Les tra­vaux avancent à la salle po­ly­va­lente

L'Éclaireur du Gâtinais (Loiret) - - Ferrières-en-gâtinais -

Un pres­ti­gieux pla­teau d’ins­tances of­fi­cielles ac­com­pa­gnait sa­me­di Pa­trick Ri­gault maire de Nar­gis, lors de sa pré­sen­ta­tion des voeux.

Pa­trick Ri­gault a syn­thé­ti­sé le bi­lan de l’exer­cice écou­lé en quelques phrases bien pré­cises dont le sens n’a échap­pé à per­sonne : com­ment en­tre­te­nir sa com­mune pour que les ha­bi­tants s’y sentent heu­reux et en sé­cu­ri­té, sans aug­men­ter les im­pôts, alors que l’État di­mi­nue constam­ment les sub­sides ?

Une seule ré­ponse et qui n’est pas vrai­ment sa­tis­fai­sante : faire des choix. En ac­cord avec le con­seil mu­ni­ci­pal Pa­trick Ri­gault a op­té pour un in­ves­tis­se­ment sou­te­nu par l’État, la Ré­gion et le Dé­par­te­ment : la ré­no­va­tion de la salle po­ly­va­lente, gouffre fi­nan­cier en termes de chauf­fage.

En rai­son de ce choix gui­dé par l’éco­no­mie, les tra­vaux de voi­rie, d’en­tre­tien des lo­caux com­mer­ciaux et de chan­ge­ment des ca­na­li­sa­tions du châ­teau d’eau sont donc re­pous­sés à cette an­née 2019.

Jean­Pierre Door, dé­pu­té du Loiret, et Fré­dé­ric Né­raud, vice­pré­sident du Dé­par­te­ment, ont sou­li­gné le mé­rite des pe­tites com­munes à l’image de Nar­gis, qui garde un cer­tain dy­na­misme en dé­pit de cet in­quié­tant manque de moyens.

Des mes­sages re­layés

S’adres­sant aux fa­milles, Pa­trick Ri­gault a rap­pe­lé la prise en charge des mer­cre­dis sco­laires par la CC4V et la fer­me­ture à l’été 2019 de l’école de Cour­tem­pierrre en rai­son de la baisse d’ef­fec­tif.

Il a en­suite fait part du tra­vail réa­li­sé en vue de la ré­ha­bi­li­ta­tion des mai­sons éclu­sières : une étude est en cours, sou­te­nue par la Ré­gion, le pro­gramme eu­ro­péen GAL/LEA­DER et la CC4V pour dé­ter­mi­ner quelle se­rait l’uti­li­sa­tion la plus per­ti­nente de ces mai­sons : un ac­cueil de tou­risme, un hé­ber­ge­ment ou autre.

Gé­rard Lar­che­ron, pré­sident de la CC4V, a re­layé ses pro­pos en in­sis­tant sur l’in­té­rêt éco­no­mique ma­jeur de la Scan­di­bé­rique et de ses mai­sons tant au plan lo­cal qu’au plan plus gé­né­ral du tou­risme en Gâ­ti­nais.

La conclu­sion de Pa­trick Ri­gault comme celle des autres in­ter­ve­nants, avait une di­men­sion na­tio­nale en deux vo­lets : res­ter vi­gi­lant par rap­port à un ter­ro­risme sour­nois et dra­ma­ti­que­ment or­ga­ni­sé et Jean­Pierre Door l’a confir­mé.

En­suite, com­prendre la ma­jeure par­tie des re­ven­di­ca­tions des gi­lets jaunes : oui ; ac­cep­ter le van­da­lisme : ja­mais, mais en re­vanche sor­tir de ce mag­ma gou­ver­ne­men­tal d’une ma­nière dé­mo­cra­tique et rai­son­née est le sou­hait que Pa­trick Ri­gault a for­mu­lé à l’at­ten­tion de cha­cun.

Pa­trick Ri­gault (de dos) sur­veille l’avan­cée des tra­vaux.

Pa­trick Ri­gault.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.