L’em­pire du sens

Jogging International - - Entraînement -

On sait que le cer­veau peut mettre votre or­ga­nisme sur « pause », dans un sou­ci de pro­tec­tion, bien avant que vous ayez, en fait, at­teint vos li­mites phy­siques. Mais des études ré­centes ont mon­tré qu’il était tout à fait pos­sible de re­tar­der ce mo­ment grâce au men­tal. Une ex­pé­rience, dont les ré­sul­tats ont été pu­bliés en 2015, a été me­née par l’équipe de la pro­fes­seur Emi­ly B. Falk, de l’uni­ver­si­té de Ca­li­for­nie du Sud : des co­bayes ont re­çu des mes­sages me­na­çants. La moi­tié d’entre eux de­vaient, avant ces mes­sages, pen­ser aux va­leurs qui leur tiennent à coeur : avoir du cou­rage, être un bon pa­rent... En se ser­vant d’un scan­ner cé­ré­bral, les scien­ti­fiques ont dé­cou­vert que le cer­veau des su­jets fo­ca­li­sés sur leurs va­leurs les pous­sait à af­fron­ter les me­naces et non pas à se mettre en mode « pro­tec­tion », ce qui n’était pas le cas chez les autres co­bayes. Pour ré­su­mer : plus nous sommes concen­trés sur les choses qui nous tiennent à coeur, plus nous sommes en me­sure de dé­pas­ser les li­mites que notre cer­veau nous im­pose par­fois.

Et je fais quoi ?

Trou­vez un sens à votre course autre que cou­rir 42,195 km : le faire pour une oeuvre ca­ri­ta­tive, en l’hon­neur d’un proche, avec une équipe. Pas be­soin d’al­ler cher­cher très loin ou très com­pli­qué pour que ça fonc­tionne : « Je veux ins­pi­rer mes en­fants pour qu’ils mènent une vie plus saine » est, par exemple, une rai­son aus­si simple qu’ef­fi­cace. Votre « man­tra », vous vous le ré­pé­te­rez sur les par­ties les plus dures de la course ou lors d’un en­traî­ne­ment ar­du. Ef­fets po­si­tifs as­su­rés !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.