■ Pour­quoi y a-t-il au­tant d’eau ?

L'Éveil de la Haute-Loire - - Dossier -

Le mas­sif du Jo­rance s’est for­mé voi­là 10 à 14 mil­lions d’an­nées. En re­froi­dis­sant, l’un des vol­cans, le mont Gros, se fis­sure. Plus ré­cem­ment, il y a quelques mil­liers d’an­nées, la gra­vi­té a en­traî­né une par­tie de la mon­tagne, qui s’est lit­té­ra­le­ment cas­sée, avant de bas­cu­ler du cô­té de l’em­bla­vez et d’ou­vrir une grande frac­ture ain­si que trois plus pe­tites. La cas­sure entre le mont Gros et le puits des Juscles est ap­pe­lée Val­lée sèche, ou val­lon. Le vide a été rem­pli par des ébou­lis dont les blocs an­gu­leux sont très im­por­tants - quatre à cinq mètres de moyenne. Cet en­semble est re­cou­vert par un mi­cro-ébou­lis de gé­li­fi­ca­tion ré­cente et, à cer­tains en­droits, d’un sol fo­res­tier. Les es­paces libres qui se dé­ve­loppent sur le haut des cas­sures des­cendent jus­qu’à 20 m sous la sur­face. Pour An­dré Fro­mant, ils semblent liés aux phé­no­mènes gla­ciaires du mas­sif. Les blocs re­couvrent les es­paces libres rem­plis de neige et de glace. A la fonte, les blocs se sont po­si­tion­nés les uns sur les autres, for­mant une voûte et dé­li­mi­tant les es­paces vides ac­tuels. Les trois failles sont qua­si­ment per­pen­di­cu­laires à la grande frac­ture. Elles se dé­ve­loppent entre 20 et 90 mètres sous la sur­face. Leur orien­ta­tion est plein sud et sud-ouest. Le bas­sin géo­lo­gique de l’em­bla­vez est fait de marnes. L’ar­gile quelles contiennent offre une très bonne étan­chéi­té. L’hy­po­thèse avan­cée par le Césame, et plau­sible se­lon dif­fé­rents géo­logues, est que la par­tie du vol­can ef­fon­drée a été sta­bi­li­sée dans sa pro­fon­deur par les marnes de l’em­bla­vez. Celles-ci, sous la pres­sion, au­raient for­mé un bour­re­let. C’est ce bour­don d’ar­gile qui per­met­trait aux ca­vi­tés du Puits des Juscles de conte­nir l’eau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.