Shift Tech­no­lo­gy traque la fraude à l’as­su­rance

IT for Business - - START-UP - THIER­RY PARISOT

Grâce aux tech­no­lo­gies de trai­te­ment des don­nées et d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, la jeune pousse pa­ri­sienne aide les grands as­su­reurs à dé­tec­ter la fraude. Elle est éga­le­ment en train de mettre sur pied une so­lu­tion pour au­to­ma­ti­ser la ges­tion des dos­siers de si­nistre.

C’est à la suite d’un stage étu­diant, après s’être ren­con­trés sur les bancs de Po­ly­tech­nique, que Je­re­my Ja­wish et Éric Si­bo­ny ont dé­ci­dé de créer Shift Tech­no­lo­gy, la start-up qu’ils di­rigent au­jourd’hui avec Da­vid Durr­le­man. « Dans le cadre de ce stage, ef­fec­tué au sein des équipes de lutte an­ti-fraude d’un grand groupe d’as­su­rance, nous avons com­pris qu’il y avait un vrai be­soin d’in­dus­tria­li­sa­tion dans ce do­maine et que seule une so­lu­tion in­for­ma­tique in­té­grant un réel sa­voir-faire mé­tier pou­vait y ré­pondre », ra­content-ils. Pen­dant leur 4ème an­née d’études, les deux hommes se lancent alors dans le dé­ve­lop­pe­ment d’un pro­to­type com­bi­nant l’ex­per­tise as­su­ran­tielle ac­quise lors de leur stage et leurs nou­velles com­pé­tences en trai­te­ment sta­tis­tique des don­nées, en par­ti­cu­lier dans le do­maine du big da­ta et de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (IA).

Ra­pi­de­ment com­plé­tée par un de­si­gner, la pe­tite équipe met au point sa pre­mière so­lu­tion, au­tour d’un mo­teur d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle cou­plant ap­pren­tis­sage au­to­ma­tique (ma­chine lear­ning) et théo­rie des graphes, en re­pro­dui­sant chaque opé­ra­tion hu­maine par un al­go­rithme. « À l’aide de ce mo­teur, notre so­lu­tion est ca­pable de dé­tec­ter les si­gnaux faibles et forts de fraude, y com­pris en bande or­ga­ni­sée, dé­taille Je­re­my Ja­wish, à la tête de l’en­tre­prise. Plus con­crè­te­ment, nos al­go­rithmes per­mettent de mo­dé­li­ser l’ana­lyse des don­nées des po­lices d’as­su­rance et des dé­cla­ra­tions de si­nistres, ain­si que des don­nées ex­té­rieures, tout en in­té­grant le sa­voir-faire des as­su­reurs » . Fin 2014, la star­tup est lau­réate du « Concours Mon­dial d’in­no­va­tion 2030 » du mi­nis­tère de l’éco­no­mie, elle réa­lise une pre­mière le­vée de fonds de 1,4 mil­lion d’eu­ros, puis signe en 2015 son pre­mier client pour un pro­jet en France, et un autre, dans la fou­lée, à Sin­ga­pour.

Deux nou­velles le­vées de fonds plus tard, pour un to­tal de près de 40 mil­lions d’eu­ros, Shift Tech­no­lo­gy tra­vaille au­jourd’hui avec une soixan­taine d’as­su­reurs, dans une ving­taine de pays, sé­duits par sa so­lu­tion. Ou plu­tôt par ses so­lu­tions, puisque la start-up dis­pose au­jourd’hui de deux gammes de pro­duits. D’une part, sa so­lu­tion his­to­rique de dé­tec­tion de fraude, dans tous les do­maines de l’as­su­rance, qui connaît un cer­tain suc­cès. « Notre so­lu­tion per­met de dé­tec­ter plus ef­fi­ca­ce­ment les cas dou­teux, en poin­tant les rai­sons de sus­pi­cion, et donc à nos clients de réa­li­ser de sub­stan­tielles éco­no­mies, ex­plique le PDG. D’au­tant que pour être ins­tal­lée, notre so­lu­tion de­mande très peu d’in­ves­tis­se­ment tech­nique ou fi­nan­cier » . D’autre part, une so­lu­tion pour au­to­ma­ti­ser la ges­tion des si­nistres (conso­li­da­tion des in­for­ma­tions, vé­ri­fi­ca­tion de la cou­ver­ture, dé­ci­sion de res­pon­sa­bi­li­té, ni­veau de prise en charge, etc.), en­core en cours de dé­ve­lop­pe­ment, mais dé­jà uti­li­sée par cer­tains clients qui en ap­pré­cie­raient l’ef­fi­ca­ci­té. « Ce suc­cès s’ex­plique sans doute par le fait que la ges­tion des dos­siers de si­nistre né­ces­site de trai­ter des in­for­ma­tions de toutes na­tures, pas tou­jours fa­ciles à réunir et à ana­ly­ser », ob­serve Je­re­my Ja­wish.

Si Shift Tech­no­lo­gy est bien consciente que les géants du dé­ci­sion­nel ne tar­de­ront pas à ve­nir la ta­qui­ner sur son ter­rain, elle est éga­le­ment convain­cue que son ex­per­tise mé­tier et son avance consti­tuent de re­dou­tables atouts. Sans ou­blier son ef­fec­tif, qui compte au­jourd’hui quelque 160 col­la­bo­ra­teurs, ni sa pré­sence mon­diale avec des bu­reaux à Pa­ris, Sin­ga­pour, Hong Kong, Zu­rich, Londres, Ma­drid, et tout ré­cem­ment à Bos­ton et To­kyo. « Nous sommes d’ailleurs en train de concen­trer nos ef­forts sur ces deux der­nières im­plan­ta­tions, en par­ti­cu­lier aux États-unis, des zones stra­té­giques », conclut Jé­ré­my Ja­wish.

Éric Si­bo­ny, Je­re­my Ja­wish, Da­vid Durr­le­man

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.