Le syn­di­cat des eaux de l’Igne­raie fore à Vicq-Exem­plet

Pour sé­cu­ri­ser l’ali­men­ta­tion en eau po­table de ses 2 200 abon­nés, le syn­di­cat des eaux de l’Igne­raie a lan­cé le chantier d’un nou­veau puits, es­comp­tant un dé­bit de 80 m3/h.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - Autour De La Châtre - Ca­the­rine Pon­tier

Un fo­rage d’ex­cep­tion se dé­roule ac­tuel­le­ment à Vicq-Exem­plet des­ti­né à four­nir une autre source d’ap­pro­vi­sion­ne­ment en eau po­table aux foyers du syn­di­cat des eaux de l’Igne­raie bien sûr, mais aus­si ceux du sec­teur sud de l’Indre par in­ter­con­nexion. « Nous al­lons cher­cher l’eau à 300 mètres de pro­fon­deur, dans la nappe du trias, ex­plique Re­né Lo­ry, pré­sident du syn­di­cat qui réunit dix com­munes. Nous avons choi­si ce site il y a bien des an­nées dé­jà. Il est iso­lé dans les bois, une si­tua­tion nous pré­mu­nis­sant au maxi­mum des risques de pollution aux ni­trates ou aux pes­ti­cides. »

« La nappe ré­gio­nale est ali­men­tée par les eaux ve­nues du mas­sif cen­tral. Elles cir­culent entre sable et grès du trias », in­dique Ni­co­las Ma­riette hy­dro­géo­logue pour la Sa­fege. En 2013, le syn­di­cat avait lan­cé une étude pour la sé­cu­ri­sa­tion de l’en­semble de la dis­tri­bu­tion d’eau po­table dans le sec­teur sud du département. « Nous avons tra­vaillé et ren­con­tré les dif­fé­rents syn­di­cats des bas­sins de Sain­teSé­vère, Neu­vy ou Val de Creuse, sou­lignent Re­né Lo­ry et William Pe­ters. La Couarde a éga­le­ment pro­cé­dé à un autre fo­rage. Cette étude a fait res­sor­tir qu’en pé­riode de sé­che­resse, le ter­ri­toire pou­vait se re­trou­ver en dé­fi­cit d’eau. D’autre part, les puits qui ali­mentent les 2 200 abon­nés com­mencent à da­ter et l’on peut ima­gi­ner que des tra­vaux se­ront un jour ou l’autre né­ces­saires. Ce fo­rage nous met­tra donc à l’abri. Nous es­comp­tons un dé­bit de 80 m3/heure. Les tests qui vont être en­tre­pris par la Sa­fege, le bu­reau d’études sé­lec­tion­né par le syn­di­cat, nous le di­ront. On tra­vaille pour l’ave­nir, sur le long terme ». Ce fo­rage im­pres­sion­nant par les ma­chines qu’il né­ces­site est réa­li­sé par l’en­tre­prise Van In­gen, de Tour­non-Saint-Pierre. Les 200 pre­miers mètres ont été at­teints avant Noël. Au­jourd’hui, les ma­chines ar­rivent à la pro­fon­deur vou­lue. « Le trou me­sure 800 mm et le tu­bage se­ra de 609 mm, in­dique l’hy­dro­géo­logue. C’est as­sez unique. » Dans quelques jours, il es­ti­me­ra le dé­bit op­ti­mum tout en réa­li­sant dif­fé­rentes ana­lyses sur la na­ture de l’eau, des me­sures de ni­veau d’autres puits pour sa­voir si le pom­page à Vic­qExem­plet a ou pas un im­pact. Plon­ger à de telles pro­fon­deurs puis sé­cu­ri­ser le fo­rage contre les ef­fon­dre­ments, le tu­ber, ins­tal­ler les pompes et ef­fec­tuer les tests sa­ni­taires et en­vi­ron­ne­men­taux a un coût. Il est de 450 000 € TTC, avec des sub­ven­tions de l’Agence de l’eau pour 40 % et du Con­seil dé­par­te­men­tal pour 31 %, le re­li­quat étant à charge du syn­di­cat.

▶ Le syn­di­cat de l’Igne­raie compte dix com­munes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.