Pi­ca­moles trop court

L'Équipe - - RUGBY - P. P.

On ve­nait à peine d’an­non­cer qu’il avait été élu homme du match. Édim­bourg dis­po­sait dans ses trente- cinq mètres d’une ul­time car­touche à l’amorce de la der­nière mi­nute. Sean Ken­ne­dy, en­tré à la place d’Hen­ry Pyr­gos à la mê­lée, vou­lut aler­ter son ou­vreur, Ja­co Van der Walt. Louis Pi­ca­moles, au­teur de vingt pla­quages, sen­tit le coup, l’an­ti­ci­pa et in­ter­cep­ta le bal­lon. Le ca­pi­taine mont­pel­lié­rain n’eut plus alors qu’une idée en tête : sprin­ter sur trente bons mètres et apla­tir en coin.

Bal­lon ca­lé sous le bras gauche, une vieille ha­bi­tude, Pi­ca­moles sem­bla en me­sure d’al­ler ins­crire l’es­sai du bo­nus. Van der Walt était court. Ken­ne­dy bat­tu. Il re­gar­da une pre­mière fois der­rière, une se­conde, puis ca­va­la de toutes ses ul­times forces. C’est fi­na­le­ment Ch­ris Dean, sur la pe­louse de­puis sept mi­nutes et donc bien plus frais, qui le re­prit à trois mètres de la ligne. Pi­ca­moles ( 61 mètres par­cou­rus) n’eut mal­heu­reu­se­ment pas le ré­flexe de chan­ger le bal­lon de bras pour le raf­fu­ter. En force, il sem­bla pour­tant en me­sure de fi­nir dans l’en­but. Il lui man­qua un de­mi- mètre… « Il re­vient bien, re­grette Pi­ca­moles, et sur­tout il m’at­taque de suite le bal­lon sur son pla­quage et je n’ai pas la pos­si­bi­li­té d’es­sayer de tendre le bras. Il me manque en fait d’un peu de vi­tesse, je vais tra­vailler ça… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.