Bar­det : « La fraî­cheur se­ra dé­ter­mi­nante »

■ Le Fran­çais est au dé­part, ce sa­me­di

L'Éveil de la Haute-Loire - - Sports L'actu Nationale -

Deuxième du ré­cent cham­pion­nat du monde, le Fran­çais Ro­main Bar­det (AG2R La Mon­diale) es­time que « la fraî­cheur se­ra dé­ter­mi­nante », sa­me­di, dans le Tour de Lom­bar­die, qui conclut la sai­son des clas­siques.

Res­sen­tez-vous tou­jours la même en­vie en fin de sai­son ?

Je suis très mo­ti­vé pour ma der­nière course de la sai­son. Même si je sais que ça va être dif­fi­cile. Je m’at­tends à souf­frir da­van­tage qu’à Inns­brück. J’avais tel­le­ment « men­ta­li­sé » le cham­pion­nat du monde. J’avais tout fait pour être au top ce jour­là. Pour la Lom­bar­die, j’es­père que ça ira. J’ai sen­ti le contre­coup des Mon­diaux. Je pense que c’est le cas de beau­coup. Mes sen­sa­tions n’étaient pas ex­cep­tion­nelles, je res­sen­tais la fa­tigue. J’ai pré­fé­ré ré­cu­pé­rer. C’est la fraî­cheur qui se­ra dé­ter­mi­nante. La forme est là, elle ne va pas dis­pa­raître sou­dai­ne­ment.

Le par­cours semble taillé pour vous…

Je pen­sais que ce se­rait plus dur. Dans ce sens, je ne l’ai fait qu’une fois en course et je n’étais pas dans le coup. J’ar­rive cette fois dans une condi­ tion phy­sique bien meilleure. J’ai dé­jà fait 4e en Lom­bar­die (en 2016) mais c’était plus dur avant le fi­nal, la sé­lec­tion se fai­sait. Je pense que ça va être plus com­pli­qué, plus tac­tique. Il y au­ra en­core beau­coup de cou­reurs au pied du Ci­vi­glio (l’avant­der­nière dif­fi­cul­té). J’es­père avoir les jambes pour faire la sé­lec­tion. La des­ cente est ra­pide, pié­geuse, il faut al­ler la re­con­naître.

La Lom­bar­die est-elle votre clas­sique pré­fé­rée ?

(hé­si­ta­tion) En fin de sai­son, les tra­jec­toires des cou­reurs sont dis­pa­rates, l’état de fraî­cheur compte le plus. Donc, je crois que ça reste Liège­bas­to­gneLiège. Mais c’est une très belle course. C’est en Lom­bar­die que j’ai le plus de chances de faire le meilleur ré­sul­tat. J’ai un ex­cellent sou­ve­nir de ma pre­mière ex­pé­rience au mur de Sor­ma­no. Le Ghi­sal­lo fait par­tie de l’his­toire du vé­lo et l’ar­ri­vée à Côme est my­thique. ■

PHO­TO D’AR­CHIVES JEAN-LOUIS GORCE

FORME. « J’ar­rive cette fois dans une condi­tion phy­sique bien meilleure ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.