Si vous êtes du genre mé­lo­mane, op­tez pour une play­list qui monte cres­cen­do.

Jogging International - - Entraînement -

Ré­sul­tat : l’écoute de mu­sique avant et pen­dant la course a per­mis aux cou­reurs de par­cou­rir plus ra­pi­de­ment les 5 km, la mu­sique lente en­traî­nant les meilleurs ré­sul­tats, sans que ce­la soit sta­tis­ti­que­ment si­gni­fi­ca­tif par rap­port à la mu­sique ra­pide. Les au­teurs notent aus­si que l’écoute de la mu­sique apai­sante après la course peut ac­cé­lé­rer le re­tour aux condi­tions d’avant course, no­tam­ment avec une baisse plus ra­pide du rythme car­diaque.

SOURD ET TROP RA­PIDE ?

Quand vous écou­tez de la mu­sique en cou­rant, vous jouez par­fois avec les règles ba­siques de sé­cu­ri­té et de­ve­nez plus vul­né­rable à un dan­ger ex­té­rieur. En ef­fet, la mu­sique peut cou­vrir les bruits de la cir­cu­la­tion ou de tout autre risque lié à l’en­vi­ron­ne­ment comme un chien agres­sif, une chute de pierre lors d’un trail… C’est d’ailleurs dans cet ob­jec­tif de sé­cu­ri­té qu’une grande en­seigne mul­ti­sport avait éla­bo­ré un sac avec haut-par­leur in­té­gré qui per­met­tait au cou­reur de res­ter connec­té à sa mu­sique comme au monde, ou aux autres per­sonnes qui l’en­tou­raient. Bon, dom­mage col­la­té­ral, tout le monde « pro­fi­tait » alors de vos goûts mu­si­caux… Le Sce­nihr (Co­mi­té scien­ti­fique pour les risques sa­ni­taires émer­gents et ré­cem­ment iden­ti­fiés) de l’Union Eu­ro­péénne a mis en garde contre un autre risque lié à l’uti­li­sa­tion d’ap­pa­reils mu­si­caux por­tables à fort vo­lume pour une pé­riode pro­lon­gée : 5 à 10 % des per­sonnes qui écou­te­raient de la mu­sique dans ces condi­tions s’ex­posent à des lé­sions ir­ré­ver­sibles de l’ouïe. Au­tant dire que si vous pas­sez vos dix heures de course heb­do­ma­daires avec du black me­tal à fond dans le casque, vos oreilles risquent de vous le faire payer. En­fin, l’écoute d’une mu­sique très (ou trop) ryth­mée peut aus­si vous me­ner à choi­sir une al­lure trop ra­pide et à vous griller dès les pre­mières mi­nutes de course. Mo­ti­vé par votre mu­sique pré­fé­rée, vous par­tez sur les cha­peaux de roue, vous vous met­tez dans le rouge et pas­sez à cô­té de votre séance.

LA FFA TAPE DU POING SUR LA TABLE

À l’évi­dence, pen­dant un en­traî­ne­ment en groupe, l’uti­li­sa­tion des écou­teurs est à pros­crire. La mu­sique, même à faible vo­lume, isole des autres cou­reurs. Et si ce n’est pour des rai­sons de sé­cu­ri­té, c’est quand même un manque évident de cour­toi­sie. Et pen­dant une course ? Si on en croit la fé­dé­ra­tion d’athlétisme, la ques­tion ne de­vrait même plus se po­ser : « Le rè­gle­ment spor­tif de la FFA n’au­to­rise pas les aides ap­por­tées aux ath­lètes en

com­pé­ti­tion, que ce soit par uti­li­sa­tion de cer­tains ma­té­riels (règle F144.2 ( b), pro­hi­bant ra­dio, lec­teur de cas­sette ou cd, té­lé­phone por­table ou équi­pe­ment si­mi­laire), ou en ayant re­cours à un ou des ac­com­pa­gna­teurs. Les po­do­mètres ou GPS ne sont

pas consi­dé­rés comme une aide. » Bon, il faut bien consta­ter que, dans ce cas-là, tous les pe­lo­tons de France sont peu­plés d’af­freux hors-la-loi ! En­fin, lors de vos séances in­di­vi­duelles, si vous ne pou­vez vrai­ment pas vous pas­ser de mu­sique, pri­vi­lé­giez une play­list dont le rythme aug­mente cres­cen­do ou tra­vaillez la ca­dence de votre fou­lée en vous ca­lant sur des rythmes au­tour de 180 bat­te­ment/mi­nute, ca­dence consi­dé­rée comme « idéale » , sur quelques frac­tions de course. Si­non, que pen­sez-vous d’écou­ter votre corps et sa propre mu­sique in­terne ?

MIDDLE-SCHOOL-AGESTUDENTS.PERCEPTMOTSKILLS. (1) MILLS. EFFECTSOFMUSICONASSERTIVEBEHAVIORDURINGEXERCISEBY 1996. (2) HAYAKAWA, MI­KI, TA­KA­DA, TA­NA­KA. EFFECTS OF MU­SIC ON MOOD DU­RING BENCH STEP­PING EXER­CISE. YAMANO COL­LEGE OF A ESTHETICS, TO­KYO, JA­PAN.

(3) SZABO, SMALL, LEIGH. THEEFFECTSOFSLOWANDFAST-RHYTHMCLASSICALMUSICONPROGRESSIVECYCLINGTOVOLUNTARYEXHAUSTION. J SPORTS MED PHYSFITNESS. 1999. (4) COPELAND ET FRANKS. EFFECTS OF TYPES AND INTENSITIES OF BACKGROUND MU­SIC ON TREADMILL EN­DU­RANCE. J SPORTS MED PHYS FIT­NESS. 1991. (5) KARAGE ORG HIS. PSYCHOPHYSICAL AND ERGOGENIC EFFECTS OF SYNCHRONOUS MU­SIC DU­RING TREADMILL WAL­KING. JOUR NA LOF SPORT& EXER­CISE PSYCHOLOGY. 2009. (6) BIGLIASSI, LEÓN- DOMÍNGUEZ, BUZZACHERA, BARRETO-SIL­VA, ALTIMARI.

HOW DOES MU­SIC AID 5 KM OF RUN­NING? JOUR­NAL OF STRENGTH & CONDITIONING RE­SEARCH .2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.