Né­cro­lo­gie : Eu­gé­nie Delabre

L'Éveil de la Haute-Loire - - Entre Meygal Et Mézenc Dans Nos Communes -

Ven­dre­di 1er juin, en pré­sence de très nom­breux pa­rents et amis, ont eu lieu en l’église de SaintF­ront, les ob­sèques d’eu­gé­nie Delabre, née au foyer Pe­tit­teys­sier, et dé­cé­dée à l’âge de 87 ans. Pour ré­su­mer la vie de « la Gé­nie » rien de mieux que de re­prendre l’hom­mage que lui ont ren­du ses trois fils par la voix de Phi­lippe : « Eu­gé­nie est née le 18 no­vembre 1930 à SaintF­ront. Ses pa­rents sont fer­miers au vil­lage de Cou­teaux où elle gran­dit en­tou­rée de ses deux frères et de sa soeur. En 1953 elle épouse Jacques Delabre son voi­sin du vil­lage de Can­coules. De leur union naî­tront trois gar­çons : Gilles, Phi­lippe et Chris­tian. Jac­quou est tailleur d’ha­bits et très vite ils dé­cident de prendre en gé­rance la co­opé­ra­tive agri­cole qu’ils vont dé­ve­lop­per. On trou­vait de tout chez Jac­quou et Gé­nie : quin­caille­rie, comp­toir pour l’ali­men­ta­tion du bé­tail, ma­ga­sin de sou­ve­nirs, de chaus­sures, vê­te­ments de tra­vail, élec­tro­mé­na­ger, bref l’an­cêtre du su­per­mar­ché. Même la li­vrai­son à do­mi­cile en brouette (pour les bou­teilles de gaz) exis­tait dé­jà. Gé­nie a te­nu le ma­ga­sin du­rant une qua­ran­taine d’an­nées, du ma­tin au soir six jours et de­mi sur sept, sans congés. La plu­part de leurs clients étaient aus­si leurs amis. Plus que com­mer­çante, elle avait au fond d’elle le sou­ci et le sens de l’ac­cueil du client…

Mal­gré une vie très ac­tive, elle était très heu­reuse de l’af­fec­tion de ses trois « ga­ra­gnats » ain­si que de ses belles­filles et très fière de leur réus­site. Ses cinq pe­tits­en­fants et quatre ar­rière­pe­tits­en­fants lui pro­cu­raient une grande joie lors de leurs fré­quentes vi­sites. Sa vie a tou­jours tour­né au­tour de l’église : dans son com­merce et plus ré­cem­ment à la Se­pa­pa, où elle ré­si­dait de­puis un peu plus de deux ans. De sa chambre à la ré­si­dence, dans l’an­cienne école où elle avait ap­pris à lire et à écrire, elle avait une vue im­pre­nable sur le par­vis de l’église. Elle s’est éteinte dou­ce­ment pour re­joindre, comme elle le sou­hai­tait, son Jac­quou ». Ses pe­tits­en­fants lui té­moi­gnaient à leur tour leur af­fec­tion pour cette ma­mie et vieille­ma­mie tou­jours à leur écoute et si com­pré­hen­sive.

Nous pré­sen­tons à ses en­fants et à toute sa fa­mille nos vives et sin­cères condo­léances. ■

DÉ­CÈS. Gé­nie". Eu­gé­nie dite "la

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.