« Se struc­tu­rer pour être cré­dibles »

L'Éclaireur du Gâtinais (Loiret) - - A La Une - JEAN-MARC THI­BAULT

Une par­tie des gi­lets jaunes veut avoir des re­pré­sen­tants ré­gio­naux pour mettre un terme à l’anar­chie et aux dé­ra­pages qui en­tachent le mou­ve­ment. D’où des groupes Fa­ce­book ré­gio­naux dont l’uti­li­té se­ra ré­fé­ren­daire.

◗ Après une pre­mière ex­pé­rience sur les ChampsÉ­ly­sées le 24 no­vembre, Jé­ré­my Clé­ment s’est ren­du sa­me­di der­nier au coeur de Pa­ris avec une ving­taine de gi­lets jaunes du Gâ­ti­nais.

« Dès 6 h 30, nous étions porte Maillot au­près de nom­breux mé­dias. Nous nous dou­tions du risque de dé­ra­page… Et c’est ar­ri­vé de par­tout. La grande ma­jo­ri­té des ma­ni­fes­tants a été dé­bor­dée par des groupes d’ex­trême gauche et d’ex­trême droite, des grou­pus­cules comme les Black blocs. Mais nous avons aus­si le sen­ti­ment d’avoir été ma­ni­pu­lés par cer­tains ser­vices de l’État, d’avoir vu des po­li­ciers dé­gui­sés en dé­lin­quants qui cassent et brûlent des voi­tures après avoir re­ti­ré les plaques d’im­ma­tri­cu­la­tion. Pa­reil pour les vi­trines, le pillage, les vols… »

Un constat édi­fiant mais la sus­pi­cion de Jé­ré­my Clé­ment n’est pas gé­né­ra­li­sée : « Je suis agréa­ble­ment sur­pris par les mé­dias ». En l’oc­cur­rence, notre gi­let jaune aty­pique, pa­tron d’une pe­tite en­tre­prise du Bâ­ti­ment à Châ­teau­Re­nard, est in­ter­ve­nu à l’an­tenne au­près de nom­breux mé­dias : CNews, BFM, LCI (de 20 heures à 20 h 45 avant le grand dé­bat de mer­cre­di der­nier), TV5 monde, RMC, Canal + (jeu­di der­nier).

« Il y a de fortes dé­cep­tions », ex­plique­t­il, par­fois aux cô­tés d’émis­saires de l’État. « Le gou­ver­ne­ment a été élu par rapport à un pro­gramme qui n’a pas été res­pec­té. L’ISF a été re­ti­ré dès le dé­but du man­dat. Les choses ont em­pi­ré en 18 mois. Cette stra­té­gie ne va pas dans le sens du peuple ».

Jé­ré­my Clé­ment es­père « un si­gnal fort comme une aug­men­ta­tion du SMIC qui ras­su­re­rait tout le monde et cal­me­rait les ar­deurs. Or le gou­ver­ne­ment n’ac­corde pas de cré­dit à notre mou­ve­ment et cherche à ga­gner du temps ».

Élire des dé­lé­gués ré­gio­naux, puis na­tio­naux

D’où une ac­tion que notre Gâ­ti­nais cherche à mé­dia­ti­ser : « Grâce à An­dré Lan­née, de Gre­noble, il existe main­te­nant 14 pla­te­formes Fa­ce­book : une par ré­gion fran­çaise. Un peu par­tout en France, ces pla­te­formes ont des mo­dé­ra­teurs qui contrôlent les pro­fils des gi­lets jaunes ins­crits. À condi­tion d’avoir un ca­sier vierge, ceux qui veulent se pré­sen­ter ex­posent leur pro­fes­sion de foi. Cette ini­tia­tive ar­rive un peu tard, mais elle est in­dis­pen­sable ».

L’idée est que chaque ré­gion de France ait deux dé­lé­gués. Le col­lège de­vra en­suite dé­si­gner des dé­lé­gués na­tio­naux.

« Cela va prendre du temps. Quand notre mou­ve­ment se­ra struc­tu­ré, ce se­ra sans équi­voque »

Le chef d’en­tre­prise gâ­ti­nais Jé­ré­my Clé­ment (ici à gauche) a plu­sieurs fois pris la pa­role dans des mé­dias na­tio­naux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.