« L’in­for­ma­teur est serbe, on en est sûrs »

L’Étoile Rouge Bel­grade veut dé­mas­quer la per­sonne ayant aver­ti l’UE­FA des soup­çons de tru­cage du match face au PSG ( 1- 6), le 3 oc­tobre.

L'Équipe - - FOOTBALL - AL­BAN TRAQUET

À Bel­grade, la chasse à la taupe est ou­verte. La di­rec­tion de l’Étoile Rouge est lan­cée sur la piste de l’in­for­ma­teur ayant « tuyau­té » l’UE­FA sur des soup­çons de tru­cage du match per­du par les Serbes à Pa­ris ( 1- 6), en Ligue des cham­pions, le 3 oc­tobre. Le par­quet na­tio­nal fi­nan­cier ( PNF) a ou­vert une en­quête sur les condi­tions de ce ré­sul­tat. Comme l’a ré­vé­lé L’Équipe ( voir notre édi­tion d’hier), un haut di­ri­geant du club bel­gra­dois s’ap­prê­tait à mi­ser, se­lon cet in­for­ma­teur, près de cinq mil­lions d’eu­ros ( avec des com­plices), sur une dé­faite de son équipe par cinq buts d’écart. Et ce di­ri­geant au­rait mis plu­sieurs joueurs ti­tu­laires dans la com­bine.

L’Étoile Rouge a pris contact avec des avo­cats ( dont un en France) pour dé­fendre ses in­té­rêts et sa ré­pu­ta­tion. Il a éga­le­ment dif­fu­sé un deuxième com- mu­ni­qué en deux j ours pour re­je­ter « avec amer­tume toute pos­si­bi­li­té d’im­pli­ca­tion d’un membre du club dans des ac­tions in­ap­pro­priées » . Le texte fus­tige des « ma­ni­pu­la­teurs » et une per­sonne « qui a es­sayé de dis­cré­di­ter tous nos ré­cents suc­cès » . Le club serbe s’en prend à L’Équipe mais aus­si à la Con­fé­dé­ra­tion eu­ro­péenne. « Nous sommes très sur­pris et in­quiets qu’une in­for­ma­tion si peu vé­ri­fiée ait fui­té de l’UE­FA » , ajoute l’Étoile Rouge. Sol­li­ci­té pour sa­voir s’il s’était en­tre­te­nu de cette af­faire avec Alek­san­der Ce­fe­rin ( le pré­sident slo­vène de l’ins­tance conti­nen­tale), Zvez­dan Ter­zic, di­rec­teur gé­né­ral et homme fort du cham­pion de Ser­bie, n’a pas ré­pon­du à notre ques­tion.

Alors, qui peut bien être ce mys­té­rieux in­for­ma­teur ? « Il est serbe, on en est sûrs » , nous af­firme un membre du club bel­gra­dois. Qui ajoute : « Nous sus­pec­tons dé­jà une cer­taine per­sonne. » La même source in­dique que le pro­fil dé­tec­té n’a pas de liens ac­tuels avec l’Étoile Rouge. « Si quel­qu’un a joué avec l’his­toire et la di­gni­té du club, qu’il en paie le prix » , lance Dusan Savic, an­cien at­ta­quant de « Zvez­da » et père du dé­fen­seur cen­tral Vu­ja­din, qui a par­ti­ci­pé à la dé­route des siens au Parc des Princes ( mal ré­ta­bli d’une bles­sure à une cuisse, le j oueur était sor­ti à la pause). « Quand j’ai en­ten­du par­ler de cette af­faire, j’ai ri­go­lé, comme tous les s u p p o r t e r s , p o u r s u i t S a v i c ( 63 ans). Je n’en ai pas en­core par­lé avec mon fils. Mais ve­nir avec cinq mil­lions d’eu­ros… Il faut sor­tir d’un asile pour ac­cep­ter ça, ou être très con. Et il n’y a pas de cons à l’Étoile Rouge. C’est in­ima­gi­nable ! On peut en­vi­sa­ger un tru­cage dans des pe- tits matches ou dans des pe­tits clubs, mais un an­cien cham­pion d’Eu­rope ( en 1991) qui joue la C 1… Se­lon moi, c’est un énorme men­songe ra­con­té par quel­qu’un qui n’aime pas l’Étoile Rouge et qui est ja­loux de ses ré­sul­tats. »

An­cien vice- pré­sident de la Fé­dé­ra­tion serbe, Ivan Cur­ko­vic ( 74 ans), l’ex- gar­dien des Verts, ob­serve la scène de la rive op­po­sée, chez le ri­val du Par­ti­zan Bel­grade, dont il fut long­temps le pat ro n ( d e 1 9 8 9 à 2 0 0 6 ) . « C e s pro­blèmes existent, on voit ce qui se passe dans le foot­ball belge ( confron­té à un vaste scan­dale de cor­rup­tion), dit Cur­ko­vic. Mais je connais bien les di­ri­geants de l’Étoile Rouge, je ne vois pas qui pour­rait oser et au­rait les moyens ma­té­riels de faire ça. Prendre une telle ini­tia­tive, c’est en de­hors de toute lo­gique. J’ai confiance dans la jus­tice fran­çaise et j’ai a prio­ri confiance dans les di­ri­geants de l’ Étoile Rouge. De toute fa­çon, il fau­dra des preuves et al­ler jus­qu’au bout. »

, , “Il faut sor­tir d’un asile pour ac­cep­ter ça DUSAN SAVIC, AN­CIEN AT­TA­QUANT DE L’ÉTOILE ROUGE

Les joueurs du PSG et de l'Étoile Rouge lors du suc­cès pa­ri­sien ( 6- 1), le 3 oc­tobre au Parc des Princes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.