« Elle a tout pré­mé­di­té pour s’en al­ler »

L'Écho Républicain - - Eure-et-loir Actualité - Jacques Joan­no­pou­los Twit­ter :@jjoann_­le­cho

Ju­gé pour vio­lences conju­gales, il as­sure que c’est sa com­pagne qui se­rait «une al­coo­lique, une vo­leuse et une men­teuse». Le bour­reau se pose en vic­time.

Le pré­ve­nu est très re­mon­té contre sa com­pagne, au tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Chartres. Elle est sa­ge­ment as­sise sur le banc des vic­times. Elle ne lui jette pas un re­gard. Lui vient de se faire re­ti­rer ses me­nottes par l’es­corte qui l’a ame­né. Il est en dé­ten­tion pro­vi­soire, mis en exa­men dans le cadre d’une grosse af­faire de stu­pé­fiants à Ar­rou.

Tout a l’air de les sé­pa­rer, pour­tant, lors­qu’ils se sont ren­con­trés, il y a six ans, elle est tom­bée fol­le­ment amou­reuse de lui. Elle avait 17 ans. Il en avait 32.

« Elle vole l’ar­gent de notre fille »

Ils ont eu une fille ensemble. Mais pe­tit à pe­tit, l’at­mo­sphère se dé­grade dans le couple, jus­qu’au point d’orgue, le 5 juin :

« C’est vrai que je l’ai bous­cu­lée, se dé­fend l’homme. Mais elle m’avait gi­flé parce que je lui re­pro­chais de m’avoir vo­lé de l’ar­gent. Je l’ai juste re­pous­sée ».

La femme dé­crit une scène au­tre­ment plus vio­lente : « Je me suis ré­fu­giée dans les toi­lettes. Il a dé­fon­cé la porte et il m’a frap­pée avec un mé­lan­geur à pein­ture ».

Le cer­ti­fi­cat mé­di­cal dé­crit un oeil au beurre noir et de nom­breuses ec­chy­moses sur le corps.

« Vous êtes sûre que c’est avec le mé­lan­geur à pein­ture qu’il vous a frap­pée ? », in­siste Me Jacques Vau­nois, l’avo­cat du pré­ve­nu. « En fait, il a cas­sé la porte des toi­lettes avec le mé­lan­geur. Et il m’a don­né des coups de poings dans la fi­gure ».

Le pré­ve­nu ne se lasse pas de ten­ter d’in­ver­ser les rôles : « Je suis sûr que ce qu’elle a fait, c’est pré­mé­di­té. Comme ça, elle va pou­voir ob­te­nir un ap­par­te­ment, et peut­être même pas­ser son per­mis de conduire ».

L’avo­cat de la jeune femme, Me Ber­trand Le­bailly, est aba­sour­di : « Êtes­vous en train de nous ex­pli­quer que c’est elle qui se se­rait fait toute seule un oeil au beurre noir ? »

Il ne se désar­çonne pas : « Oui, j’en suis sûr ». Sa femme se­rait « une vo­leuse qui vole l’ar­gent de notre fille, une men­teuse et une al­coo­lique ».

Il as­sure qu’il n’a au­cun pro­blème avec l’al­cool, même s’il a dé­jà été condam­né quatre fois pour ivresse au vo­lant…

Il est condam­né à vingt jours de pri­son avec sur­sis et mise à l’épreuve, avec l’in­ter­dic­tion d’en­trer en contact avec son an­cienne com­pagne. ■

« C’est elle qui se se­rait fait toute seule un oeil au beurre noir ? »

COUPS. « Je me suis ré­fu­giée dans les toi­lettes. Il a dé­fon­cé la porte et il m’a frap­pée ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.