De l’étan­chéi­té des ré­seaux so­ciaux

IT for Business - - ÉDITORIAL -

Met­tez un li­quide, bleu de pré­fé­rence, dans un ré­seau so­cial. Si les élas­tiques sont bien ser­rés là où il faut, si le ré­seau a une bonne qua­li­té d’ab­sorp­tion, tout se pas­se­ra bien. Si­non, c’est la… Et en ce mo­ment, comme as­sez souvent si on y ré­flé­chit bien, Fa­ce­book n’est pour ain­si dire pas en odeur de sain­te­té. Aux der­nières nou­velles, 50 mil­lions de comptes au­raient été po­ten­tiel­le­ment pi­ra­tés. Et l’on ne connaît pas l’éten­due de la fuite et les consé­quences pro­bables pour ceux qui, par exemple, uti­lisent Fa­ce­book pour s’iden­ti­fier au­près d’autres ser­vices.

Dif­fi­cile ain­si d’ima­gi­ner Fa­ce­book comme le po­ten­tiel sys­tème agré­ga­teur de ré­seaux so­ciaux et de mes­sa­ge­ries ins­tan­ta­nées que cer­tains sou­haitent avi­de­ment. Que faire en ef­fet pour sim­pli­fier la co­exis­tence presque obli­ga­toire des What­sapp (dé­jà chez Fa­ce­book), Ins­ta­gram, Snap­chat, aux­quels s’ajoutent les Slack, Teams, Skype, Twit­ter, Lin­ke­din, et même We­chat, si vous conver­sez avec la Chine ?

La faute par­fois à des li­mi­ta­tions tech­niques. Par exemple, Skype En­tre­prise ne fonc­tionne sur Mac qu’avec d’autres Skype En­tre­prise. La ver­sion gra­tuite de Skype, elle, ne pour­ra être ins­tal­lée sur le poste de tra­vail pro­fes­sion­nel que si la DSI l’a per­mis. What­sapp, quant à lui, ne dis­pose pas de ver­sion sur ipad.

Ou à des choix sub­jec­tifs. Les com­mer­ciaux – ce sont eux qui ra­mènent le chiffre d’af­faires – uti­lisent Lin­ke­din pour pis­ter les pro­fils et com­mu­ni­quer entre eux. Votre fille, qui est aux États-unis, poste ses pho­tos de voyage sur Ins­ta­gram. Votre grand-mère a choi­si de se concen­trer sur la maî­trise de Fa­ce­book. Vos col­lègues en­tre­pre­nants de la DRH poussent Slack quand vous es­sayez de gé­né­ra­li­ser Teams... Au­tant de fa­çons de seg­men­ter les com­mu­nau­tés et dif­fé­rents cercles de ses ré­seaux, me di­rez-vous ? Oui, tant que tout le monde s’y tient et res­pecte les conven­tions plus ou moins éta­blies. No­tam­ment sur les ca­naux à uti­li­ser - pré­fé­ren­tiel­le­ment ou ex­clu­si­ve­ment ? La loi est stricte dans cer­tains cas - dans les re­gistres pri­vé et pro­fes­sion­nel.

En pra­tique, il faut bien le dire, les élas­tiques ne tiennent pas long­temps. Mais après tout, on parle bien de ré­seaux so­ciaux, et non de ré­seaux in­for­ma­tiques. Et c’est bien la na­ture hu­maine qui les do­mine et non des règles strictes et lo­giques. Un ré­seau so­cial ne doit donc pas être étanche…

Pierre Lan­dry Ré­dac­teur en chef

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.