Griez­mann en gros titre

Vic­to­rieux de son pre­mier tro­phée ma­jeur, l’at­ta­quant semble au top de sa forme avant de re­trou­ver les Bleus.

L'Équipe - - FOOTBALL - AN­TOINE MAUMON DE LONGEVIALLE

La Com­mis­sion de dis­ci­pline de la LFP, reu­nie hier, a an­non­cé le re­trait du car­ton rouge de Steve Man­dan­da, re­çu contre Guin­gamp ( 3- 3), « après vi­sion­nage des images » . Le gar­dien de l'OM avait su­bi une double peine après avoir concé­dé un pe­nal­ty face à Jimmy Briand. Il se­ra donc apte contre Amiens, de­main, lors de la der­nière jour­née de L 1. DÉCINES ( RHÔNE) – An­toine Griez­mann au­rait pu re­pen­ser à la fi­nale de Ligue des cham­pions, en 2016, quand il avait man­qué un pe­nal­ty en cours de match et n’avait pu e mp ê c h e r l a d é f a i t e d e s o n équipe aux tirs au but face au Real Ma­drid ( 1- 1, 3- 5 aux t. a. b.). Le sou­ve­nir de la fi­nale du der­nier Eu­ro contre le Por­tu­gal ( 0- 1 a. p.) au­rait pu se rap­pe­ler à lui. Il n’en a rien été. Mer­cre­di soir, à Décines, le Mâ­con­nais ( 27 ans) a sou­le­vé son pre­mier tro­phée ma­jeur (*), en étant le grand ar­ti­san de la vict o i re . Ave c u n d o u b l é e t u n e ou­ver­ture qui a amor­cé le troi­sième but , Griez­mann a confir­mé sa grande forme et mon­tré, cette fois, qu’il pou­vait être dé­ci­sif le jour J.

« J’ai es­sayé de ne pas trop y pen­ser pour ne pas être ner­veux et ne pas jouer la fi­nale avant dans ma tête, a- t- il ex­pli­qué en fin de soi­rée. Je l’ai pré­pa­rée comme je le fais ha­bi­tuel­le­ment, en jouant aux jeux vi­déo avec mes potes. » Sur le ter­rain, sa dé­con­trac­tion et sa flui­di­té balle au pied ont tran­ché avec la pres­sion in­hé­rente à l’en­jeu. Après un au­tomne dé­ce­vant, le Fran­çais a re­trou­vé toute sa confiance et son in­fluence. Au­teur de 22 buts sur la phase re­tour, il a me­né les Col­cho­ne­ros vers la deuxième place de la Li­ga – qu’ils de­vraient s’ad­ju­ger dé­fi­ni­ti­ve­ment ce week- end – et, donc, une vic­toire en C 3. Sa pres­ta­tion face à l’OM rap­pelle for­cé­ment tout ce que les Bleus peuvent at­tendre de lui en Rus­sie. Mais elle sou­ligne aus­si ce que l’At­lé­ti­co per­drait avec son dé­part cet été.

Le su­jet a nour­ri les conver­sa­tions d’après- match, alors que le joueur a pré­ve­nu qu’il au­rait cla­ri­fié son fu­tur avant le dé­but du Mon­dial et que les mé­dias ca­ta­lans consi­dèrent son trans­fert au Bar­ça en très bonne voie. « Il a dé­mon­tré qu’il était concen­tré sur l’At­lé­ti­co, a sou­li­gné Ga­bi, son ca­pi­taine. J’es­père qu’il res­te­ra avec nous. Pour nous, il se­ra le joueur le plus im­por­tant dans les pro­chaines sai­sons. »

CAR­TON ROUGE RE­TI­RÉ POUR MAN­DAN­DA

“Il doit dé­ci­der s’il veut mar­quer l'his­toire à l’At­lé­ti­co ou al­ler dans , , un club où il ne la mar­que­ra ja­mais

Le Fran­çais au­rait pu pro­fi­ter de l’al­lé­gresse pour cla­ri­fier son ave­nir. Mais ce n’était « pas le mo­ment de par­ler de [ son] fu­tur » . « Comme je dis tou­jours, quoi que dé­cident les joueurs qui nous donnent leur vie sur le ter­rain, je n’ai rien à dire et j’en suis heu­reux, a lâ­ché son en­traî­neur Die­go Si­meone. C’est sûr que s’il reste avec nous, on conti­nue­ra à gran­dir et il le sait. Mais s’il s’en va, je le re­mer­cie­rai pour tout ce qu’il a fait. » Le di­rec­teur gé­né­ral du club ma­dri­lène s’est mon­tré moins conci­liant. « Il doit dé­ci­der s’il veut mar­quer l’his­toire à l’At­lé­ti­co ou al­ler dans un club où il ne la mar­que­ra ja­mais » , a pré­ve­nu Miguel An­gel Gil Ma­rin.

Mal­gré une ju­teuse re­va­lo­ri­sa­tion sa­la­riale en cas de pro­lon­ga­tion, dif­fi­cile de ne pas voir dans un éven­tuel dé­part pour le Bar­ça un pa­lier sup­plé­men­taire dans la car­rière du joueur. Le nou­veau cham­pion d’Es­pagne lui of­fri­rait, no­tam­ment, plus de ga­ran­ties pour en­ri­chir un pal­ma­rès qu’il vient seule­ment d’ou­vrir. Mais il n’est pas obli­gé de lais­ser pas­ser l’été pour sou­le­ver un autre tro­phée.

(*) Son pal­ma­rès avant la C 3 : un Eu­ro des moins de 19 ans avec la France ( 2010), un Cham­pion­nat de D 2 es­pa­gnole avec la Real So­cie­dad ( 2010) et une Su­per­coupe d’Es­pagne avec l’At­lé­ti­co ( 2014).

An­toine Griez­mann, en­tou­ré de Lu­cas Her­nan­dez, Saul Ni­guez et Koke, cé­lèbre son se­cond but contre l'OM, mer­cre­di, en fi­nale de la Ligue Eu­ro­pa ( 3- 0).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.