Les mé­tiers de la musique :

Keyboards Recording - - SOMMAIRE -

Pro­duc­teur mu­si­cal

Quel a été votre par­cours d’études ?

Ma­thieu Hal­louin : Mon par­cours d'études est as­sez aty­pique. J'ai d'abord sui­vi une fi­lière Gé­nie Élec­tro­nique avec le Bac, puis j'ai sui­vi le DEUST VAS (Vi­bra­tions, Acous­tique, Si­gnal) à l’uni­ver­si­té du Maine, au Mans. J'ai en­suite in­té­gré quelques groupes de musique avec les­quels j'ai tour­né et sur­tout dé­cou­vert le mé­tier d’in­gé­nieur du son. Je suis pas­sé par l'Itemm au Mans pour me per­fec­tion­ner en MAO et en tech­niques du son.

Quelle a été votre évo­lu­tion pro­fes­sion­nelle ?

En 2008 après l'Itemm, j'ai vé­cu une énorme dé­con­ve­nue dans la musique qui m'a fait tout ar­rê­ter pen­dant quelques an­nées. En 2013, je dé­couvre la com­po­si­tion or­ches­trale en MAO et sur­tout la musique épique comme Two Steps From Hell ou Au­dio­ma­chine. Jus­qu'en 2015, je me per­fec­tionne en or­ches­tra­tion, mixage et mas­te­ring. Je dé­couvre les la­bels de musique de trai­lers, mu­siques ven­dues aux stu­dios hol­ly­woo­diens pour ac­com­pa­gner leurs bandes-an­nonces. En dé­but de par­cours, j’in­tègre deux la­bels amé­ri­cains ba­sés à Los An­geles, Dos Brains et Real­ly Slow Mo­tion, puis je me concentre seule­ment sur Dos Brains tout en of­frant des ser­vices de mixage aux com­po­si­teurs du mar­ché. Au­jourd'hui, j'ai in­té­gré l'équipe in­terne du la­bel en tant que di­rec­teur mu­si­cal A&R Eu­rope, main com­po­ser et pro­duc­teur au­dio.

Com­ment pou­vez-vous dé­fi­nir ac­tuel­le­ment votre ac­ti­vi­té ?

De ma­nière as­sez contra­dic­toire, je la qua­li­fie­rais de très en­ri­chis­sante et sans li­mite tout en étant ex­trê­me­ment frus­trante. Sans li­mite parce que les tech­no­lo­gies d'au­jourd'hui nous per­mettent énor­mé­ment de choses (plug-ins et VSTi) et que les évo­lu­tions conti­nuent constam­ment, avec tou­jours de nou­veaux pro­duits. Et frus­trante parce que je tra­vaille à des mil­liers de ki­lo­mètres de mes col­lègues et des com­po­si­teurs que je gère et que le mé­tier est mal­heu­reu­se­ment très éli­tiste dans sa glo­ba­li­té. En tant que di­rec­teur mu­si­cal A&R ? C'est une des par­ties que je pré­fère. Tra­vailler avec des cen­taines de com­po­si­teurs dif-

J’aime tra­vailler avec des cen­taines de com­po­si­teurs dif­fé­rents et qui viennent de tous les ho­ri­zons.

fé­rents et qui viennent de tous les ho­ri­zons. Grâce à in­ter­net, au­jourd'hui la com­mu­ni­ca­tion est très fa­cile et les échanges sont vrai­ment très en­ri­chis­sants. Il est très ai­sé de nos jours de trou­ver de nou­veaux com­po­si­teurs qui veulent tra­vailler dans ce do­maine. Pour ma part, je n'au­rais ja­mais pen­sé que Fa­ce­book puisse être un moyen de com­mu­ni­ca­tion pro­fes­sion­nelle. Pro­duc­teur au­dio Dos Brains ? Dans la fonc­tion de pro­duc­teur au­dio, j’in­clus toute la par­tie de di­rec­tion mu­si­cale. Je re­çois les mor­ceaux, je fais les re­tours de ce qui doit être amé­lio­ré ou chan­gé. Ce­la concerne aus­si bien l'or­ches­tra­tion que la construc­tion. Puis on passe à la par­tie pro­duc­tion qui concerne le mixage des mor­ceaux. Une fois les al­bums ter­mi­nés, ar­rivent le mas­te­ring et la pré­pa­ra­tion des al­bums pour les édi­teurs vi­déo. C'est 60 % de mon temps de tra­vail. Les 40 % res­tants concernent les échanges et la com­po­si­tion. Com­po­si­teur… De­puis long­temps, même en groupe ! Mais pro­fes­sion­nel­le­ment, je di­rais de­puis 2014. La de­mande est énorme mais très dif­fi­cile étant don­né la qua­li­té exi­gée. J'avoue avoir été per­du pen­dant long­temps. C'est une par­tie de mon tra­vail que j'ai mise de cô­té ces deux der­nières an­nées. Cette an­née, j'ai dé­ci­dé de re­com­po­ser beau­coup plus. J'ai éga­le­ment un par­te­naire avec qui le cou­rant et les idées passent très bien, ce qui nous per­met de tra­vailler plus ef­fi­ca­ce­ment de fa­çon com­plé­men­taire. For­ma­teur… J'ai­me­rais bien, mais pour le mo­ment je n'ai rien trou­vé en France qui puisse me per­mettre de m'épa­nouir. Je n'ai pas non plus beau­coup cher­ché, mais je n'ai pas vu beau­coup d'écoles de com­po­si­tion ici. Je pour­rais très pro­ba­ble­ment être for­ma­teur Cu­base et MAO si on me le pro­po­sait. Votre pro­jet pé­da­go­gique vi­déo… Oui, je suis en pré­pa­ra­tion, avec la plate-forme web Eve­nant et mon par­te­naire, d'un cours ap­pro­fon­di sur le trai­ler, Trai­ler Mu­sic Re­de­fi­ned. Ce se­ra très com­plet, avec énor­mé­ment de conte­nu al­lant du pro­ces­sus de com­po­si­tion à la pro­duc­tion, en sur­vo­lant le mé­tier et en pré­sen­tant les pro­fes­sion­nels qui y tra­vaillent aux États-Unis.

Quelles sont les qua­li­tés né­ces­saires pour co­or­don­ner tout ce­ci ?

Énor­mé­ment de pa­tience, c'est ce que l’on ap­prend en pre­mier. En­suite, beau­coup de so­cial et de pé­da­go­gie. So­cial parce qu'il faut être en me­sure de ren­trer dans le cercle im­mense des com­po­si­teurs et sur­tout de com­mu­ni­quer pro­fes­sion­nel­le­ment avec les la­bels. Je trouve ça plus simple sur le plan in­ter­na­tio­nal que sur le plan na­tio­nal. Et la pé­da­go­gie, tout ça tourne au­tour de mon poste de DM et A&R.

Ma­thieu Hal­louin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.