Gan­so, le ta­lent d’Achille

Trois mois après son ar­ri­vée à Amiens, en prêt du Sé­ville FC, le Bré­si­lien peine à s’im­po­ser. Ses in­dé­niables qua­li­tés ne suf­fisent pas.

L'Équipe - - FOOTBALL - FRANCK LE DORZE

Un pe­tit évé­ne­ment a eu l i eu mar­di soir, à la Li­corne. Pour la pre­mière fois, Pau­lo Gan­so a com­men­cé un match de Ligue 1 et l’ a ter­mi­né, face à Mo­na­co ( 0- 2). Sans être pour au­tant dé­ci­sif. Une fois de plus (*). La si­gna­ture de l’in­ter­na­tio­nal bré­si­lien ( 29 ans , 8 sé­lec­tions) dans la Somme, le 31 août, en prêt du Sé­ville FC, avait beau­coup sur­pris, et in­ter­ro­gé. Il était évident que l’ en­ga­ge­ment à Amiens d’un joueur pré­sen­té comme un fu­tur grand, une dé­cen­nie plus tôt, n’avait été pos­sible que par la baisse si­gni­fi­ca­tive du sta­tut du joueur.

Ses pre­mières fou­lées furent pour­tant pro­met­teuses, avec une passe dé­ci­sive pour son bap­tême de l’herbe, contre Lille ( 2- 3, le 15 sep­tembre), avant une autre face à Di­jon, trois se­maines plus tard ( 1- 0, le 6 oc­tobre). Mais le rythme ne s’est pas vrai­ment ac­cé­lé­ré. Il ne comp­ta­bi­lise que six ti­tu­la­ri­sa­tions. « C’est quel­qu’un qui n’a pas joué pen­dant deux ans, rap­pelle son en­traî­neur, Ch­ris­tophe Pe­lis­sier. Alors, quand on en­chaîne les matches… » On l’a ef­fec­ti­ve­ment peu vu à l’oeuvre en Espagne, quels que furent ses coaches ( 18 matches de Li­ga en deux exer­cices).

Avant son ar­ri­vée en France, il n’avait plus été ti­tu­laire de­puis le 20 dé­cembre 2017, ne j ouant même que 16 mi­nutes lors d’un troi­sième tour pré­li­mi­naire de Ligue Europa, le 9 août. Rien entre les deux, donc. Il a bien par­ti­ci­pé à la pré­pa­ra­tion de sai­son avec le

En concur­rence avec Bod­mer

club an­da­lou, puis a pu par­faire sa condi­tion phy­sique lors des dif­fé­rentes trêves in­ter­na­tio­nales. Le plus sou­vent uti­li­sé en sou­tien de la pointe dans le 4- 2- 3- 1 pré­fé­ren­tiel de son en­traî­neur, le très tech­nique Gan­so ne touche pas énor­mé­ment de bal­lons, en perd peu, c’est vrai, mais pri­vi­lé­giant des trans­mis­sions courtes, sou­vent à une touche, il peine à tou­cher ses at­ta­quants, alors que son coach ap­pré­cie les phases de tran­si­tion ra­pides. Sa pres­ta­tion contre Mo­na­co ré­sume bien son en­tame de sai­son. « Il s’est dé­pla­cé et il a es­sayé d’être dans le pres­sing, ana­lyse Pe­lis­sier. Après, dans un match comme ce­lui- là, face à un bloc bas, j’au­rais ai­mé qu’il trouve des passes un peu plus ver­ti­cales pour faire la dif­fé­rence. » Le manque de pro­fon­deur des at­ta­quants amié­nois ne lui fa­ci­lite pas la tâche, non plus. Sur­tout de­puis l’ab­sence de Mous­sa Ko­na­té ( dés­in­ser­tion mus­cu­laire à l’ad­duc­teur gauche).

Il fau­drait aus­si, que le Bré­si­lien puisse en­chaî­ner da­van­tage, sa­chant qu’à son poste il est en concur­rence avec Mathieu Bod­mer ( 36 ans), re­cru­té il y a dix- huit mois pour évo­luer en dé­fense cen­trale mais qui, ses bles­sures mus­cu­laires ou­bliées, re­trouve une nou­velle jeu­nesse au mi­lieu de ter­rain, en po­si­tion haute. Sans sta­tis­tiques ( 1 but) non plus… Les deux n’ont dé­bu­té qu’une seule fois en­semble contre Di­jon ( 1- 0, le 6 oc­tobre). Ce soir, Gan­so risque donc de s’as­seoir sur le banc, comme à sept re­prises de­puis le dé­but de sep­tembre. Le voir ti­tu­la­ri­sé une deuxième fois d’af­fi­lée, en quatre jours, se­rait un autre pe­tit évé­ne­ment.

(*) Il avait aus­si dis­pu­té l’in­té­gra­li­té du 16e de fi­nale de la Coupe de la Ligue, à Metz ( L 2, 2- 1), le 31 oc­tobre.

Pau­lo Gan­so me­na­cé par le Mo­né­gasque Pe­lé sous le re­gard de Yous­sef Aït- Ben­nas­ser lors d'Amiens- Mo­na­co ( 0- 2) mar­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.