Notre pas­sé mé­ro­vin­gien et plus en­core

Les 27es Ren­contres de l’ar­chéo­lo­gie d’eure­et­loir ont lieu, au­jourd’hui, aux ab­bayes Saint­brice

L'Écho Républicain - - Chartres Vivre Sa Ville - Gé­ral­dine Sel­lès ge­ral­dine.selles@cen­tre­france.com

L’ar­chéo­lo­gie est bien vi­vante en Eure-et-loir. La preuve avec ces 27es Ren­contres, qui don­ne­ront l’ac­tua­li­té de la re­cherche en met­tant, cette an­née, Chartres à l’hon­neur.

Des fouilles qui mettent au jour le Chartres mé­ro­vin­gien et gal­lo­ro­main : voi­ci ce que réa­lise, de­puis 2006, le ser­vice ar­chéo­lo­gique de la Ville de Chartres dans le cadre de fouilles pro­gram­mées sur le site de Saint­mar­tin­au­val. Ces der­nières an­nées, des dé­cou­vertes ma­jeures ont été mises au jour, no­tam­ment sous l’église.

C’est ce qu’émilie Por­tat, an­thro­po­logue à la Di­rec­tion de l’ar­chéo­lo­gie de la Ville de Chartres, vien­dra pré­sen­ter dans sa com­mu­ni­ca­tion, qui se­ra au coeur des 27es Ren­contres ar­chéo­lo­giques, or­ga­ni­sées par le Co­mi­té ar­chéo­lo­gique d’eu­reet­loir (Cael). L’an­thro­po­logue évo­que­ra la dé­cou­verte d’une né­cro­pole mé­ro­vin­gienne (VeVIE siècles) dans l’église et d’une quin­zaine de sar­co­phages, par­mi les­quels quatre sé­pul­tures in­tactes con­te­nant cha­cune un dé­funt : deux adultes, un en­fant et un bé­bé de cinq mois.

L’oc­ca­sion de dres­ser un « état des lieux de la re­cherche sur le site ». Émilie Por­tat abor­de­ra no­tam­ment, « d’un point de vue an­thro­po­lo­gique », la ges­tion des fu­né­railles à l’époque mé­ro­vin­gienne et la ques­tion de l’ori­gine so­ciale de la po­pu­la­tion in­hu­mée en ce lieu.

L’an­thro­po­logue ne se­ra pas la seule à in­ter­ve­nir sur l’ac­tua­li­té de la re­cherche. En tout, sept spé­cia­listes vien­dront pré­sen­ter l’ac­tua­li­té de l’ar­chéo­lo­gie eu­ré­ lienne, et de plus loin, puisque l’ar­chéo­logue Do­mi­nique Jo­ly abor­de­ra les pre­miers ré­sul­tats de la mis­sion ar­chéo­lo­gique en Mon­go­lie, à la­quelle il ap­par­tient.

Un pro­gramme ryth­mé puisque chaque com­mu­ni­ca­tion ne de­vra pas ex­cé­der quinze mi­nutes. Ce qui per­met d’ac­cueillir les ama­teurs d’ar­chéo­lo­gie. « Mais les jeunes à par­tir de 13­

14 ans peuvent tout à fait y as­sis­ter », pré­cise Do­mi­nique Jo­ly. ■

è Pra­tique.

PHOTO D’ARCHIVES

CHAN­TIER. Les fouilles ar­chéo­lo­giques ef­fec­tuées dans l’église de Saint-mar­tin-au-val se­ront au coeur des com­mu­ni­ca­tions de ces 27es ren­contres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.