Marc Pé­riot

Après 35 ans dans l’en­tre­prise sos­tra­nienne, cet an­cien agent de maîtrise pro­pose d’en­tre­te­nir les tombes mais aus­si des tra­vaux de bri­co­lage pour les par­ti­cu­liers et les com­munes.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - La Une - Do­mi­nique Co­lom­bo (CLP)

Vic­time du plan so­cial de l’en­tre­prise GM&S à La Sou­ter­raine, il a créé son ac­ti­vi­té à Cro­zant.

AC­ro­zant, Marc Pé­riot, 53 ans, vient de créer son en­tre­prise: Sé­pul­ture Ser­vices. Un pas en avant de taille pour cet an­cien agent de maîtrise de GM&S à La Sou­ter­raine, en­tré à l'âge de 17 ans dans l'en­tre­prise avec un CAP d'élec­tro­mé­ca­nique en poche et li­cen­cié en 2017, à l'ins­tar de 156 autres sa­la­riés.

« Rien ne me pré­pa­rait au monde de l’en­tre­prise »

« Une pro­cé­dure est tou­jours en cours de­vant le con­seil de prud'hommes de Gué­ret, ex­plique Marc. Avec 55 de mes an­ciens ca­ma­rades, je me ren­drai à l'au­dience pré­vue le 26 no­vembre. Les ex-GM&S conti­nuent de se battre contre les construc­teurs, don­neurs “d'ordre à la baisse” que sont Re­nault et PSA. Quant à moi, j’ai dé­ci­dé de tour­ner la page, même si on ne peut que re­gret­ter cette vo­lon­té dé­li­bé­rée de ne plus nous don­ner de tra­vail, car le po­ten­tiel chez les construc­teurs est bien là. Nous avons été sa­cri­fiés sur l'au­tel du li­bé­ra­lisme. Cette reconversion n'a pas été simple. J'ai certes été ac­com­pa­gné mais de fa­çon un peu trop ra­pide. Dans ce cadre, j'ai éga­le­ment réa­li­sé une étude de mar­ché pour com­prendre le be­soin de clients qui peuvent ren­con­trer des dif­fi­cul­tés pour en­tre­te­nir des sé­pul­tures par­fois éloi­gnées de leur do­mi­cile. Sans ou­blier une clien­tèle par­fois âgée qui peine à se dé­pla­cer. Rien ne me pré­pa­rait au monde de l'en­tre­prise dont les codes m'étaient in­con­nus. J'avais de­man­dé une for­ma­tion en gestion d'en­tre­prise que je n'ai pas ob­te­nue. J'ai pu suivre un stage de pré­pa­ra­tion à l'ins­tal­la­tion d'une se­maine, c'est mieux que rien, mais ce type de stage est pro­po­sé pour chaque ins­tal­la­tion. En re­vanche, je n'ai pas été in­for­mé de toutes les aides aux­quelles je pou­vais pré­tendre. » Pas en­core hors dé­lais, il pense pou­voir ob­te­nir des aides au­près de la ré­gion Nou­velle-Aqui­taine.

Des ser­vices pro­po­sés dans un rayon de 40 km

Ini­tia­tive Creuse a ai­dé Marc Pé­riot à ob­te­nir un prêt pour lan­cer son en­tre­prise. Il de­vra le rem­bour­ser, mais les condi­tions sont ap­pré­ciables quand on com­mence une ac­ti­vi­té. « J'ai été bien ac­com­pa­gné dans le cadre de la cel­lule de re­clas­se­ment, même si j'au­rais ai­mé être plus in­for­mé », es­ti­met-il au fi­nal.

Dès 2014, un pre­mier plan so­cial l’avait in­ci­té à se pro­je­ter. Peau­fi­nant son pro­jet d'en­tre­pre­na­riat, il l'a fi­na­li­sé en 2017 avant de de­ve­nir son propre pa­tron il y a quelques se­maines. Avec Sé­pul­ture Ser­vices, il se pro­pose d'in­ter­ve­nir dans dif­fé­rents do­maines, no­tam­ment ceux du net­toyage, de l’en­tre­tien et du fleu­ris­se­ment des tombes et des stèles ain­si que de la ré­fec­tion des let­trages. Par ailleurs, le trai­te­ment haute pres­sion des ter­rasses et murs de pierre fi­gure à son ca­ta­logue de ser­vices qui com­prend éga­le­ment des tra­vaux de net­toyage, de bri­co­lage et d’en­tre­tien chez les par­ti­cu­liers (homme toutes mains) ou pour les com­munes. Marc Pé­riot in­ter­vient dans un rayon de 40 km au­tour de Cro­zant, dans la Creuse, l'Indre et la Haute-Vienne. Pas­sion­né par le tra­vail du bois, et plus pré­ci­sé­ment par le tour­nage, Marc pro­duit de nom­breux ob­jets de déco­ration qu'il pré­sen­te­ra à l'oc­ca­sion des mar­chés de Noël. • Contact : Tél. 05 55 89 83 73 ou 06 74 99 29 80. Mail : se­pul­tu­re­ser­[email protected]

▶ Marc Pé­riot dans son ate­lier où il aime tour­ner le bois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.