Ils vo­laient les voi­tures di­rec­te­ment dans les usines

L'Écho Républicain - - Eure-et-loir Actualité -

Cinq hommes ont été mis en exa­men, hier, pour avoir vo­lé des voi­tures dans des usines de construc­teurs.

Par­mi ces cinq hommes, deux em­ployés de l’usine Re­nault de Flins (Yve­lines). Les cinq sus­pects ont été in­ter­pel­lés mar­di et la po­lice a sai­si 20.000 €.

Âgés de 21 à 29 ans, ils sont pour­sui­vis pour vols, dé­gra­da­tions et es­cro­que­rie en bande or­ga­ni­sée, ain­si que par­ti­ci­pa­tion à une as­so­cia­tion de mal­fai­teurs.

Le 17 juin, une équipe de cam­brio­leurs tente de vo­ler dix vé­hi­cules sur le site de l’usine PSA à Pois­sy. Les mal­fai­teurs re­partent avec seule­ment deux voi­tures et sont contraints de for­cer un bar­rage de gen­dar­me­rie et d’aban­don­ner une Peu­geot 3008 dans leur fuite.

Les en­quê­teurs par­viennent à iso­ler L’ADN de deux hommes, ha­bi­tant au Havre.

Une di­zaine de jours plus tard, deux voi­tures dé­cla­rées comme vo­lées le ma­tin même sur le site de Re­nault Flins sont dé­cou­vertes avec de fausses plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion sur un par­king proche de l’usine.

Mises sur écoutes et fi­la­tures

La po­lice dé­cide de pla­cer les deux voi­tures sous géo­lo­ca­li­sa­tion en temps réel et suit leur trace jus­qu’au Havre. Elle iden­ti­fie les lignes té­lé­pho­niques de deux hommes tra­vaillant à Re­nault Flins.

Un ADN iden­tique à l’un de ceux re­le­vés sur le cam­brio­lage de Pois­sy est aus­si iso­lé, per­met­tant de lier les deux af­faires. Les sus­pects sont mis sur écoute et des sur­veillances et fi­la­tures mises en place pen­dant quatre mois.

Se­lon la po­lice, « l’en­quête a per­mis de mettre à jour l’exis­tence d’une as­so­cia­tion de mal­fai­teurs che­vron­nés […] dé­ro­bant des vé­hi­cules avant de les ache­mi­ner au Havre en vue de leur pro­bable ex­por­ta­tion ». ■

Les voi­tures vo­lées de­vaient être em­bar­quées au Havre

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.