La vie de Paul Je­dra­siak

Pour la pre­mière fois de­puis son re­tour de bles­sure, le 2e ligne ber­ri­chon a dis­pu­té l’in­té­gra­li­té de la ren­contre face à Ti­mi­soa­ra en Rou­ma­nie.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - Sports - An­toine Ber­taux

Ir­ré­sis­tibles Cler­mon­tois ! Une se­maine après leur vic­toire pro­bante (23-28) sur la pe­louse de Mont­pel­lier (9e), der­nier fi­na­liste du Top 14, les Au­ver­gnats ont pour­sui­vi leur sans-faute en Chal­lenge cup en s’im­po­sant sur le ter­rain de la mo­deste équipe rou­maine des Ti­mi­soa­ra Sa­ra­cens (4e), sa­me­di der­nier. Une vic­toire bo­ni­fiée (14-47) qui per­met à Cler­mont de conso­li­der son fau­teuil de lea­der. « C’était im­por­tant de main­te­nir notre bonne dy­na­mique ac­tuelle, sur­tout que nos in­ter­na­tio­naux avaient été lais­sés au re­pos pour cette ren­contre, rap­pelle Paul Je­dra­siak, au­teur d’un es­sai. À titre per­son­nel, c’était la pre­mière fois que je dis­pu­tais un match en­tier de­puis mon re­tour de bles­sure. Glo­ba­le­ment, j’ai eu de bonnes sen­sa­tions. Je me suis sen­ti mieux qu’à Mont­pel­lier en tout cas. C’était im­por­tant car, en­core une fois, nous sommes tom­bés sur une équipe rou­maine très sé­rieuse. »

Face à des Rou­mains cou­ra­geux mais li­mi­tés, les Jau­nards ont par­fois fait preuve de quelques mal­adresses en pre­mière pé­riode. Mais ils ont su faire dé­fi­ni­ti­ve­ment la dif­fé­rence au re­tour des ves­tiaires, por­tés par les 400 sup­por­ters de la Yel­low Ar­my – sur 1 000 spec­ta­teurs ! – qui gar­de­ront sans doute un sou­ve­nir im­pé­ris­sable du cadre cham­pêtre du Dan-Pal­ti­ni­sa­nu Sta­dium. Un dé­cor qui a aus­si rap­pe­lé quelques sou­ve­nirs aux hommes de Franck Azé­ma.« C’est vrai qu’on en a un peu par­lé avant le match, re­con­naît Paul. On a tous connu ça du temps où on jouait avec nos équipes en jeunes. C’était un pe­tit clin d’oeil sym­pa. » Au même titre que les matchs dans des stades aty­piques, les nuits à l’hô­tel la veille d’une ren­contre contri­buent éga­le­ment au charme de ces des­ti­na­tions “exo­tiques”. Et ce n’est par­fois pas sans sur­prise. « Gé­né­ra­le­ment, nous sommes deux par chambre, ex­plique le jeune 2e ligne cas­tel­rous­sin. Mais, cer­tains joueurs qui ronflent dorment tout seul. Il ar­rive éga­le­ment que les lits soient trop pe­tits pour les grands joueurs de deuxième ligne. Il faut alors s’adap­ter. C’est pour ce­la qu’en Rou­ma­nie, j’avais aus­si une chambre pour moi tout seul. Je pro­fite alors de ces mo­ments pour me re­po­ser, dor­mir un peu et pour me re­cen­trer sur le match. » Après la Rou­ma­nie, les Jaune et Bleu vont tou­te­fois re­trou­ver des contrées moins in­ha­bi­tuelles lors de la pro­chaine jour­née de Chal­lenge Cup. Les Jau­nards se dé­placent en ef­fet au Pays de Galles pour y dé­fier New­port (3e). « C’est une équipe so­lide, il fau­dra mettre beau­coup de rythme », as­sure Paul. Une pré­pa­ra­tion idéale en vue du choc de Top 14 face au Stade Tou­lou­sain (2e), la se­maine sui­vante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.