Da­niel Clé­mente

In­gé­nieur dans le do­maine de l’aé­ro­nau­tique puis en­sei­gnant dans l’élec­tro­nique, ce re­trai­té a écrit le pre­mier jet de son ro­man, La Goutte d’eau, en trois mois.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - La Une - Ma­ga­li Cha­be­nat (CLP)

An­cien in­gé­nieur et en­sei­gnant à la re­traite, cet Ar­den­tais pu­blie son pre­mier ro­man

La Goutte d’eau est le pre­mier ro­man de Da­niel Clé­mente, qui l’a au­toé­di­té chez Li­bri­no­va. Cet Ar­den­tais signe une his­toire tis­sée de trois ré­cits in­times, ceux de deux femmes et d’un homme in­sé­rés dans la grande his­toire. Ces trois in­di­vi­dus vont don­ner nais­sance à trois couples, à des mo­ments dif­fé­rents de leur exis­tence : Ma­rie et Marc quand ils sont étu­diants, Marc et Hé­lène et, en­fin, Ma­rie et Hé­lène, les deux amies qui vont se rap­pro­cher après la dis­pa­ri­tion de Marc, par­ti re­trou­ver son pas­sé. L’écri­vain a vou­lu in­tro­duire dans la fic­tion des évè­ne­ments his­to­riques (1968 et la guerre d’Al­gé­rie). Les cha­pitres de la pre­mière moi­tié du livre, font al­ter­ner la voix des deux femmes, ra­content ce que cha­cune a vé­cu avec Marc, qui re­vient d’un coup et se ra­conte dans la deuxième par­tie. Un ré­cit à trois voix, entre deux pays, entre deux époques, avec en toile de fond cette ques­tion : est-il si in­dis­pen­sable de connaître son pas­sé pour construire un ave­nir ? Ori­gi­naire de Pa­ris, Da­niel Clé­mente a quit­té la ca­pi­tale à l’âge de 20 ans. Il a re­joint Tou­louse et les bancs de l’École na­tio­nale su­pé­rieure d’in­gé­nieurs de construc­tion aé­ro­nau­tique. Une fois di­plô­mé, il a in­té­gré le bu­reau d’études de la fu­sée Ariane 5. Par la suite, il s’est tour­né vers l’en­sei­gne­ment et, en 1987, est ar­ri­vé à Châ­teau­roux comme pro­fes­seur de BTS élec­tro­nique au ly­cée Blaise-Pas­cal. Il est au­jourd’hui re­trai­té. Une fin pleine d’hu­mour L’au­teur a tou­jours ai­mé jouer avec les mots. Ado­les­cent, il écri­vait des poèmes et des chan­sons, qu’il ac­com­pa­gnait à la gui­tare. « Cette fois-ci, ce sont les mots qui se sont amu­sés avec moi. Dans nos vies comme dans celles des per­son­nages, le ha­sard et les coïn­ci­dences guident les des­tins. Ecrire à la pre­mière per­sonne pour les

trois per­son­nages, m’a ai­dé à m’im­mer­ger et à vivre la vie de mes hé­ros. » Le pre­mier jet est sor­ti d’une traite, en trois mois seule­ment. Le texte a en­suite été re­tra­vaillé à maintes re­prises, mais « le plus dur a été de trou­ver une fin, in­dique l’au­teur. Le ré­cit s’est construit au fur et à me­sure au cours de l’écri­ture, je n’avais rien

an­ti­ci­pé. » L’épi­logue, dif­fé­rent du reste du livre par son ton hu­mo­ris­tique, ter­mine ce pre­mier ou­vrage sur une note po­si­tive. Pas­sion­né aus­si par la pein­ture, Da­niel se ré­gale des oeuvres des im­pres­sion­nistes et par­court les mu­sées dès que l’oc­ca­sion se pré­sente. C’est dans un contexte ar­tis­tique qu’il a donc si­tué son deuxième livre, dé­jà en route.

Da­niel et son pre­mier ro­man.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.