Plein la gueule

Jalouse - - PÉPITES -

Tou­jours à vou­loir cho­quer le bour­geois, Gas­par Noé. Après le bou­cher in­ces­tueux adi­peux de Seul contre tous, le viol pro­lon­gé de Mo­ni­ca Bel­luc­ci d'irréversib­le, genre je-suis-le-réal-qui-sa­lit-l'égé­riel'oréal, voi­ci Love qui dé­barque au cinéma – une des « sen­sa­tions » du der­nier Fes­ti­val de Cannes –, his­toire d'amour crue, cul et en 3D. Le sexe qui crève l'écran, rien de nou­veau, pour­tant. Alors que dans l'amé­rique des an­nées 50 fleu­rissent dans les dri­vein les in­va­sions d'ex­tra­ter­restres et de suc­cubes « en re­lief », des courts-mé­trages soft­core ap­pa­raissent sous le man­teau, plus ra­re­ment sur grand écran (A Vir­gin in Hol­ly­wood, 1953). Triom­phant à l'aube des an­nées 70, le por­no s'en­gouffre dans la 3D avec al­lé­gresse (The Ste­war­desses, en 1969, à la fois ré­vo­lu­tion tech­nique et car­ton au box-of­fice) jus­qu'aux an­nées 80. Des pas­tiches comme This Ain't Ava­tar XXX 3D, en 2010, re­lancent le genre. En France, même Marc Dor­cel s'y frotte avec un Ka­ma-su­tra gen­tillet. Mais, oné­reuse et elle aus­si vic­time de la concur­rence du net, la « 3D X» at­tend tou­jours son coup de fouet. Peut être grâce aux ef­forts au­teu­ri­sants de Noé ? jean-pas­cal gros­so

LOVE de et avec Gas­par Noé, avec aus­si Karl Glus­man, Kla­ra Kris­tin… Sor­tie le 15 juillet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.