Pour ou contre

■ Au mois de dé­cembre 2017, les élus ont ap­prou­vé l’agran­dis­se­ment du golf du Puy

L'Éveil de la Haute-Loire - - Avant Toute Chose -

Le pas­sage du golf du Puy-en-ve­lay fait dé­bat par­mi les élus. La rai­son ? Le pas­sage à 18 trous

Pour

C’est un vrai ser­pent de mer. De­puis plu­sieurs an­nées, les élus de l’ag­glo­mé­ra­tion se sont pen­chés sur la ques­tion du golf du Puy. Doit­il pas­ser au ni­veau su­pé­rieur en se do­tant de neuf trous sup­plé­men­taires ? Lors du con­seil du 14 dé­cembre 2017, les élus ont ap­prou­vé la dé­li­bé­ra­tion concer­nant l’ex­ten­sion du golf. « Le pas­sage à 18 trous est un ou­til de dé­ve­lop­pe­ment tou­ris­tique im­por­tant », as­sure le pré­sident de l’ag­glo­mé­ra­tion du Puy­en­ve­lay Mi­chel Jou­bert. Un sen­ti­ment par­ta­gé par de nom­breux élus puisque la dé­li­bé­ra­tion avait été adop­tée avec 2 voix contre et 18 abs­ten­tions. Maire de Lis­sac et élue à l’ag­glo­mé­ra­tion, Ch­ris­tine Thi­vat ex­plique son choix. « J’ai vo­té pour parce que le 18 trous peut être un pôle d’at­trac­ti­vi­té tou­ris­tique im­por­tant en fai­sant ve­nir des per­sonnes ai­sées qui dé­pensent ». Même s’il existe dé­jà deux autres golfs en Haute­loire : ce­lui du Cham­bon­sur­li­gnon et ce­lui de la Plaine à Lan­triac. Tou­te­fois, l’élue ai­me­rait, qu’à terme, le golf « soit gé­ré par un pri­vé ». Et même si la dé­li­bé­ra­tion a été ap­prou­vée, les tra­vaux ne sont pas prêts de com­men­cer, même si la dé­li­bé­ra­tion fai­sait état d’un plan de fi­nan­ce­ment avec des aides de la Ré­gion Au­vergne­rhône­alpes, de RTE (Ré­seau de trans­port élec­trique), et du Centre na­tio­nal pour le dé­ve­lop­pe­ment du sport pour un mon­tant to­tal es­ti­mé à 1,5 mil­lion d’eu­ros HT. « C’est une éva­lua­tion qui a été faite. Nous ne connais­sons pas en­core le coût que cet amé­na­ge­ment en­traî­ne­rait », in­dique Mi­chel Jou­bert. « La si­tua­tion est com­plexe. Il pour­rait y avoir des pro­blèmes liés à l’eau. Nous al­lons re­gar­der tout ce­la lors d’une pro­chaine réunion », af­firme­t­il.

En at­ten­dant, un mar­ché de maî­trise d’oeuvre a été pas­sé avec la so­cié­té K Con­sult pour un mon­tant de 91.590 € HT. ■

Contre

L’adop­tion de la dé­li­bé­ra­tion n’a pas fait que des heu­reux. Élu Po­not de l’op­po­si­tion, Laurent Jo­han­ny af­firme : « À mon sens, c’est un gros risque de mon­ter un 18 trous », mais il re­con­naît « l’uti­li­té du golf en tant que 9 trous ». Pour lui, c’est une grosse dé­pense et « je crois que la col­lec­ti­vi­té a d’autres choses à faire ». Un sen­ti­ment par­ta­gé par Cé­cile Gal­lien, la maire de Vo­rey­sur­arzon. « 1,5 mil­lion d’eu­ros c’est une somme consé­quente. Je pense que l’ar­gent pu­blic pour­rait être mieux uti­li­sé ». Ré­no­va­tion des lo­ge­ments, main­tien des ser­vices de proxi­mi­té, aides à l’ar­ti­sa­nat, au com­merce et à la pe­tite en­fance sont au­tant de sec­teurs qui pour­raient être en­core plus ai­dés par la col­lec­ti­vi­té. « L’ar­gent pour­rait être uti­li­sé plus ef­fi­ca­ce­ment pour éga­le­ment lut­ter contre le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique », pour­suit­elle.

Avec deux autres golfs pré­sents en Haute­loire, l’élue de Vo­rey s’in­ter­roge éga­le­ment sur la per­ti­nence de pas­ser à 18 trous sa­chant que le golf en l’état est ac­tuel­le­ment déi­fic­taire tous les ans. « Je suis très du­bi­ta­tive ». Un sen­ti­ment par­ta­gé par Laurent Jo­han­ny qui pense « qu’il faut aus­si se po­ser des ques­tions sur le fonc­tion­ne­ment de la struc­ture et non épon­ger chaque an­née le dé­fi­cit sans rien chan­ger ». En ap­pe­lant à la « so­brié­té de l’uti­li­sa­tion de l’ar­gent pu­blic », Cé­cile Gal­lien au­rait pré­fé­ré que le golf du Puy reste à 9 trous, tout comme Laurent Jo­han­ny, et qu’il soit, à terme, don­né à un pri­vé. Une idée qui a été une nou­velle fois évo­quée lors du der­nier Con­seil d’ag­glo­mé­ra­tion le 25 sep­tembre der­nier. « Je ne sais pas si cette idée a été pous­sée jus­qu’au bout », glisse l’élue de Vo­rey. À l’heure où les fi­nances des col­lec­ti­vi­tés di­mi­nuent d’an­née en an­née, un tel in­ves­tis­se­ment a du mal à pas­ser chez cer­tains élus comme le conseiller d’op­po­si­tion Po­not qui ap­puie : « Cer­taines com­munes, proches de la Haute­loire, comme An­no­nay se sont lan­cées dans un 18 trous et les élus s’en mordent les doigts… » ■

PHO­TO D’AR­CHIVES

CEYSSAC. Le golf est ac­tuel­le­ment de 9 trous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.