Tout un quar­tier pri­vé de té­lé­phone et d’in­ter­net pen­dant un mois

■ Des ha­bi­tants d’or­zil­hac iso­lés après la chute de neige de mai

L'Éveil de la Haute-Loire - - La Une - Phi­lippe Suc phi­lippe.suc@cen­tre­france.om

À quelques mi­nutes du Puy, un vil­lage s’est re­trou­vé sans té­lé­phone ni in­ter­net pen­dant un mois. Pour un re­trai­té le rac­cor­de­ment n’est tou­jours pas réa­li­sé.

De­puis l’épi­sode nei­geux du 13 mai der­nier, un quar­tier d’or­zil­hac, com­mune de Coubon s’est re­trou­vé sans té­lé­phone ni in­ter­net.

Les ha­bi­tants n’ont pas man­qué de si­gna­ler le pro­blème à Orange ain­si qu’à leur opé­ra­teur. Le temps pas­sant, la de­mande s’est trans­for­mée en pro­tes­ta­tion.

« En plus, le ré­seau Orange passe très mal »

La mai­rie, de son cô­té n’est pas res­tée in­ac­tive, adres­sant plu­sieurs fois par se­maine des mails, cour­riers, à l’at­ten­tion de la di­rec­tion ré­gio­nale Orange, mais rien n’y a fait.

Les câbles ont été fi­na­le­ment res­tau­rés. Plu­sieurs tech­ni­ciens sont res­tés sur place trois se­maines pour consta­ter qu’il fal­lait une na­celle. Deux se­maines sup­plé­men­taires ont été né­ces­saires pour ob­te­nir le ma­té­riel.

Mais jus­qu’à ces der­niers jours Anne ma soeur Anne ne vois­tu rien ve­nir ? Il ne s’est rien pas­sé, les ha­bi­tants se sen­tant de plus en plus coupés du monde : sans té­lé­phone, ni in­ter­net, dif­fi­cile de tra­vailler dé­sor­mais pour les col­lé­giens. Que dire des per­sonnes âgées se re­trou­vant sans moyen de com­mu­ni­ca­tion avec l’ex­té­rieur ?

De même était­il im­pos­sible pour ceux qui tra­vaillent à dis­tance d’ef­fec­tuer leurs dé­marches.

« En outre le ré­seau Orange passe très mal ce qui n’ar­range rien pour faire en­tendre la si­tua­tion aux opé­ra­teurs » re­marque une ha­bi­tante.

Le plus dif­fi­cile à vivre fût sans doute pour les ha­bi­tants de re­ce­voir des SMS leur in­di­quant que tout était ré­pa­ré… « En tout, à ce jour, trois dos­siers suc­ces­sifs ont dû être créés au­près d’orange sur le même dys­fonc­tion­ne­ment et ce de­puis le 13 mai », ex­plique en­core une ré­si­dente qui ne sou­haite pas être nom­mée.

Ren­sei­gne­ment pris au­près de la mai­rie mar­di, le té­lé­phone était en­fin de re­tour, sauf pour un re­trai­té qui de sur­croît vit seul. Une ha­bi­tante d’or­zil­hac té­moigne : « Dix mai­sons se trou­vaient sans connexion, puis à force de sup­plier un sous­trai­tant d’orange, les tra­vaux de rac­cor­de­ment sont in­ter­ve­nus ». Et cette même per­sonne d’es­ti­mer : « Orange n’étant pas mon four­nis­seur, je pense que l’opé­ra­teur s’est fou­tu de moi ». Et celle­ci d’ajou­ter : « La li­qui­da­tion ju­di­ciaire d’es­cot Te­le­com, sous­trai­tant d’orange n’a sans doute pas fa­ci­li­té les choses ». ■

ISO­LÉS. Des ha­bi­tants d’or­zil­hac com­men­çaient à trou­ver le temps long. De­puis le 13 mai !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.