Read en ap­proche

Le ca­pi­taine all black de­vrait re­joindre le Ra­cing 92 après la Coupe du monde 2019. A prio­ri pour un contrat court.

L'Équipe - - RUGBY - F. Be. et R. B.

L e m e rc a t o p o s t - C o u p e d u monde re­gorge tou­jours d’af­faires clin­quantes. C’est aus­si simple qu’une his­toire de cycle qui se ter­mine. Tous les quatre ans, la ques­tion la plus brû­lante reste la même : qui va ré­cu­pé­rer quel All Black ? Après la Coupe du monde 2015, Tou­lon avait fer­ré Ma’a No­nu, quand la Sec­tion Pa­loise at­ti­rait Con­rad Smith et Co­lin Slade. Mais le coup de sty­lo le plus fu­mant fut l’oeuvre du Ra­cing 92, ca­pable d’en­rô­ler le double cham­pion du monde Dan Car­ter, par­ti cet été au Ja­pon.

Cette fois en­core, le club de Ja­cky Lo­ren­zet­ti est bien par­ti pour ap­pâ­ter un des plus beaux poissons de l’aqua­rium néo­zé­lan­dais. Il est au­jourd’hui en pole- po­si­tion pour en­ga­ger le troi­sième- ligne centre Kie­ran Re a d , d o u b l e c h a m p i o n d u monde ( co mme Ca r t e r ) a u x 148 sé­lec­tions ( pile comme Ri­chie McCaw). Bref, un monstre.

Un temps in­té­res­sé aus­si par le Ja­pon, le meilleur joueur de l’an­née 2013 au­rait re­non­cé à cette hy­po­thèse, pour se concen­trer sur deux des­ti­na­tions : le Ra­cing 92 et un club an­glais.

P e n d a n t l a t o u r n é e d’au­tomne, le joueur, qui au­ra trente- quatre ans et peut- être un troi­sième titre mon­dial lors­qu’il re­join­dra sa nou­velle équipe, a ren­con­tré des di­ri­geants du club

Pour sept mois ?

fran­ci­lien. Le con­tact a été bon et la dé­ci­sion fi­nale ne sau­rait tar­der. En règle gé­né­rale, un ca­pi­taine des All Blacks ne quitte pas le pays juste après une vic­toire en Coupe du monde, his­toire d’as­su­rer au mieux le ser­vice après­sacre. Mais Read a pris la dé­ci­sion de par­tir et l’a an­non­cé à sa fé­dé­ra­tion bien avant le Mon­dial 2019, au Ja­pon. Le joueur des Crusaders a tou­jours confié son e n v i e d e t e n t e r l’ a v e n t u re à l’étran­ger avant que ce­la gêne les études de ses trois jeunes en­fants. En 2019, la fa­mille Read se­ra en­core dans ce temps sco­lai­re­ment ac­cep­table.

D’après nos i nfor­ma­tions, Read a fait sa­voir aux clubs in­té­res­sés qu’il sou­hai­tait un contrat de courte du­rée, idéa­le­ment une « pige » de sept mois, comme celle vou­lue par son com­pa­triote Ben Smith, qui a don­né son ac­cord à Pau.

Dans cette confi­gu­ra­tion, le ta­rif de Read ne se­rait pas as­tro­no­mique pour le Ra­cing. La sai­son pro­chaine, la masse sa­la­riale du Ra­cing bais­se­ra sen­si­ble­ment, avec les ar­rêts ou les départs de Di­mi­tri Szar­zews­ki, Joe Ro­ko­co­ko, Cen­sus Johns­ton et An­to­nie Claas­sen, ac­tuel ti­tu­laire au poste de nu­mé­ro 8.

Kie­ran Read mène le ha­ka des All Blacks au cô­té de Je­rome Kai­no avant France - Nou­velle- Zé­lande ( 19- 24), le 26 no­vembre 2016.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.