Onyé­tait

31 AOÛT 2017

Joggeur - - Calendrier Evenements - Par Fred Poi­rier

OCC À CHA­MO­NIX

LES COURSES DE L’UTMB PER­METTENT, AU CHOIX, DE FAIRE LE TOUR COM­PLET DU MAS­SIF DU MONT-BLANC (UTMB, 170 KM, 10 000 M DE D+), SEULE­MENT LES DEUX-TIERS DU TOUR (CCC, 101 KM, 6 100 M DE D+) OU UNI­QUE­MENT LE DER­NIER TIERS AVEC L’OCC (56 KM, 3 500 M DE D+). SANS OU­BLIER LA PLUS SAU­VAGE TDS (120 KM, 7 200 M DE D+). Jeu­di 31 août, Or­sières, Suisse, 890 mètres d’al­ti­tude. Tous les sites mé­téo lo­caux sont for­mels : il va pleu­voir. Fort même. Les 1 200 par­ti­ci­pants sont lâ­chés à 8 h 15 et, à 8 h 19..., il pleut. Fort, comme pré­vu. Très fort même par mo­ments. Du pay­sage en­vi­ron­nant, nous ne ver­rons rien. Pre­mière mon­tée vers le vil­lage de Cham­pex et son lac (10e km, 1 470 m d’al­ti­tude) où nous at­tend un tron­çon vrai­ment rou­lant et même par­fois des­cen­dant avant la pre­mière grosse mon­tée vers Bo­vine. Les pas­sages en fo­rêt nous abritent un peu du dé­luge mais les longues por­tions à dé­cou­vert nous ex­posent aux bour­rasques et à cette pluie di­lu­vienne. Un peu de brouillard au pas­sage à Por­ta­lo (20e km, 2 050 mètres) avant d’en­ta­mer une des­cente très glis­sante vers Trient, en pas­sant par le col de la For­claz. Les ruis­seaux sont de­ve­nus des tor­rents et le che­min que nous em­prun­tons leur sert à éva­cuer le trop-plein d’eau. Peu avant Trient, un cou­reur sans bâ­tons glisse et per­cute les quelques cou­reurs en contre­bas. Ma chute sur des dalles glis­santes se fe­ra res­sen­tir plus loin… Après Trient (25e km, 1 300 m d’al­ti­tude), il faut ava­ler 700 mètres de dé­ni­ve­lé po­si­tif en 4 ki­lo­mètres : pente moyenne à 18 % sur des che­mins très gras. Après Ca­togne (30e km, 2 000 mètres), c’est en lé­gère des­cente et je constate que cette fi­chue chute ( NDR : pas fa­cile à pro­non­cer !) a eu des consé­quences. J’ai un hé­ma­tome à la hanche, ce qui me gêne pour réel­le­ment cou­rir. Ajou­té au ter­rain ex­trê­me­ment glis­sant, la des­cente vers Val­lor­cine est vrai­ment longue. Nous voi­ci re­ve­nus en France. Mal­gré cette mé­téo très hu­mide, nous voyons

ré­gu­liè­re­ment des spec­ta­teurs nous en­cou­ra­ger. Après Val­lor­cine (35e km, 1 250 mètres), c’est à nou­veau rou­lant. Je ne peux hé­las al­ler très vite, même dans la des­cente vers Ar­gen­tière (43e km, 1 200 mètres). La pluie a en­fin ces­sé mais les nuages sont vrai­ment bas, ce qui nous prive du su­perbe pa­no­ra­ma que nous pour­rions contem­pler, avec no­tam­ment l’Ai­guille verte et les Drus. Ul­time mon­tée vers la Flé­gère, avec une fin très moche (à peu près le seul en­droit sur ce par­cours qui est glo­ba­le­ment jo­li) en lon­geant un té­lé­siège sur une large piste de ski consti­tuée de caillasse grise. Som­met de la Flé­gère (48e km, 1 850 mètres), on de­vrait voir les ai­guilles de Cha­mo­nix, l’ai­guille du Mi­di et le Mont-Blanc. Eh bien non, nous ne ver­rons rien d’autre que des nuages. La des­cente dans la fo­rêt est pé­nible, non pas à cause de l’en­vi­ron­ne­ment, plu­tôt agréable mal­gré la mé­téo, mais parce que la fa­tigue s’est ins­tal­lée et que ma hanche droite re­nâcle à chaque ten­ta­tive de course en des­cente. Châ­let de la Flo­ria (très bon ac­cueil et bonne cui­sine, mais là, ce se­ra sans ar­rêt buf­fet), 52e km et 1 350 m d’al­ti­tude, on aper­çoit Cha­mo­nix en contre­bas. Ul­times hec­to­mètres en fo­rêt avant de ter­mi­ner le long de l’Arve. La pluie a re­pris de plus belle de­puis une tren­taine de mi­nutes, les spec­ta­teurs sont pour­tant pré­sents. C’est en­fin l’ar­ri­vée de­vant l’église. Il fau­dra re­ve­nir pour pro­fi­ter du pay­sage et évo­luer sur un ter­rain plus fa­cile... Pro­chaine édi­tion des courses de l’UTMB, du 27 août au 2 sep­tembre 2018. www.utmb­mont­blanc.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.