ƤE;DH^A H3Q4BD

Jazz Magazine - - DOSSIER -

Daa­houd

À elle seule, l’in­tro­duc­tion vaut dé­jà son pe­sant d’or : d’abord une fi­gure im­pé­rieuse, presque pé­remp­toire, ré­pé­tée trois fois en mo­du­la­tions as­cen­dantes ; puis, dé­li­cieux contraste, une sé­rie d’ac­cords cris­tal­lins amou­reu­se­ment égrai­nés, dé­bou­chant sou­dain sur un trait ra­pide des­cen­dant par trois pa­liers suc­ces­sifs, en par­faite sy­mé­trie avec l’ou­ver­ture. Mais voi­là que dé­boule sur un tem­po d’en­fer le thème de Daa­houd, gra­vé à peine deux ans plus tôt par le quin­tette de Clif­ford Brown et Max Roach. Une com­po­si­tion pas fran­che­ment “pia­nis­tique”, mais le jeu de Phi­neas New­born dis­pose de suf­fi­sam­ment de res­sources or­ches­trales pour lui don­ner tout son re­lief, s’au­to­ri­sant même quelques fio­ri­tures aé­riennes sur le pont. Er­reur ou choix conscient, le pia­niste “ou­blie” la brève co­da conclu­sive ima­gi­née par Brown, pour mieux se lan­cer tête bais­sée dans une épous­tou­flante sé­rie de trois cho­rus, pro­pul­sée par le swing lé­ger et dan­sant de la paire ryth­mique Os­car Pet­ti­ford / Ken­ny Clarke. C’est d’abord une fine den­telle tis­sée en single notes dans le re­gistre ai­gu, ponc­tuée de trilles et d’acro­ba­ties en tout genre, à la­quelle la main gauche se joint bien­tôt en de ver­ti­gi­neux unis­sons (sa si­gna­ture !), pour mieux re­prendre sa li­ber­té quand ce­la l’ar­range. Après la re­prise du thème et une ré­mi­nis­cence de l’in­tro­duc­tion, une suite d’ac­cords mas­sifs au tre­mo­lo presque in­con­gru conclut ce ju­bi­la­toire tour de force pia­nis­tique, som­met d’un pre­mier al­bum qui, hé­las, n’ou­vrit ja­mais à son au­teur l’im­mense car­rière qui au­rait dû être la sienne. • Phi­neas New­born, “Here Is Phi­neas”, At­lan­tic, 1956

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.