La vie de Paul Je­dra­siak

Après six mois d’ab­sence suite à sa grave bles­sure au ge­nou droit, le 2e ligne ber­ri­chon pour­rait faire son re­tour face à Lyon, fin no­vembre.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - Sports - An­toine Ber­taux

Le bout du tun­nel est vrai­ment tout proche pour Paul Je­dra­siak. Plus de six mois après sa der­nière ap­pa­ri­tion en Top 14 et sa rup­ture du li­ga­ment croi­sé au ge­nou droit, le jeune 2e ligne ber­ri­chon de­vrait bien­tôt pou­voir re­fou­ler les pe­louses du cham­pion­nat de France. En­core un peu juste pour le match face à Gre­noble (27-27) dé­but no­vembre, il de­vrait tou­te­fois être par­fai­te­ment opé­ra­tion­nel pour la pro­chaine ren­contre de cham­pion­nat face à Lyon (4e), le 25 no­vembre, au stade Mar­celMi­che­lin. « J’ai des four­mis dans les pattes, j’ai vrai­ment hâte de re­jouer, ra­conte le Cas­tel­rous­sin. Face à Gre­noble, je n’avais que vingt mi­nutes dans les jambes et je ne me sen­tais pas d’être rem­pla­çant par res­pect pour mes co­équi­piers. Je trou­vais plus nor­mal qu’un gars au top phy­si­que­ment soit à ma place sur le banc. » Deux se­maines plus tard et après quelques jours de va­cances mé­ri­tées en Ita­lie, le co­losse cler­mon­tois (2 m, 116 kg) es­père cette fois avoir l’oc­ca­sion de fê­ter ses re­trou­vailles avec le pu­blic du Mi­che­lin. D’au­tant plus que les sup­por­ters de la Yel­low Ar­my de­vraient ré­ser­ver un ac­cueil cha­leu­reux à leur 2e ligne, qui vient ré­cem­ment de ré­af­fir­mer son at­ta­che­ment à l’ASM. Convoi­té par de nom­breuses équipes de Top 14, le Ber­ri­chon a en ef­fet dé­ci­dé de pro­lon­ger son aven­ture en Au­vergne de deux sai­sons sup­plé­men­taires. « J’avais d’autres pro­po­si­tions in­té­res­santes de clubs fran­çais, mais j’avais en­vie de conti­nuer à dé­fendre les cou­leurs de mon club for­ma­teur, ex­plique Paul. Ce­la a tou­jours été ma prio­ri­té même si je suis for­cé d’ad­mettre que cer­taines offres étaient ten­tantes. J’ai hé­si­té jus­qu’à une se­maine avant la si­gna­ture. »

Comme d’ha­bi­tude, le jeune in­ter­na­tio­nal tri­co­lore a éga­le­ment pu comp­ter sur le sou­tien de ses proches du­rant cette longue pé­riode de ré­flexion. Si ses pa­rents ont ten­té de ne pas trop in­fluen­cer son choix, il re­con­naît que sa dé­ci­sion de pour­suivre à Cler­mont a plu­tôt fait bien plai­sir à son père. « C’était plus par­ti­cu­lier qu’avec les autres, ré­vèle le joueur au­ver­gnat. Il ne vou­lait pas me le dire ou­ver­te­ment mais je sen­tais qu’il sou­hai­tait que je pro­longe avec l’ASM. Quand je lui ai an­non­cé que je res­tais, il m’a en­fin avoué qu’il pen­sait que c’était la meilleure dé­ci­sion pour moi. » Li­bé­ré de ses pro­blèmes phy­siques et des ré­flexions sur son ave­nir, Paul va dé­sor­mais pou­voir se concen­trer sur ce qu’il aime le plus : jouer au rug­by. Une bonne nou­velle pour Cler­mont qui au­ra plus que ja­mais be­soin de son in­ter­na­tio­nal fran­çais pour re­trou­ver les som­mets du rug­by hexa­go­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.