Centre na­tio­nal de tir spor­tif, la construc­tion s’achève

Qua­rante dis­ci­plines pour­ront être pra­ti­quées par les ti­reurs dans ce centre de 80 hec­tares, le plus grand stand de tir d’Eu­rope. Des cham­pion­nats de France ou­vri­ront le feu en juillet.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - ARDENTES - Jean Rou­dier (CLP)

Le Centre na­tio­nal de tir spor­tif de La Mar­ti­ne­rie, un espace de 80 hec­tares si­tué pour par­tie sur la com­mune d’Etre­chet, ac­cueille­ra les cham­pion­nats de France de tir spor­tif de vi­tesse du 26 au 30 juillet et les cham­pion­nats du monde du 18 août au 3 sep­tembre. Plus de 2000 ti­reurs vont se dé­pla­cer pour ces ren­dez-vous, avec sans doute au moins au­tant d’ac­com­pa­gna­teurs. «Nous sommes dans les temps, ex­plique Ber­nard Pin­set, ré­gis­seur des tra­vaux pour la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de tir. Ces pre­miè­res­com­pé­ti­tions­se­dé­rou­le­ront dans de bonnes condi­tions. Néan­moins l’en­semble du site ne se­ra inau­gu­ré qu’en mai 2018».

Une sé­cu­ri­té ir­ré­pro­chable

Pour amé­na­ger le site de com­pé­ti­tion 550 000 m3 de terre ont été trans­fé­rés, 12 000 m3 de bé­ton uti­li­sés ain­si que 1 400 m3 de bois, 14 000 m2 de bâ­ti­ments, 29 km de ré­seaux en­ter­rés et plus de 8 km de buttes im­plan­tés. « Nous vou­lions être ir­ré­pro­chables éco­lo­gi­que­ment et au ni­veau de la sé­cu­ri­té» af­firme Jean-Guy Ser­vier, le com­mer­cial du centre. La terre uti­li­sée pour créer les im­menses buttes de pro­tec­tion a été prise sur place et un acous­ti­cien a in­di­qué les ma­té­riaux à uti­li­ser pour li­mi­ter les nui­sances so­nores. Le stand de tir aux pla­teaux a vu sa butte de terre re­cou­verte d'une géo­mem­brane qui ré­cu­père les plombs. Pour le tir à pe­tite et moyenne dis­tance, le sable se­ra ré­gu­liè­re­ment fil­tré pour ré­cu­pé­rer les plombs. Un expert en ba­lis­tique des tri­bu­naux pa­ri­siens s’est dé­pla­cé pour étu­dier le blin­dage du site de fa­çon qu'au­cune balle ne puisse s’échap­per des dif­fé­rents stands. Le centre com­porte cinq es­paces dis­tincts, presque tous ache­vés. L’ac­cueil se pour­suit par un énorme rec­tangle de 400 m de long. L'espace de tir à 10, 25 ou 50 mètres peut ac­cueillir si­mul­ta­né­ment 300ti­reurs. «Noss­tand­sson­té­qui­pés de cibles élec­tro­niques, c’est un­plus, pré­cise Ber­nard Pin­set. Les ti­reursn'ont­pas­be­soin­de­se­dé­pla­cer

pour voir leur ré­sul­tat» . À cô­té se trouve la fosse olym­pique, un espace de 3 ha, sorte de ball-trap avec 72 lan­ceurs ins­tal­lés dans un tun­nel de 250 m et pi­lo­tés par or­di­na­teur. Tout au­tour sont ré­par­tis les 32 al­véoles de tir spor­tif de vi­tesse d’une sur­face équi­va­lente à un ter­rain de ten­nis. C’est là que se dé­rou­le­ront les pre­mières com­pé­ti­tions cet été. En­fin, l’espace tir longue dis­tance, vé­ri­table cou­loir de 600 m, pour­ra éven­tuel­le­ment être ral­lon­gé à 1000 m. C’est la par­tie du chan­tier pour la­quelle il reste le plus de fi­ni­tions. Dans chaque stand, un espace est ré­ser­vé aux spec­ta­teurs qui au­ront de­vant eux un écran géant leur per­met­tant de

suivre par­fai­te­ment la com­pé­ti­tion, sauf pour la fosse olym­pique qui com­porte une tri­bune de 400 places. « Qua­rante dis­ci­plines dif­fé­rentes pour­ront être pra­ti­quées par les ti­reurs, se fé­li­cite Ber­nard, de l’ar­ba­lète au tir en cos­tumes

d’épo­quea­vec­tout­leu­rat­ti­rail». Il faut ajou­ter à ces tra­vaux le stand B6 de l’ar­mée, com­plè­te­ment re­fait, qui per­met­tra aux com­pé­ti­teurs de ré­gler leurs armes et la ré­no­va­tion com­plète des 30 lo­ge­ments de la Ci­té des Jar­dins qui abri­taient ja­dis les of­fi­ciers et qui, dé­sor­mais, ac­cueille­ront les ar­bitres, per­ma­nents et bé­né­voles de la fé­dé­ra­tion ain­si que les sta­giaires. Le Centre na­tio­nal de tir spor­tif, to­ta­le­ment cli­ma­ti­sé et avec wi­fi consti­tue dé­sor­mais «le­plus­grand stand de tir d’Eu­rope voire du

monde ». C’est à n’en pas dou­ter un atout im­por­tant dans le dé­ve­lop­pe­ment tou­ris­tique du dé­par­te­ment par le nombre de vi­si­teurs qu’il va at­ti­rer. Son coût avoi­si­ne­ra les 25 M€, fi­nan­cés en grande par­tie par la fé­dé­ra­tion elle- même. Ac­cueille­ra- t- il les Jeux olympiques au cas où ceux-ci se­raient at­tri­bués à Pa­ris en 2024 ? « C’est peu­pro­ba­ble­comp­te­te­nu­del’éloi­gne­ment de la ca­pi­tale, ré­pond

Ber­nard Pin­set. Par contre, il est cer­tain que les équipes in­ter­na­tio­na­les­vien­dronts’en­traî­ne­ri­cientre les épreuves ». c

Les tra­vaux sont presque ter­mi­nés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.