James Righ­ton

Jalouse - - INFLUENCE -

Mu­si­cien. Londres. Tes mor­ceaux ?

Sub­ways de The Ava­lanches, leur nou­vel al­bum, à écou­ter en en­tier en réa­li­té, se­ra la B.O. de mon été, il est comme une brise psy­ché­dé­lique et en­so­leillée. Nat­ty Dread de Bob Mar­ley. Trop de mecs re­pre­nant

No Wo­man no Cry avec une gui­tare dans les soi­rées m'avaient fait dé­tes­ter sa musique, mais je ne sors plus et peux à nou­veau ap­pré­cier le gé­nie de Bob. Il sonne tout sim­ple­ment “été et rhum”. Ton en­droit ? La Pro­vence, il y a tout ce que tu peux dé­si­rer pour l'été. Et le plus im­por­tant, le ro­sé. Je tente tous les ans l'as­cen­sion du mont Ven­toux à vé­lo. 21 km, avec uni­que­ment de la côte, qui te font te sen­tir vi­vant d'une ma­nière très dou­lou­reuse ! Un fes­ti­val ? The Great Es­cape à Brigh­ton, va­riante an­glaise du SXSW, mais dans une pe­tite ville de bord de mer. J'y joue deux fois cette an­née et ce­la va lan­cer mon été. Si le cli­mat le veut bien. Un sou­ve­nir d’été ? J'ai une place spéciale dans mon coeur pour le fes­ti­val Cal­vi on the Rocks. J'y ai joué avec Klaxons, mon pré­cé­dent groupe, en 2009. Le line-up était in­croyable pour un si pe­tit fes­ti­val (LCD, Soul­wax, Phoe­nix…). J'y ai ren­con­tré une vraie bande d'amis et suis re­tour­né plu­sieurs fois en Corse. Un livre ? J'ai une grande pile de livres à cô­té de mon lit parce que je suis as­sez bon pour pro­cras­ti­ner en ce qui concerne la lec­ture. Cet été, je vais ten­ter de fi­nir Pour me de A.A. Gill, Le Ventre de Pa­ris de Zo­la et Les Puis­sances des té­nèbres d'an­tho­ny Bur­gess. Après les va­cances ? La sor­tie du pre­mier al­bum de Shock Ma­chine, mon nou­veau pro­jet. En­core plus de concerts, d'écri­ture et de che­veux gris. @sho­ck_­ma­chine

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.