« Nous se­rons plus forts à deux »

Les com­munes de Saint­de­nis­les­ponts et de Lan­ne­ray ne fe­ront plus qu’une le 1er jan­vier 2019

L'Écho Républicain - - Châteaudun Vivre Sa Ville - Phi­lippe Pro­vôt phi­lippe.pro­[email protected]­tre­france.com

La fu­sion des com­munes de Saint-de­nis-les-ponts et de Lan­ne­ray don­ne­ra nais­sance à la com­mune nou­velle de Saintde­nis/lan­ne­ray au

1er jan­vier. La mutualisation est en marche.

Dis­tantes de 4,5 km, les com­munes de Saint­de­nis­les­ponts et de Lan­ne­ray fu­sion­ne­ront le 1er jan­vier 2019 pour don­ner nais­sance à la com­mune nou­velle de Saint­de­nis/lan­ne­ray. Elle cou­vri­ra un ter­ri­toire de 41 km2 et dis­po­se­ra d’une po­pu­la­tion de 2.330 ha­bi­tants.

Pour Alain Rous­seau, le maire pon­tois, ce rap­pro­che­ment « coule de source ». Ce que confirme son ho­mo­logue lan­ne­ray­sien, Jean­yves Pa­nais : « Lan­ne­ray fait dé­jà par­tie du bas­sin de vie de Saint­de­nis, com­mune avec la­quelle nous sommes très proches et avons des points com­muns au tra­vers de syn­di­cats. Sur l’eau, le trans­port, etc. »

L’un et l’autre es­timent que leurs com­munes ont tout à ga­gner à se ma­rier, à l’heure où baissent les do­ta­tions de l’état. « Nous se­rons plus forts à deux », clament­ils d’une même voix. Cette fu­sion leur per­met­tra d’al­ler au bout d’une lo­gique « de mutualisation » pour dé­pas­ser les frac­tures ter­ri­to­riales tout en conser­vant des liens « de proxi­mi­té ».

Après un an de tra­vail, « et quelques dif­fi­cul­tés ad­mi­nis­tra­tives », rap­por­tées par Alain Rous­seau, tous les obs­tacles sont le­vés. « C’est un dossier bien fi­ce­lé, confirme le pre­mier ma­gis­trat pon­tois. Il a été d’au­tant plus fa­cile à mon­ter qu’il fait l’una­ni­mi­té des deux cô­tés. »

Un lis­sage des im­pôts

La hausse des im­pôts a évi­dem­ment cris­tal­li­sé les in­quié­tudes de la po­pu­la­tion, mais elles ont vite été le­vées par les deux mu­ni­ci­pa­li­tés. « Nos taux sont très proches, il n’y au­ra pas d’aug­men­ta­tion. Seul le fon­cier bâ­ti se­ra lis­sé sur douze ans », pré­cise Jean­yves Pa­nais.

Ce der­nier se fé­li­cite « du tra­vail qui a été ef­fec­tué pour tout har­mo­ni­ser ». Au pre­mier rang du­quel le per­son­nel com­mu­nal. « Nous dis­po­se­rons d’un ef­fec­tif de vingt­six agents, comp­ta­bi­lise Alain Rous­seau. Nous ne fe­rons pas d’éco­no­mies d’échelle sur cette ligne, mais nous pour­rons ren­for­cer tous nos ser­vices tech­niques et notre ma­té­riel. »

Jean­yves Pa­nais an­nonce une bonne nou­velle à ses ad­mi­nis­ trés : « La mai­rie de Lan­ne­ray se­ra dé­sor­mais ou­verte deux jours par se­maine et non plus deux soirs, ce qui op­ti­mi­se­ra l’ac­cueil du public. »

Autre consé­quence de la fu­sion, les agents de po­lice éten­dront leur rayon d’ac­tion jus­qu’à Lan­ne­ray, ga­ran­tis­sant ain­si une meilleure sé­cu­ri­té sur l’en­semble du ter­ri­toire (lire par ailleurs).

Pas de classe à Lan­ne­ray

Concer­nant les af­faires sco­laires, Lan­ne­ray aban­don­ne­ra le SIRP (Syn­di­cat in­ter­com­mu­nal de re­grou­pe­ment pé­da­go­gique de Lo­gron/lan­ne­ray/go­ho­ry)

au pro­fit des écoles de SaintDe­nis­les­ponts. « La classe doit fer­mer à la ren­trée 2019 mais pas en rai­son de la fu­sion. Les ef­fec­tifs ont chu­té », in­dique Jean­yves Pa­nais. Les élèves de Lan­ne­ray fi­ni­ront l’an­née sco­laire dans leur établissement ac­tuel puis re­join­dront Saint­de­nis­les­ponts ou… Lo­gron si tel est le sou­hait de leurs pa­rents.

En­fin, Alain Rous­seau sou­ligne que les as­so­cia­tions gar­de­ront leur rai­son so­ciale et que les ma­ni­fes­ta­tions pa­trio­tiques « au­ront bien lieu dans les deux com­munes » si ce­la peut ras­su­rer les an­ciens com­bat­tants. ■

INS­TI­TU­TION. La mai­rie de Saint-de­nis-les-ponts abri­te­ra le siège so­cial de la com­mune nou­velle de Saint-de­nis/lan­ne­ray, à par­tir du 1er jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.