Im­passe de trois pour La­ca­zette

Dé­jà ré­ser­viste en 2014 et 2016, l’at­ta­quant d’Ar­se­nal a de nou­veau été écar­té par Des­champs.

L'Équipe - - FOOTBALL - V. D.

“Il y a deux ans qui se sont écou­lés

( de­puis l’af­faire de la sex­tape). Je place le groupe au- des­sus de tout, je fais des choix pour le bien de l’équipe de France

DI­DIER DES­CHAMPS, au su­jet de l'ab­sence

de Ka­rim Ben­ze­ma. Mal­gré quelques si­gnaux né­ga­tifs de der­nier mo­ment, Alexandre La­ca­zette est tom­bé de l’ar­moire, hier, à l’an­nonce de la liste des vingt- trois, qu’il a vé­cue chez lui, à Lyon. Il n’ima­gi­nait pas vrai­ment être ré­ser­viste ( ou en l’oc­cur­rence sup­pléant) pour la troi­sième fois d ’ a f f i l é e , a p rè s l a C o u p e d u monde 2014 et l’Eu­ro 2016. Mais son cas a été ain­si ex­pé­dié par Di­dier Des­champs, en conférence de presse, quand le dou­blé de l’at­ta­quant d’Ar­se­nal en Al­le­magne ( 2- 2) est ve­nu sur le ta­pis : « Ils ont tous été bons ce soir- là. Après, c’est vrai que, sur ce match- là, c’est à mettre à son cré­dit. C’est un match, et c’est l’Al­le­magne, mais ça reste un match ami­cal. »

La re­marque, qui va­lait éga­le­ment pour An­tho­ny Mar­tial, est à confron­ter à mille dé­cla­ra­tions où le sé­lec­tion­neur a dit que le foot­ball in­ter­na­tio­nal, ami­cal ou non, était le seul cri­tère qui compte. Un m a t c h a m i c a l e n é q u i p e d e France, ça ne comp­te­rait pas ? Ce n’est sans doute pas tout à fait ce qu’il vou­lait dire. Mais ce qui compte, dans le cas du sort ré­ser­vé à La­ca­zette, ce n’est pas la contra­dic­tion, c’est ce qu’elle ré­vèle. Car ce­la ré­sume ce que Des- champs pense du joueur d’Ar­se­nal : pas beau­coup de bien.

Ben Yed­der pour­rait aus­si lui pas­ser de­vant

Il a en­chaî­né, d’ailleurs, en conti­nuant d’en­glo­ber Mar­tial dans l’ana­lyse : « À cô­té de l’Al­le­magne, il y a des moins. Ce sont des joueurs que j’ai dé­jà eus, dans cer­taines si­tua­tions, au dé­part, ou en ve­nant du banc… C’est une ana­lyse com­plète par rap­port à ce qu’ils ont pu faire dans cer­taines si­tua­tions et par rap­port à la concur­rence. Au­jourd’hui, je consi­dère que Gi­roud, Griez­mann, Fe­kir et Mbap­pé sont des at­ta­quants axiaux. Il n’y a qu’à re­gard e r : K y l i a n M b a p p é a j o u é at­ta­quant axial en Rus­sie et c’est là qu’il a été le plus per­for­mant. »

La­ca­zette est sup­pléant, mais il doit dé­sor­mais se de­man­der s’il peut en­core nour­rir quelque es­poir. La ré­flexion de Des­champs sur ses en­trées en j eu laisse même ima­gi­ner que Wis­sam Ben Yed­der puisse pas­ser de­vant lui en cas de pro­blème. Alexandre La­ca­zette, qui au­ra vingt- sept ans à la fin du mois, risque de res­ter un mo­ment en­core un bu­teur qui a ins­crit deux buts en Al­le­magne lors de sa der­nière sé­lec­tion.

Alexandre La­ca­zette après une oc­ca­sion man­quée contre la Bul­ga­rie ( 1- 0) à So­fia, le 10 oc­tobre 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.