us in­dif­ferent or can put us com­ple­te­ly un­com­for­table.

L’ap­pro­pria­tion de l’es­pace est un vec­teur d’équi­libre psy­cho­lo­gique et toute mo­di ica­tion va ré­tro­agir sur le com­por­te­ment et l’état d'es­prit. Ain­si, tout pro­jet d'amé­na­ge­ment (ou de déménagement) doit prendre en compte, dès sa concep­tion, les be­soins, les res­sen­tis et les at­tentes des uti­li­sa­teurs. The ap­pro­pria­tion of space is a vec­tor of psy­cho­lo­gi­cal ba­lance and any mo­di ica­tion will re­troact on the be­ha­vior and the state of mind. Thus, any de­ve­lop­ment pro­ject (or mo­ving) must take in­to ac­count, from our concep­tion, the needs, fee­lings and ex­pec­ta­tions of users.

L’image 3D mi­ni­mise le stress du chan­ge­ment

Dans un pro­jet d’amé­na­ge­ment, tant que la réa­li­sa­tion n’est pas ter­mi­née, l’in­quié­tude sub­siste. Peu d’in­di­vi­dus ont la ca­pa­ci­té de se pro­je­ter dans leur es­pace fu­tur. Tout chan­ge­ment ren­voie à une an­goisse na­tu­relle, plus im­por­tante en­core chez ceux qui ont peu chan­gé (de tra­vail, d’ha­bi­tat). Un en­vi­ron­ne­ment connu est plus ras­su­rant qu’un en­vi­ron­ne­ment à ve­nir, même si ce­lui­ci est sup­po­sé être meilleur. Dé­mé­na­ger c’est perdre ses re­pères, c’est un mou­ve­ment dé­struc­tu­rant si on se ré­fère à l’ex­pres­sion « il dé­mé­nage », sous­en­ten­du « il dé­rai­sonne »… La ré­ponse à cette in­quié­tude est ap­por­tée par les images 3D et la vi­déo 3D. Avant tout chan­ge­ment, ces images hy­per­réa­listes, donnent une vi­sion syn­thé­tique et spa­tiale du fu­tur es­pace, donc ras­surent.

Les uti­li­sa­teurs in­aux de l’es­pace peuvent se pro­je­ter, s’ap­pro­prier la réa­li­sa­tion fu­ture, voire même la mo­di ier, sans perte de temps ni d’ar­gent et sans dé­cep­tion à l’ar­ri­vée. Voir la réa­li­té d’un lieu, avant sa trans­for­ma­tion ou sa construc­tion, li­mite le stress : on sait vers quoi on va, on peut en dis­cu­ter en amont, c’est sé­cu­ri­sant. Il n’existe pas d’amé­na­ge­ment « idéal » qui convien­drait à tout le monde mais un tra­vail préa­lable de ré lexion concer­tée donne tou­jours le sen­ti­ment d’être pris en compte et d’être ac­com­pa­gné dans le chan­ge­ment.

3D image mi­ni­mizes the stress of change

In a de­ve­lop­ment pro­ject, as long as the rea­li­za­tion is not com­ple­ted, the concern re­mains. Few in­di­vi­duals have the abi­li­ty to pro­ject them­selves in­to their fu­ture place. Any change re­fers to a na­tu­ral an­xie­ty, even more im­por­tant in those who have chan­ged lit­tle (work­places, houses). A known en­vi­ron­ment is more reas­su­ring than an up­co­ming en­vi­ron­ment, even if it is sup­po­sed to be bet­ter.

To move is to lose one's bea­rings, it is a de­struc­tu­ring mo­ve­ment when one thinks of the ex­pres­sion "he moves" im­plied "he dis­torts" ... The ans­wer to this concern is pro­vi­ded by 3D images and 3D vi­deo. Be­fore any change, these hy­per­rea­lis­tic images, give a syn­the­tic and spa­tial vi­sion of the fu­ture place, so reas­sure. Users of the place can pro­ject them­selves, take a clear vi­sion of the fu­ture rea­li­za­tion, or even mo­di­fy it, wi­thout was­ting time or mo­ney and wi­thout di­sap­point­ment in­al­ly. Seeing the rea­li­ty of a place, be­fore its trans­for­ma­tion or construc­tion, li­mits stress: we know where we are going, we can dis­cuss it ups­tream, it's safe. There is no "ideal" ar­ran­ge­ment that would be sui­table for eve­ryone but a prior work of concer­ted re lec­tion al­ways gives the fee­ling of being ta­ken in­to ac­count and being ac­com­pa­nied in the change.

(1) Ba­ro­mètre de l’Ob­ser­va­toire ACTINEO / en­quête 2017 sur la qua­li­té de vie au bu­reau.

­ Une en­quête ré­cente de l’Ob­ser­va­toire de la vie des Fran­çais au bu­reau montre que, par­mi les fac­teurs les plus im­por­tants pour se sen­tir bien au tra­vail, l’es­sen­tiel est d’abord l’am­biance avec les col­lègues. Mais, en deuxième po­si­tion res­sort le « be­soin d’avoir un es­pace per­son­nel bien à soi, idéa­le­ment un bu­reau in­di­vi­duel avec une bonne connexion et du ma­té­riel in­for­ma­tique qui fonc­tionne bien ».

­ A la ques­tion : Quel est le pire cau­che­mar au bu­reau ?

La Palme d’or re­vient au voi­sin : pour 31% le voi­sin qui a des pro­blèmes d’hy­giène, pour 26% le voi­sin qui se plaint tout le temps et pour 14% (en pro­gres­sion) le voi­sin bruyant en gé­né­ral et au té­lé­phone en par­ti­cu­lier.

­ D’autre part, une étude d’Alain d’Iri­barne (Ob­ser­va­toire de la qua­li­té de vie au bu­reau pour ACTINEO) in­dique que ceux qui tra­vaillent dans des bu­reaux in­di­vi­duels fer­més sont si­gnii­ca­ti­ve­ment plus que la moyenne « très sa­tis­faits », contrai­re­ment à ceux qui tra­vaillent dans des bu­reaux col­lec­tifs fer­més ou dans des es­paces col­lec­tifs ou­verts. ­ A recent sur­vey by the Ob­ser­va­to­ry of French Life in the of ice shows that among the most im­por­tant fac­tors to feel good at work, the main thing is irst the at­mos­phere with col­leagues. But, se­cond­ly, the "need to have a per­so­nal place of one's own, ideal­ly an in­di­vi­dual of ice with a good connec­tion and com­pu­ter equip­ment that works well".

­ To the ques­tion: What is the worst night­mare in the of ice?

The Palme d'Or re­turns to the neigh­bor: for 31% the neigh­bor who has pro­blems of hy­giene, for 26% the neigh­bor who com­plains all the time and for 14% (in pro­gres­sion) the noi­sy neigh­bor in ge­ne­ral and the te­le­phone in par­ti­cu­lar.

­ A stu­dy by Alain d'Iri­barne, for Work­place Ma­ga­zine, on the qua­li­ty of life in the of ice in­di­cates that those wor­king in clo­sed in­di­vi­dual of ices are si­gni icant­ly more than ave­rage "ve­ry sa­tis ied", un­like those who work in of ices clo­sed col­lec­tives or in open col­lec­tive places. To co­gi­tate.

Images : Dominique Mat­tar

(image 1 bis : salle de dé­tende / pro­po­si­tion de mo­di ica­tion en 3D)

(image 1 : salle de détente / pho­to)

(Image 2 et 2bis : Salle de for­ma­tion (pho­to) et pro­jec­tion de la salle en 3D)

(image 4 et 4bis : es­pace com­plè­te­ment vide et es­pace amé­na­gé en 3D pour s’y pro­je­ter)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.