Propre et net

ENTRE LES CONDI­TIONS MÉ­TÉO, LES TER­RAINS PLUS OU MOINS AC­CI­DEN­TÉS ET ÉVI­DEM­MENT LA TRANS­PI­RA­TION, IL Y A UN PEU DE BOU­LOT POUR NET­TOYER SES AF­FAIRES. SI L’AC­TION DE DÉSENCRASSER EST ES­SEN­TIELLE, IL CONVIENT DE PRENDRE QUELQUES DIS­PO­SI­TIONS POUR PRÉ­SER­VER

Joggeur - - Matos Entretenir Son Equipement - Par Da­mien Bul­lot. Pho­tos : Da­mien Bul­lot et ar­chives

COMME LA RÉ­CU­PÉ­RA­TION, PRENDRE SOIN DE SES VÊ­TE­MENTS JUSTE APRÈS SON FOO­TING PER­MET DE LES PRÉ­SER­VER ET LES FAIRE DU­RER.

Une bonne séance de course à pied en­traîne une bonne trans­pi­ra­tion, voire quelques traces de sa­le­té comme de la terre et la boue. Pre­mier ré­flexe en ren­trant chez soi, se dé­chaus­ser, se désha­biller pour fi­ler à la douche. Les chaus­sures res­tent dans un coin en at­ten­dant la pro­chaine sor­tie, quand les vê­te­ments, eux, filent à la ma­chine et se­ront la­vés dans la fou­lée avec le reste du linge de la mai­son. Une pra­tique ré­pan­due mais peu ef­fi­cace pour pré­ser­ver vos af­faires sur le long terme comme pour les la­ver ef­fi­ca­ce­ment. Bien évi­dem­ment, il eut été plus simple de vous tour­ner vers les éti­quettes d’in­for­ma­tion pour en sa­voir un peu plus… sauf que vous les avez re­ti­rées ! Dis­tin­guons de suite les chaus­sures et la te­nue, bien qu’il y ait cer­taines si­mi­li­tudes dans l’en­tre­tien. Pour les chaus­sures, les dis­cours va­rient d’une marque à l’autre… quand elles veulent bien ré­pondre ! Chez Sa­lo­mon par exemple, il n’y a « au­cune contre-in­di­ca­tion à la­ver ses chaus­sures en ma­chine. Lors des tests en la­bo­ra­toire, elles passent 8 heures à 60 °C, afin de voir leur ré­sis­tance. Et elles res­sortent en ex­cellent état, en plus d’être propres ! », comme nous l’a confié Ch­ris­tian Loos, pro­duct ma­na­ger chez Sa­lo­mon Foot­wear Run­ning. Sans al­ler sur cette mé­thode, Ch­ris­tian ajoute qu’il n’y a « au­cun pro­blème à pas­ser vos chaus­sures à 30 °C, dans un cycle court ou nor­mal ». Mais ce qui vaut pour Sa­lo­mon ne vaut pas pour d’autres. Chez le géant Ka­len­ji, il est conseillé de ne « pas la­ver les chaus­sures de run­ning en ma­chine

(…), les di­men­sions des chaus­sures pour­raient bou­ger avec la tem­pé­ra­ture et cer­tains élé­ments se dé­col­ler. Nous conseillons un net­toyage à l’eau claire froide avec une brosse. » Une pra­tique ef­fi­cace, et de toute ma­nière qua­si obli­ga­toire pour en­le­ver le plus gros des dé­pôts avant, éven­tuel­le­ment, de mettre ses chaus­sures en ma­chine. Votre ma­chine vous re­mer­cie­ra.

Vive les net­toyants spé­ci­fiques

Si l’eau claire ne suf­fit pas, vous pou­vez éga­le­ment op­ter pour des net­toyants spé­ci­fiques pour chaus­sures de sport. Cer­taines marques pro­posent des kits com­plets avec sa­von, brosse, déso­do­ri­sant et même pro­duit ren­dant la chaus­sure im­per­méable. Pour pré­ser­ver votre ma­chine en­core et tou­jours, il convient de prendre d’autres pré­cau­tions. Sur le site mar­chand d’une grande en­seigne de dis­tri­bu­tion, il est pré­ci­sé que « la­ver ses bas­kets à la ma­chine peut en­dom­ma­ger votre lave-linge. En ef­fet, par l’ac­tion mé­ca­nique, les chaus­sures sont ame­nées à ta­per et re­bon­dir dans le tam­bour. Ces mou­ve­ments peuvent al­té­rer pré­ma­tu­ré­ment l’in­té­rieur du tam­bour. » Il est donc conseillé de les mettre avec une grosse ser­viette éponge par exemple. De même, il se­ra pré­fé­rable de désac­ti­ver l’es­so­rage si pos­sible pour évi­ter que les bas­kets n’abîment le tam­bour. À moins d’avoir un pro­gramme spé­ci­fique « la­vage des bas­kets ». Outre le bros­sage, nous conseillons éga­le­ment d’en­le­ver les la­cets et de les rin­cer avant de les mettre en fi­let pour le la­vage. Avant de lan­cer votre ma­chine, vous n’ou­blie­rez pas de mettre un peu de les­sive, la moins agres­sive pos­sible. Rap­pe­lons que l’adou­cis­sant est in­utile, et à pros­crire. Une fois le la­vage ef­fec­tué vient le temps du sé­chage. Sur ce point, tous les ac­teurs du mar­ché sont una­nimes, il ne faut « pas faire sé­cher sur une source de cha­leur ou au so­leil di­rect » comme le ré­sume Ch­ris­tian Loos, chez Sa­lo­mon. Du pa­pier jour­nal à l’in­té­rieur pour­ra ab­sor­ber une par­tie de l’hu­mi­di­té. Mais chez Jog­geur, nous avons l’as­tuce : uti­li­ser un sys­tème de sé­chage de chaus­sures de ski. Dia­ble­ment ef­fi­cace et sans risque. En quelques heures, les chaus­sures sont com­plè­te­ment sèches. Une chose est cer­taine, comme les in­gé­nieurs de Ka­len­ji le rap­pellent, « il faut net­toyer ses chaus­sures le plus vite pos­sible après la séance pour évi­ter de de­voir bros­ser

très fort et donc abî­mer les com­po­sants comme le Mesh ou la tige. De même, sto­ckez-les dans un sac aé­ré le temps du trans­port ».

Et les tex­tiles ?

Pour les vê­te­ments, c’est un peu la même his­toire. Mais avant toute chose, Maxime Lips­zyc, de Ry­wan, rap­pelle une évi­dence : « Les chaus­settes (NDLR : comme les autres af­faires) doivent être la­vées avant le por­ter ini­tial… Il y a une di­zaine d’an­nées, une étude avait es­ti­mé qu’une paire de chaus­settes était tou­chée en moyenne 40 fois. La ga­ran­tie d’hy­giène est donc com­pro­mise… ». Pour ce pre­mier la­vage comme pour les suivants, Ch­ris­tian Loos, de Sa­lo­mon, nous éclaire : « Idéa­le­ment, il est pré­fé­rable de la­ver ses vê­te­ments de sport sé­pa­ré­ment des autres vê­te­ments. Mais ce­la n’est pas tou­jours pos­sible. Il est donc né­ces­saire de res­pec­ter cer­taines consignes en termes de tem­pé­ra­ture et de pro­gramme. Pen­sez à re­tour­ner les maillots pour évi­ter le frot­te­ment entre les dif­fé­rents vê­te­ments. » Cette foi, Ka­len­ji va à l’in­verse : « Les vê­te­ments de run­ning peuvent être mé­lan­gés à d’autres, en fai­sant bien sûr at­ten­tion aux cou­leurs. Nous conseillons l’uti­li­sa­tion d’un fi­let de la­vage pour pro­té­ger et/ ou iso­ler les pièces les plus fra­giles, d’autres pièces pou­vant les abî­mer no­tam­ment les tex­tiles avec vel­cros ou cro­chets. » Idéa­le­ment, les éti­quettes ( voir en­ca­dré ci-contre) vous don­ne­ront les va­leurs maxi­mums pour la tem­pé­ra­ture mais, d’une ma­nière gé­né­rale, 30° est une va­leur com­mune. Pour les vê­te­ments com­pres­sifs, Lau­ra Ber­ger de chez X Bio­nic rap­pelle les mêmes choses que ses concur­rents : la­vage à 30° et pos­si­bi­li­té de mé­lan­ger tout en

res­pec­tant les cou­leurs. Avant de lan­cer votre pro­gramme, il fau­dra là en­core ajou­ter quelques in­gré­dients. Et sur ce point, les marques que nous avons sol­li­ci­tées sont una­nimes. Une pré­co­ni­sa­tion com­mune, l’uti­li­sa­tion de les­sive de bonne qua­li­té, par­fois plus oné­reuse. Les les­sives pre­mier prix sont sou­vent plus agres­sives sur les fibres. Il n’est tou­te­fois pas conseillé l’uti­li­sa­tion d’adou­cis­sant pour les mêmes rai­sons. Ch­ris­tian Loos, de Sa­lo­mon, pré­cise sur ce point : « L’adou­cis­sant abîme les fibres en bou­chant les pores de ces der­nières. Bien sou­vent, avec l’uti­li­sa­tion d’adou­cis­sant lors­qu’il s’agit d’une mem­brane, on perd l’im­per­méa­bi­li­té. Et en règle gé­né­rale, lorsque l’on trans­pire ou que l’on est trem­pé, le vê­te­ment mousse… ». Si avec tout ce­la, il reste des odeurs te­naces es­sen­tiel­le­ment de trans­pi­ra­tion, un la­vage à la main avec du bi­car­bo­nate de soude, du vi­naigre blanc et/ou du sa­von de Mar­seille fe­ra dis­pa­raître les plus te­naces fu­mets. Cer­tains vê­te­ments, comme chez X Bio­nic, sont com­po­sés de « fibres avec des ions d’ar­gent » qui agissent contre le dé­ve­lop­pe­ment des bac­té­ries et ré­duisent ain­si la for­ma­tion des odeurs. Cette ac­tion an­ti­bac­té­rienne ne se perd pas au fil de la­vage, confirme Lau­ra Ber­ger, qui conseille de faire trem­per avant le la­vage. Rap­pe­lons éga­le­ment que le choix des tex­tiles au­ra son im­por­tance

DANS L’IDÉAL, LAVEZ LES VÊ­TE­MENTS DE MA­NIÈRE SÉ­PA­RÉE, À BASSE TEM­PÉ­RA­TURE ET SANS ADOU­CIS­SANT.

dans la trans­pi­ra­tion, no­tam­ment au ni­veau des sous-vê­te­ments. Le mot de la fin à Syl­vaine Cus­sot, ath­lète et trai­leuse aguer­rie, qui rap­pelle une évi­dence : « Pour un vê­te­ment, une uti­li­sa­tion, un la­vage ! Parce que j’ai dé­jà en­ten­du des cou­reurs qui uti­lisent des af­faires plu­sieurs fois sans les la­ver »!

Chez Jog­geur, nous avons trou­vé l’as­tuce pour faire sé­cher les chaus­sures ra­pi­de­ment : nous avons op­té pour un sys­tème dé­dié au sé­chage des chaus­sures de ski. Il vaut entre 20 et 35 €, et c’est bien utile.

Pour faire sé­cher vos chaus­sures, met­tez-les à l’ombre, à l’air libre (sauf l’hi­ver s’il gèle) et pas sur une source de cha­leur comme un ra­dia­teur. Ce­la peut pa­raître pa­ra­doxal, mais, même si ce prin­cipe est plus long, il évite aux dif­fé­rents élé­ments...

Pour ceux qui ont connu le ser­vice mi­li­taire, la mé­thode consis­tant à mettre du pa­pier jour­nal dans les chaus­sures, per­met d’ab­sor­ber plus ra­pi­de­ment l’eau.

Si cer­taines marques de chaus­sures sup­portent de pas­ser en ma­chine, il convient tout de même de les net­toyer avant pour en­le­ver les ré­si­dus de boue. Une brosse, de l’eau et un sa­von spé­ci­fique font l’af­faire.

Pour les vê­te­ments les plus sales, sur­tout avec des odeurs te­naces, rien de mieux que les re­mèdes de grand-mère avec du bi­car­bo­nate de soude ou du vi­naigre pour faire trem­per, et puis du sa­von de Mar­seille avec un peu d’huile de coude.

Comme pour l’ha­leine, il existe des sprays déso­do­ri­sants et an­ti­bac­té­riens à pul­vé­ri­ser dans vos chaus­sures.

Je­tez en vrac toutes les af­faires de sport dans les ma­chines n’est pas for­cé­ment conseillé. Le mieux est de la­ver ses af­faires sé­pa­ré­ment et sans adou­cis­sant, et pour les chaus­sures, rien de mieux qu’une brosse et de l’eau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.