Yan­nick Le Cleac’h prêt pour dix jours d’as­sauts à Bourges

1 500 es­cri­meurs de 108 na­tions sont at­ten­dus aux Mon­diaux ca­dets-ju­niors jus­qu’au 10 avril.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - SPORT -

Du ven­dre­di 1er au di­manche 10 avril, Bourges se­ra l’hôte des cham­pion­nats du monde ca­dets-ju­niors d’es­crime. Pré­sident de la Ligue d’es­crime du Centre et co­pré­sident avec An­tho­ny Pi­non du co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion des mon­diaux d’es­crime de Bourges ( COMEB), Yan­nick Le Cleac’h pré­sente une com­pé­ti­tion né­ces­si­tant un bud­get de 500 000 € et la par­ti­ci­pa­tion de 200 bé­né­voles. Dans quelles condi­tions cette com­pé­ti­tion pres­ti­gieuse a- t- elle été at­tri­buée à Bourges ? Yan­nick Le Cleac’h : Bourges a été choi­sie pour ac­cueillir les cham­pion­nats du monde ca­dets-ju­niors d’es­crime à l’is­sue d’un vote lors du con­grès de la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale d’es­crime qui s’est dé­rou­lé, il y a un an, à Rome. La ville avait can­di­da­té suite à une étude de fai­sa­bi­li­té. Les Mon­diaux se dé­rou­le­ront au CREPS (Centre Ré­gio­nal d'Edu­ca­tion Phy­sique et Spor­tive) et au Pra­do, des in­fra­struc­tures com­pé­ti­tives. Le CREPS dis­pose no­tam­ment d’im­menses pla­teaux spor­tifs. La ville bé­né­fi­cie- t- elle dé­jà d’une ex­per­tise dans ce do­maine ? Y. L. C. : Oui, car nous avions dé­jà or­ga­ni­sé les cham­pion­nats d’Eu­rope se­niors en 2003 ain­si que les cham­pion­nats d’Eu­rope ju­niors en 2009 au Pa­lais d’Au­ron. Ce­la nous avait per­mis de dé­mon­trer toute la com­pé­tence de nos bé­né­voles. Quel est le pro­gramme de ces Mon­diaux ca­dets- ju­niors ? Y. L. C. : La com­pé­ti­tion concer­ne­ra les ca­dets du ven­dre­di 1er au lun­di 4 avril. À par­tir du mar­di 5, les ju­niors en­tre­ront en lice. En­fin, du ven­dre­di 8 au di­manche 10 avril, place aux équipes. Les fi­nales se dé­rou­le­ront au Pra­do, tan­dis que le reste des épreuves se tien­dront au CREPS. Com­bien d’ath­lètes at­ten­dez- vous pen­dant ces dix jours ? Quelles na­tions do­minent l’es­crime mon­diale dans la dis­ci­pline ? Y. L. C. : Nous at­ten­dons plus de 1 500 ath­lètes et 108 na­tions. Les pays qui règnent sur la dis­ci­pline sont l’Ita­lie, la Rus­sie, les États-Unis, la Co­rée du Sud et la Chine, sans ou­blier la France. Quid de la dé­lé­ga­tion fran­çaise et de ses chances à Bourges ? Y. L. C. : En tout, 48 ath­lètes tri­co­lores se­ront pré­sents à Bourges (24 ca­dets et 24 ju­niors). Tous se­ront lo­gés au CREPS. C’est un vé­ri­table suc­cès d’y ac­cueillir la dé­lé­ga­tion fran­çaise. Deux sa­breuses tri­co­lores de la ré­gion Centre- Val- de- Loire ont même leurs chances chez les ju­niors au sabre, une arme in­tro­duite à Bourges par le maître Yves Col­longe. Ma­non Bru­net d’Or­léans fi­gure dans le Top 4 et de­vrait au moins par­ti­ci­per aux JO de Rio en équipe. Elle vi­se­ra le titre en in­di­vi­duel. Toute autre place se­rait une dé­cep­tion. Mar­gaux Rik­fiss est un peu en des­sous mais a aus­si toutes ses chances. La France vise au fi­nal quatre à cinq mé­dailles, dont deux en or. Quelles sont les par­ti­cu­la­ri­tés du sabre, de l’épée et du fleu­ret ? Y. L. C. : Le sabre est da­van­tage axé sur la vi­tesse ; l’épée, consi­dé­rée comme une arme de pa­tience, sur la tac­tique. Le fleu­ret al­lie vi­tesse et sens tac­tique. Il s’agis­sait de l’arme d’ap­pren­tis­sage des rois à par­tir du XVIIIe siècle. Tra­di­tion­nel­le­ment, les épéistes sont plus grands (plus de 1,90 m). Les ré­flexes doivent être au top, car c’est la ra­pi­di­té de mise en ac­tion qui compte. Bourges pour­rait- elle ac­cueillir un jour une épreuve olym­pique ? Y. L. C. : Les épreuves de­vraient plu­tôt se dé­rou­ler au Grand Pa­lais à Pa­ris. Mais Bourges pour­raient par­fai­te­ment ac­cueillir les en­traî­ne­ments en han­di­sport. Le CREPS de Bourges est le pôle fran­çais de ré­fé­rence en la ma­tière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.