Le li­chen de Noël

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - Environnement - Ri­chard Ber­naer Pho­to d’Yvan Ber­naer

IL N’Y A PAS QUE LE HOUX, LE PE­TIT-HOUX, LE TAMIER, L’ÉGLANTIER POUR ENCHANTER l'hi­ver de leurs boules rouges. Il y a aus­si des li­chens mi­ri­fiques : des Cla­do­nies aux apo­thé­cies rouges. Rap­pe­lons que les Cla­do­nies (du grec kla­dos : ra­meau, par al­lu­sion à l'as­pect ra­mi­fié de cer­taines d'entre elles), sont des li­chens com­plexes, tant par leur struc­ture que par leur étude. Elles sont com­po­sées d'un thalle pri­maire, sur­mon­té d'une sorte de pied : le po­dé­tion ou thalle se­con­daire, qui peut être buis­son­nant, en alêne ou en scyphe (en coupe).

Notre Cla­do­nie ap­par­tient à la tri­bu pro­di­gieuse des Coc­ci­nées (des Écar­lates), par ses apo­thé­cies rouges et son thalle pri­maire per­sis­tant et tou­jours bien vi­sible. Au sein de ce groupe, elle s'isole par son ab­sence de ré­ac­tion aux trois ré­ac­tifs chi­miques les plus uti­li­sés en li­ché­no­lo­gie. Par ailleurs, elle se sin­gu­la­rise par son thalle gris ver­dâtre, et par ses po­dé­tions gra­nu­leux, ver­ru­queux ou squa­mu­leux, s'épais­sis­sant sous les grosses apo­thé­cies rouges.

Son nom, Cla­do­nia floer­kea­na

(Fries) Flörke, rend hom­mage au li­ché­no­logue al­le­mand Hein­rich Gus­tav Flörke (1764-1835).

Cette pe­tite mer­veille de la na­ture peut être ob­ser­vée dans les landes du Ro­cher de

la Fi­leuse, sur la com­mune de Saint-Plan­taire. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.