QUES­TIONS À

L'Écho Républicain - - Le Fait Du Jour -

PIERRE COLSON

Pré­sident dé­par­te­men­tal de L’ONAC

Que pen­sez-vous de cette ini­tia­tive ?

Je la trouve for­mi­dable. C’est une très belle ini­tia­tive, une vraie in­no­va­tion qui per­met de pour­suivre le de­voir de mé­moire. Ce­la per­met une trans­mis­sion de cette mé­moire. C’est une ma­nière de faire par­ti­ci­per les jeunes à cette trans­mis­sion.

Pen­sez-vous que le monde com­bat­tant ac­cepte ce genre d’in­no­va­tion ?

Il faut bien sûr ne pas faire n’im­porte quoi dans ce genre de cé­ré­mo­nies. Même si l’on in­nove, il faut qu’il y ait un res­pect. Mais, la mé­moire ne doit pas être fi­gée ou hé­mi­plé­gique. Il faut faire place à la nou­veau­té sans pour au­tant heur­ter les fa­milles, nos an­ciens.

Ces nou­velles idées peuvent-elles être uti­li­sées pour les cé­ré­mo­nies of­fi­cielles ?

Cer­tai­ne­ment. Si les jeunes ont de bonnes idées, elles peuvent ins­pi­rer les or­ga­ni­sa­teurs des cé­ré­mo­nies pa­trio­tiques, pour leur don­ner un se­cond souffle. Nous avons des de­mandes de cer­tains élus, dans les vil­lages, qui sont à la re­cherche d’idées pour dé­pous­sié­rer leurs cé­ré­mo­nies. C’est comme ce­la qu’on lit des lettres de Poi­lus, qu’on ra­conte l’his­toire d’un sol­dat du vil­lage...

Que di­riez-vous à ces jeunes Drouais ?

Il faut les fé­li­ci­ter pour leur en­ga­ge­ment. Mais, il faut aus­si sa­luer les équipes pé­da­go­giques. Pour que des élèves puissent vivre ce genre de pro­jet, il faut des pro­fes­seurs in­ves­tis et des di­ri­geants d’éta­blis­se­ments qui sou­tiennent les pro­jets. Si l’un ou l’autre ne s’in­ves­tit pas, ne prend pas le risque, les pro­jets in­no­vants ne peuvent pas émer­ger.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.