RAY­MOND LE MOIGN

DI­REC­TEUR GÉ­NÉ­RAL DU CHU DE TOU­LOUSE

L'Édition Toulouse de La Tribune - - Les Big Boss -

En quit­tant la vie pa­ri­sienne pour Tou­louse après sa no­mi­na­tion à la tête du CHU fin 2015, Ray­mond Le Moign s’est sen­ti « dé­çu en bien… donc très content » . Ce proche de Ma­ri­sol Tou­raine – il était di­rec­teur ad­joint du ca­bi­net de la mi­nistre de­puis 2013 – avait en ef­fet pas­sé plu­sieurs an­nées à ré­flé­chir à la mise en oeuvre des po­li­tiques de san­té au sein de la haute au­to­ri­té de san­té puis à la di­rec­tion gé­né­rale de l’offre de soins. Il dé­crit son ar­ri­vée dans la Ville rose comme « un re­tour au ter­rain et à la vraie vie ». De nou­veaux chal­lenges l’oc­cupent dé­sor­mais à la di­rec­tion du 4e CHU de France, pre­mier em­ployeur pu­blic de la mé­tro­pole avec 11 744 sa­la­riés. Il re­prend le flam­beau de Jacques Lé­glise et trouve un CHU en­det­té (15 mil­lions d’eu­ros de dé­fi­cit en 2015). Une si­tua­tion qui s’ex­plique par 1 mil­liard d’eu­ros de dé­penses en­re­gis­tré ces cinq der­nières an­nées après de lourds in­ves­tis­se­ments, no­tam­ment la construc­tion de l’hô­pi­tal Pierre-paul Ri­quet à Pur­pan. Mais il reste op­ti­miste, avec un re­tour à l’équi­libre an­non­cé à ho­ri­zon 2018, grâce à des ces­sions d’ac­tifs qui de­vraient rap­por­ter entre 2,5 et 4 mil­lions d’eu­ros. La pre­mière vente a dé­jà été conclue, pour un mon­tant res­té confi­den­tiel. Elle concerne l’an­cien Ins­ti­tut Clau­dius Re­gaud, cé­dé au pro­mo­teur Kauf­man & Broad. L’autre grand chan­tier concerne la can­di­da­ture de Tou­louse pour ac­cueillir l’équi­pe­ment de pro­ton­thé­ra­pie. Un su­jet pour le­quel Ray­mond Le Moign de­vra mon­ter en pre­mière ligne face à Mont­pel­lier, elle aus­si can­di­date. n B. G.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.