Le re­tour des truites sau­vages dans l’Ar­non avec l’AAPPMA

Des truites sau­vages ré­ap­pa­raissent dans les cours d’eau grâce à l’ac­tion de l’Ami­cale des pê­cheurs de Saint-Pierre-les-Bois, Le Châ­te­let et Mor­lac, di­ri­gée par Jean-Pierre Lam­bert.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - Châtelet Du Côté Du - Cin­dy Jouf­fin (CLP)

Il y a trois ans, l’Ami­cale des pê­cheurs AAPPMA de Saint­Pierre-les-Bois, Le Châ­te­let et Mor­lac avait lan­cé un pro­gramme de res­tau­ra­tion d’ha­bi­tats fa­vo­rables à la truite fa­rio et à sa re­pro­duc­tion dans l’Ar­non, au mou­lin de Lau­moy à Mor­lac. « Des blocs de ro­chers avaient été mis en place afin de re­dy­na­mi­ser la ri­vière en re­créant des ra­pides avec du gra­nu­lat né­ces­saire pour fa­vo­ri­ser la re­pro­duc­tion de la truite sur des gra­vières », rap­pelle le pré­sident, Jean-Pierre Lam­bert. En pa­ral­lèle, l’as­so­cia­tion avait res­tau­ré un ruis­seau pé­pi­nière, le ruis­seau des Caves à Mor­lac, en sup­pri­mant les obs­tacles qui em­pê­chaient la re­mon­tée des truites. Des gra­viers avaient été dé­po­sés pour créer un en­vi­ron­ne­ment pro­pice au dé­ve­lop­pe­ment des truites. « De­puis, chaque prin­temps, des ale­vins de truites fa­rio de 1 cm en­vi­ron ont été dé­po­sés à cet en­droit. Cette ac­tion porte le nom d’ale­vi­nage. En sui­vant l’évo­lu­tion de ces ale­vins, des trui­telles de 3 à 5 cm ont été re­pé­rées dès le mois juin », se fé­li­cite le pré­sident. Au fur et à me­sure que le ruis­seau s’épuise au ni­veau du dé­bit, ces trui­telles re­joignent l’Ar­non. Elles sont re­trou­vées en nombre lors des pêches élec­triques or­ga­ni­sées à des fins d’in­ven­taire ou d’échan­tillon­nage.

Un mi­lieu na­tu­rel fra­gile

Pour la pre­mière fois de­puis plu­sieurs an­nées, dans la par­tie res­tau­rée au mou­lin de Lau­moy mais aus­si à Pi­gny, La Prée et au Prédes-Lys, les pê­cheurs et les cu­rieux notent l’ap­pa­ri­tion de frayères. « Les ré­sul­tats sont très en­cou­ra­geants et per­mettent aux ama­teurs de prendre quelques fa­rios sau­vages de 10 à 20 cm.» D’ailleurs, afin de conser­ver l’équi­libre na­tu­rel fra­gile qui semble se mettre en place, il est de­man­dé aux pê­cheurs de prendre quelques pré­cau­tions. « Nous de­man­dons à nos amis pê­cheurs de ne pas ten­ter de re­ti­rer l’ha­me­çon si ja­mais des pe­tites truites sont cap­tées. Ce­la ris­que­rait de cau­ser trop de dé­gâts, alors que l’ha­me­çon s’éli­mine de lui­même en quelques jours, ex­plique Jean Pierre Lam­bert. En de­hors de ces res­tau­ra­tions et de ces amé­na­ge­ments, l’amé­lio­ra­tion de la qua­li­té de l’eau ex­plique en grande par­tie ces réus­sites. À ce stade, une nou­velle pol­lu­tion, même mi­nime, se­rait très cri­tique pour le dé­ve­lop­pe­ment des truites. » Ces ac­tions mises en place au mou­lin de Lau­moy por­tant leurs fruits, le même plan de ges­tion est à l’étude pour le Por­te­feuille à Ba­gneux et à Saint-Pierre-lesBois, sur le par­cours in­ter­dit à la pêche – pro­prié­té de Thier­ry Go­hin, – pour une pro­chaine res­tau­ra­tion du mi­lieu. L’ob­jec­tif pour l’AAPPMA lo­cale étant de re­trou­ver à terme une po­pu­la­tion de truites sau­vages pour évi­ter ain­si les em­pois­son­ne­ments de truites adultes ac­tuel­le­ment né­ces­saires pour sa­tis­faire les pê­cheurs.

▶ D’autres opé­ra­tions de res­tau­ra­tion du mi­lieu sont à l’étude.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.