Trois so­cié­tés pour un ra­chat

Le pa­tron de GACP a créé plu­sieurs so­cié­tés qui semblent liées à son pro­jet de reprise des Gi­ron­dins. Les in­ten­tions de son par­te­naire fi­nan­cier sont moins claires.

L'Équipe - - FOOTBALL - MAXIME MALET

NEW YORK ( USA) – Tête d’af­fiche, avec sa so­cié­té Ge­ne­ral Ame­ri­can Ca­pi­tal Part­ners ( GACP), de la reprise des Gi­ron­dins de Bor­deaux, Jo­seph DaG­ro­sa est au­jourd’hui as­so­cié à un fonds d’in­ves­tis­se­ment spé­cu­la­tif, King Street Ca­pi­tal Ma­na­ge­ment, qui n’a au­cun his­to­rique dans le foot­ball ni le sport en gé­né­ral. Et qui ne sou­haite pas s’ex­pri­mer pour l’heure.

DAG­RO­SA, SE­RIAL ENTREPRENE­UR...

Les noms de Jo­seph DaG­ro­sa et de GACP se re­trouvent plu­sieurs di­zaines de fois dans des registres de so­cié­tés de deux États amé­ri­cains ( la Flo­ride et le De­la­ware, fa­vo­rables fis­ca­le­ment), mais aus­si en Grande- Bre­tagne, dans les îles Caï­mans et en France. Par­mi ces nom­breuses so­cié­tés, trois se ré­fèrent à Bor­deaux : FC Bor­deaux Hol­dings ( créé en An­gle­terre le 25 avril ), GACP Bor­deaux Ma­na­ge­ment et G AC P Bor­deaux Part­ners ( fon­dées le 11 juin au De­la­ware). « Ce­la cré­di­bi­lise vrai­ment sa vo­lon­té d'achat » , es­time Bas­tien Drut, éco­no­miste, au­teur du livre Mer­ca­to : l'éco­no­mie du foot­ball au XXIe siècle. D’autres so­cié­tés ayant DaG­ro­sa comme ma­na­ger sont as­so­ciées au foot­ball comme celles ba­sées aux îles Caï­mans ( GACP Pre­mier fut­bol hol­dings et GACP Pre­mier fut­bol Part­ners). « Il s'agit de ju­ri­dic­tions à très faible fis­ca­li­té et il ya­trèsv rai­sem­bla­ble­ment l'idée d'or­ga­ni­ser des mon­tages fi­nan­ciers pour mi­ni­mi­ser l'im­po­si­tion du ( ou des) fu­turs clubs dé­te­nus. »

Hors foot­ball, on trouve quelques so­cié­tés évo­quant le bas­ket­ball et d’autres liées aux cel­lules souches, un do­maine dans le­quel GACP a in­ves­ti 5 mil­lions de dol­lars l’an der­nier. Il y a, en­fin, la Dy­na­mie, une so­cié­té par ac­tions sim­pli­fiée (SAS) fon­dée en France le 16 juillet dont DaG­ro­sa est le seul ac­tion­naire et ad­mi­nis­tra­teur se­lon le greffe.

... IN­TÉ­RES­SÉ PAR LE SPORT

Si Bor­deaux est le pre­mier club de foot vi­sé par l’homme d’af­faires amé­ri­cain, son in­té­rêt pour le sport en lui- même n’est pas nou­veau. « GACP est par­te­naire de Soc­ce­rex USA, un évé­ne­ment très im­por­tant lié au foot­ball » , note Drut. Cette grande con­ven­tion qui traite du bu­si­ness du foot au­ra lieu, pour sa pro­chaine édi­tion nord- amé­ri­caine, à Mia­mi les 15 et 16 no­vembre. DaG­ro­sa et l’un de ses trois fils, Aleck, ( il a éga­le­ment une fille), pos­sèdent et di­rigent Mul­tiRace, or­ga­ni­sa­teur de courses et de triath­lon. « Ils ont ra­che­té la so­cié­té en 2014 et ont donc dé­jà une ex­pé­rience dans le do­maine du sport. DaG­ro­sa a tout de même réus­si à or­ga­ni­ser une course à La Ha­vane alors que Cuba était sous em­bar­go. »

L’ÉNIGME KING STREET CA­PI­TAL

Dé­sor­mais as­so­cié à DaG­ro­sa, King Street Ca­pi­tal Ma­na­ge­ment ( KSCM) est un fonds d’in­ves­tis­se­ment pré­sent dans le monde en­tier. « Il est spé­cia­li­sé dans les ac­tifs dé­co­tés, ce qui lui vaut par­fois d’être qua­li­fié de “fonds vau­tour”, confirme l’éco­no­miste. Je pense que le sec­teur dans le­quel in­ves­tit GACP les in­té­resse as­sez peu et que King Street Ca­pi­tal est sim­ple­ment le fi­nan­ceur. » Avec plus de 20 mil­liards de dol­lars d’ac­tifs gé­rés pour ses dix clients re­ven­di­qués ( mais non iden­ti­fiés) dans la bro­chure of­fi­ciel­le­ment de­man­dée par la SEC, l’au­to­ri­té amé­ri­caine de ré­gu­la­tion des mar­chés, la sur­face fi­nan­cière de l’en­ti­té fon­dée en 1995 ne fait au­cun doute.

« Se tour­ner vers un tel fonds, c'est plus en ac­cord avec le pro­fil de risques de GACP que de cher­cher un fi­nan­ce­ment ban­caire tra­di­tion­nel » , sou­ligne Drut.

Con­tac­té, King Street Ca­pi­tal n’a pas don­né suite. Dans ce mi­lieu, on cultive plu­tôt le se­cret. D’ailleurs, au pied de l’im­meuble où les 211 em­ployés sont ins­tal­lés, à Man­hat­tan, près de Park Ave­nue, à deux blocs de la Trump To­wer, au­cune si­gna­lé­tique ne tra­hit la pré­sence de KSCM. La fa­çon dont ce pro­jet s’ins­crit dans la lo­gique du fonds n’est pas évi­dente au pre­mier coup d’oeil.

« Mais GACP peut avoir un pro­jet de ren­ta­bi­li­sa­tion bien dé­fi­ni qui peut être une autre ex­ploi­ta­tion du stade ou une stra­té­gie sur le mar­ché des trans­ferts du même type que Mo­na­co, il y a à coup sûr une ré­flexion de ren­ta­bi­li­sa­tion. »

L’en­trée en vi­gueur du nou­veau contrat de droits té­lé de la L 1 en 2020 pour­rait être un autre as­pect qui a convain­cu King Street Ca­pi­tal que le fi­nan­ce­ment consen­ti à DaG­ro­sa pour­rait être suf­fi­sam­ment in­té­res­sant pour les in­ci­ter à se plon­ger dans le monde du foot­ball.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.