Les ma­chines à fa­çon­ner les sabots partent au mu­sée

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - DU CÔTÉ D’AIGURANDE -

À LOUR­DOUEIX-SAINTMI­CHEL, DA­NIEL BAR­RET, ME­NUI­SIER À LA RE­TRAITE,

vient de re­mettre en état des ma­chines à fa­bri­quer les sabots ayant ap­par­te­nu à son père, sa­bo­tier à la Da­vi­dière. Ces ma­chines as­sez rares sont à nou­veau en état de marche et vont par­tir pour un mu­sée dans la Drôme. Da­niel Bar­ret se ren­dra sur place en mai pour for­mer l’ani­ma­teur car ce mu­sée or­ga­nise des ma­ni­fes­ta­tions au­tour des vieux ou­tils. « Ces deux ma­chines, la fa­çon­neuse et la creu­seuse, de la mai­son Bau­din, de Lur­cy-Lé­vis dans l’Al­lier, ont été ache­tées en 1947 par mon père à une époque où la de­mande en sabots était im­por­tante, ex­plique Da­niel Bar­ret. Au­pa­ra­vant, il fa­bri­quait les sabots à la main pour sa clien­tèle lo­cale. Avec ces ma­chines, il a en­ga­gé un ou­vrier et, chaque se­maine, un ca­mion ve­nait prendre li­vrai­son de sabots pour la Cor­rèze. » L’ou­vrier uti­lise un ron­din d’aulne en­core vert qu’il met dans la ma­chine la­quelle pos­sède un ga­ba­rit en forme de sa­bot et le co­pie à l’iden­tique en cinq mi­nutes. Cette ébauche de sa­bot est en­suite mise dans la creu­seuse qui va évi­der l’in­té­rieur sur le même prin­cipe à l’aide d’une cuillère ac­tion­née mé­ca­ni­que­ment. C’est tout sim­ple­ment ma­gique ! Reste à exé­cu­ter les fi­ni­tions ma­nuel­le­ment et à po­ser la gar­ni­ture.

ÈLe Lour­douei­sien Da­niel Bar­ret a res­tau­ré les ma­chines ache­tées par son père en 1947.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.