L'Equipe

Fabinho, singulier car pluriel

Après s’être révélé à Monaco au poste de latéral droit, le Brésilien excelle depuis le début de saison comme milieu axial.

- VINCENT VILLA (avec ÉRIC FROSIO)

À l’image d’une pièce de monnaie précieuse, Fabinho possède un côté pile et un côté face, qui brillent tous les deux. « Une fois, Jardim m’a confié qu’il était l’un de ses joueurs les plus

importants, raconte Éric Roy, consultant pour beIN Sports. Il est toujours bon et sa polyvalenc­e permet de régler bien des soucis. » Le Brésilien (23 ans) offre effectivem­ent une grande richesse tactique à son coach, car il patrouille cette saison au milieu de terrain après avoir longtemps circulé à la périphérie de l’équipe, comme latéral droit.

Du dépannage au service à plein temps

Au plus haut niveau, le passage entre ces deux postes n’est guère évident, même si un postulat affirme que les très bons joueurs peuvent s’adapter à d’autres positions, grâce à leur talent, qui sert de passe-partout. « Comme lui, il y a Kimmich (Bayern) qui peut occuper les deux places avec la même efficacité, note Élie Baup, qui intervient également sur beIN Sports. Et Guerreiro joue milieu

axial gauche à Dortmund.Mais il s’agit de schémas à trois, avec moins de compensati­ons à effectuer. »

Fabinho, lui, compose un duo avec Tiémoué Bakayoko, en plein coeur de l’équipe, qu’il irrigue par son activité et sa justesse. « Il est grand et athlétique, mais aussi rapide et endurant, alors que c’est rare de combiner les deux, considère Roy, luimême ancien milieu axial. Il couvre beaucoup de terrain, possède une technique très sûre et se montre intelligen­t dans le jeu. Sans oublier un bon jeu de tête, une bonne frappe de balle et la capacité à marquer de temps à autre. En plus, il tire les penalties, il peut donc supporter la pression. Il est si performant dans l’entrejeu que Jardim a fini logiquemen­t par l’installer là où il lui arrivait de rendre service. » Son dépannage à ce poste sur le terrain d’Arsenal (3-1, en huitièmes de finale aller de C 1), le 25 février 2015, demeure d’ailleurs comme une luxueuse illustrati­on de sa polyvalenc­e.

Au fond, c’est comme si sa carrière était faite d’allers-retours, le long de la ligne de touche comme latéral ou d’un poste à l’autre. « S’il a débuté arrière droit, il était aussi milieu défensif vers la

fin (en moins de 20 ans), raconte Danilo Benjamim, un de ses anciens entraîneur­s au Paulinia FC, où Fabinho a évolué entre 2005 et

2011. En fait, au début, il n’était pas considéré comme un des meilleurs au club. Mais, à dixsept ans, il est devenu vraiment fort, rapide, avec une qualité technique très précise. C’était un latéral très offensif. Et on aimait bien sa grande intelligen­ce tactique. C’est aussi pour ça qu’on l’a fait jouer au milieu : il comprenait vite et bien. Et comme il savait tout faire balle au pied, c’était facile pour lui de s’adapter à un autre poste. Durant la Copa Sao Paulo (équivalent de la Gambardell­a), il jouait latéral, mais pouvait passer au milieu en cours de match. On surprenait l’adversaire. C’était une arme en plus. » Qui compte, aussi, dans l’arsenal monégasque.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from France