Trois ni­veaux de sé­cu­ri­té : le­quel choi­sir ?

IT for Business - - RETOURS D’EXPÉRIENCES -

Avec la mise en oeuvre en 2016 de la ré­gle­men­ta­tion eu­ro­péenne EIDAS (elec­tro­nic Iden­ti­fi­ca­tion, Au­then­ti­ca­tion and trust Ser­vices), trois ni­veaux de sé­cu­ri­té ont été ins­ti­tu­tion­na­li­sés en Eu­rope pour la si­gna­ture élec­tro­nique de do­cu­ments. Seule la si­gna­ture qua­li­fiée peut se pré­va­loir de­vant les tri­bu­naux d’une va­leur pro­ba­toire équi­va­lente à celle d’une si­gna­ture scrip­tu­rale. No­tons tout de même que le juge reste seul… juge de ce point (comme il pour­rait d’ailleurs dé­ci­der de re­mettre en doute la va­leur d’une si­gna­ture ma­nus­crite en fai­sant ap­pel à des gra­pho­logues). Reste que la si­gna­ture qua­li­fiée est sur­tout mar­quée par la pré­sence obli­ga­toire, à un mo­ment du pro­ces­sus, en face à face du sous­crip­teur et de l’émet­teur du contrat, ce qui la rend peu adap­tée au com­merce élec­tro­nique. La si­gna­ture avan­cée, n’oblige plus à cette ren­contre, mais sup­pose que le si­gna­taire soit en pos­ses­sion d’un cer­ti­fi­cat numérique né­ces­si­tant au préa­lable que ce­lui-ci trans­mette un jus­ti­fi­ca­tif d’iden­ti­té qui se­ra va­li­dé par une Au­to­ri­té de Confiance. Là-en­core, ce­ci peut nuire à la flui­di­té du par­cours client, s’il ne dis­pose pas du pré­cieux sé­same. Fi­na­le­ment, c’est la si­gna­ture simple qui em­porte les suf­frages pour le dé­ve­lop­pe­ment de par­cours client en­tiè­re­ment dé­ma­té­ria­li­sés leur de­man­dant de s’en­ga­ger sur des contrats à faible cri­ti­ci­té. Il suf­fit dans ce cas d’un échange de mots de passe, en­voyés sur le té­lé­phone du client, pour sé­cu­ri­ser a mi­ni­ma le pro­ces­sus de si­gna­ture élec­tro­nique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.