De quoi de­ve­nir chèvre

Jalouse - - BREAKING NEWS - Par Noé­mie Le­coq

SUR LEUR PRE­MIER SINGLE FOU­GUEUX ET SAR­CAS­TIQUE, LES QUATRE LONDONIENN­ES DE GOAT GIRL FONT LEURS PRE­MIERS PAS SOUS NOS YEUX ÉBAHIS.

Nou­velles re­crues de l’écu­rie Rough Trade, les An­glaises de Goat Girl mettent d’em­blée la barre très haut : à peine si­gnées en sep­tembre, elles sortent sous forme de 45 tours Coun­try Sleaze/scum, un double single ébou­rif­fant qui donne un coup de fouet au rock an­glais. Que sait-on de ces sau­va­geonnes qui dé­gagent au­tant de pa­nache que de ve­nin? Elles se cachent der­rière des pseu­dos (Clot­tie Cream, L.E.D., Nai­ma Jel­ly et Ro­sy Bones), ont tour­né cet au­tomne avec Yak et Par­quet Courts, et viennent de la bouillon­nante scène rock du sud de Londres, comme Fat White Fa­mi­ly. Elles ont d’ailleurs plus d’un point com­mun avec ces der­niers : les deux groupes ont tra­vaillé avec la pro­duc­trice Mar­go Broom, ont de toute évi­dence beau­coup écou­té The Fall et jouent des chan­sons dé­braillées, tour à tour cin­glantes et non­cha­lantes.plus sub­til, Goat Girl se dis­tingue par leurs voix graves, qui chantent des pa­roles sar­cas­tiques et pi­quantes d’un ton las, fa­çon Elas­ti­ca. En at­ten­dant leur pre­mier al­bum, qui de­vrait ar­ri­ver au prin­temps, on doit se conten­ter d’écou­ter en boucle leurs deux pre­miers mor­ceaux pro­met­teurs, entre grunge fou­gueux et ga­rage lo-fi, ou de re­gar­der avec en­vie leurs vi­déos de concerts in­cen­diaires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.