OLI­VIER SADRAN

CO­PRÉ­SIDENT DE NE­WREST ET PRÉ­SIDENT DU TFC

L'Édition Toulouse de La Tribune - - Les Big Boss -

Au­to­di­dacte, en­tre­pre­neur, spor­tif. Trois mots qui livrent quelques pistes sur la per­son­na­li­té d’oli­vier Sadran, l’aus­si em­blé­ma­tique que dis­cret pa­tron tou­lou­sain. Ce­lui qui a fon­dé sa pre­mière boîte à tout juste 20 ans en li­vrant des pa­niers re­pas à des ou­vriers du bâ­ti­ment à l’ar­rière de sa voi­ture di­rige au­jourd’hui la so­cié­té Ne­wrest, se­cond ac­teur mon­dial du ca­te­ring aé­rien, et pointe à la 217e place des plus grandes for­tunes de France se­lon le der­nier clas­se­ment de Chal­lenges, avec une for­tune es­ti­mée à 320 mil­lions d’eu­ros. Une suc­cess sto­ry 100 % made in Tou­louse, puis­qu’oli­vier Sadran, né à Co­lo­miers en 1969, est res­té fi­dèle à sa ré­gion. C’est à quelques rues de la place du Ca­pi­tole en ef­fet, que se si­tue le siège so­cial de Ne­wrest, créée en 1996 sous le nom de Ca­tair. L’en­tre­prise, qui compte au­jourd’hui 30 000 sa­la­riés dans 48 pays, a en­re­gis­tré un chiffre d’af­faires d’1,69 mil­liard d’eu­ros en 2015-2016. Oli­vier Sadran, qui re­ven­dique son par­cours au­to­di­dacte, aime le sport dans la vie – un voi­lier aux cou­leurs de Ne­wrest s’est élan­cé dans le Ven­dée Globe 2016 – et les com­bats en af­faires, mais garde la réus­site mo­deste, ne man­quant ja­mais une oc­ca­sion de mettre en avant « les gens très struc­tu­rés et com­pé­tents qui l’en­tourent à la di­rec­tion de Ne­wrest » . Lui se dé­fi­nit comme « un pa­tron opé­ra­tion­nel, tou­jours proche du ter­rain » . Une clé pour com­prendre cette en­tre­prise, qui réa­lise près de 75 % de son ac­ti­vi­té à l’étran­ger, et qui en dit long aus­si sur le type de ma­na­ge­ment qu’il prône. Le der­nier coup d’éclat de Ne­wrest est un contrat co­los­sal de près d’un mil­liard d’eu­ros dé­cro­ché en 2013 au­près de la SNCF pour as­su­rer la pres­ta­tion de res­tau­ra­tion dans l’en­semble des TGV en France. De­puis, l’en­tre­prise tou­lou­saine a aus­si été choi­sie par la com­pa­gnie na­tio­nale pour les ser­vices de lo­gis­tique des trains TGV, IDTGV, In­ter­ci­tés et Al­leo. Un contrat de 120 mil­lions d’eu­ros. Du cô­té du club de foot du TFC qu’il a re­pris en 2001, les af­faires sont plus dif­fi­ciles : le club réa­lise un bon dé­but de sai­son après avoir évi­té la re­lé­ga­tion de jus­tesse en fin de sai­son 2015-2016 mais il est tou­jours dé­fi­ci­taire. À la ma­noeuvre, Oli­vier Sadran a an­non­cé à la ren­trée une nou­velle stra­té­gie et des ob­jec­tifs am­bi­tieux : dé­ga­ger 5 à 6 mil­lions d’eu­ros de chiffre d’af­faires sup­plé­men­taires sur l’an­née. Pour ce­la, il a mis en place une nou­velle gou­ver­nance en confiant à Jean-fran­çois Sou­casse la pré­si­dence dé­lé­guée et à Flo­rence Val­lée la di­rec­tion gé­né­rale ad­jointe. n B. G.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.