Ne pas ré­col­ter trop tôt le chou fri­sé

Jardin Facile - - Pratiques -

■ Il existe une règle de base pour la culture de ce lé­gume d’hi­ver clas­sique : plus long­temps on le laisse en place, plus ses feuilles fri­sées dé­co­ra­tives au­ront un goût aro­ma­tique. Sous l’ac­tion du froid, les feuilles sont plus su­crées et le chou est plus fa­cile à di­gé­rer. En ef­fet, une baisse des tem­pé­ra­tures ra­len­tit le mé­ta­bo­lisme et, par consé­quent, la consom­ma­tion en sucre de la plante, mais à la lu­mière du jour, la plante vi­vace conti­nue à fa­bri­quer du sucre grâce à la pho­to­syn­thèse. Le fait de la con­ge­ler après la ré­colte ne per­met pas d’amé­lio­rer en­core le goût. Le chou fri­sé pousse dans une pla­te­bande au sol hu­mide et hu­mi­fère. Outre les va­rié­tés vertes clas­siques, il en existe éga­le­ment à feuilles et à pé­tioles brun rouge ou rouge vio­let. Le se­mis s’ef­fec­tue, de pré­fé­rence, en mai/juin, les jeunes plants ache­tés peuvent être plan­tés jus­qu’à la mi-juillet. Les exi­gences en ma­tière d’em­pla­ce­ment sont re­la­ti­ve­ment li­mi­tées, un ap­port de nu­tri­ments

du­rant la phase de crois­sance prin­ci­pale sti­mule le dé­ve­lop­pe­ment de la plante. Conseil : lorsque l’on coupe la tige des va­rié­tés de pe­tite taille à quelques cen­ti­mètres du sol, les plantes re­partent au prin­temps. D’ailleurs, les feuilles tendres au prin­temps sont dé­li­cieuses en sa­lade.

En cas de be­soin, cou­pez les feuilles à par­tir du mi­lieu vers le haut. Les feuilles re­la­ti­ve­ment co­riaces de la base peuvent être uti­li­sées pour le paillage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.