Vi­site et dé­bats en Ber­ry pour le président Ma­cron

En vi­site dans l’Indre le 14 fé­vrier dans le cadre du grand dé­bat na­tio­nal, le président de la Ré­pu­blique a ren­con­tré les maires dans la ma­ti­née à Gar­gi­lesse avant de se rendre à Déols pour échan­ger avec les ac­teurs éco­no­miques.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - La Une -

Em­ma­nuel Ma­cron s’est vo­lon­tiers at­tar­dé dans les ruelles en­so­leillées de Gar­gi­lesse le 14 fé­vrier au ma­tin.

Il a qua­li­fié de « pa­ren­thèse

en­chan­tée » cette vi­site pré­lu­dant à son dé­bat avec les maires de l’Indre. Tou­jours dans le cadre du Grand dé­bat na­tio­nal, le président de la Ré­pu­blique a ren­con­tré du­rant l’après-mi­di les ac­teurs éco­no­miques de l’Indre réunis à Déols.

Les élus sont des in­ter­lo­cu­teurs pri­vi­lé­giés du grand dé­bat na­tio­nal. Em­ma­nuel Ma­cron l’a rap­pe­lé avant de tendre le mi­cro aux maires in­driens réunis dans la salle de la ferme du châ­teau de Gar­gi­lesse. Le président a pré­ci­sé que les échanges avec les maires lui étaient « très utiles » pour connaître leurs propres pré­oc­cu­pa­tions d’élus sur des su­jets lo­caux ou na­tio­naux mais aus­si pour ap­prendre par leur tru­che­ment « le res­sen­ti de beau­coup de nos conci­toyens. » Dans leurs in­ter­ven­tions, qui ont bien sou­vent dé­bor­dé les deux mi­nutes im­par­ties, les élus de l’Indre ont res­pec­té à la lettre ce pro­gramme.

Mi­chel Blon­deau, maire de Déols, président de l’As­so­cia­tion des maires de l’Indre et vice-président du Conseil dé­par­te­men­tal char­gé de l’ac­tion so­ciale et des so­li­da­ri­tés hu­maines, a in­ter­ro­gé le président sur le manque de per­son­nel dans les mai­sons de re­traite et pour le main­tien à do­mi­cile des per­sonnes dé­pen­dantes. Il a aus­si évo­qué le pro­blème de « l’in­clu­sion nu­mé­rique » po­sé par la per­sis­tance de zones blanches de té­lé­pho­nie mo­bile et d’In­ter­net à très haut dé­bit tout au­tant que par le manque de connais­sances em­pê­chant l’ac­cès de cer­tains ha­bi­tants aux nou­velles tech­no­lo­gies. Le maire de Châ­teau­roux, Gil Avé­rous, s’est plaint des exi­gences

« in­sup­por­tables pour les élus » des ar­chi­tectes des bâ­ti­ments de France, « fonc­tion­naires qui ont le droit de vie et de mort sur les pro­jets. » Il a éga­le­ment de­man­dé le sou­tien de l’État pour créer dans les an­ciens lo­caux de l’Afpa (Agence na­tio­nale pour la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle des adultes) à Châ­teau­roux un centre d’hé­ber­ge­ment dé­dié au Ser­vice na­tio­nal uni­ver­sel, et plus par­ti­cu­liè­re­ment aux jeunes à la re­cherche d’une orien­ta­tion pro­fes­sion­nelle. An­nick Gom­bert, maire du Blanc, a de­man­dé la réou­ver­ture de la ma­ter­ni­té de sa ville. « Je ne se­rais pas res­pon­sable si je vous di­sais qu’elle peut rou­vrir », a ré­pon­du Em­ma­nuel Ma­cron, en rap­pe­lant que le nombre d’actes était in­fé­rieur au mi­ni­mum de sé­cu­ri­té dé­fi­ni par le mi­nis­tère de la San­té. Le président a tou­te­fois re­con­nu que la dé­ci­sion de fer­me­ture et le pro­jet de sub­sti­tu­tion conçu par l’hô­pi­tal de Châ­teau­roux n’avaient pas été suf­fi­sam­ment ex­pli­qués et dis­cu­tés avec les élus et la po­pu­la­tion. Il a ap­pe­lé de ses voeux un « chan­ge­ment de mé­thode. Je veille­rai, a-t-il ajou­té, à ce que le pro­jet mis en place au Blanc […] ap­porte une ré­ponse sur l’en­semble du ter­ri­toire y com­pris en termes de mo­bi­li­té. » Un plan Ac­tion coeur de ville pour les pe­tites villes

Le maire de Mé­zières-en-Brenne,

Jean-Louis Ca­mus, a sou­li­gné les ef­forts des élus et des ha­bi­tants pour s’ins­crire dans la mo­der­ni­té et es­ti­mé que ceux-ci avaient be­soin d’une aide spé­ci­fique afin de ré­soudre leurs « pro­blèmes de dis­tance pour tous les actes de la

vie. » Le maire de Rous­sines et président de la com­mu­nau­té de com­munes Marche oc­ci­tane val d’An­glin, Phi­lippe Gour­lay, a lui aus­si évo­qué une po­li­tique de sou­tien glo­bale à la ru­ra­li­té pas­sant no­tam­ment par le main­tien des ser­vices pu­blics. Le président de la Ré­pu­blique a re­con­nu que les spécificités dé­mo­gra­phiques et les contraintes spa­tiales de­vraient à l’ave­nir être da­van­tage prises en compte, qu’il fal­lait « re­mettre de la dé­mo­gra­phie et de l’es­pace dans notre ap­proche. » Le maire de La Châtre, Pa­trick

Ju­da­let, a dé­plo­ré l’aban­don de l’ex­pé­ri­men­ta­tion Dauge sur la re­vi­ta­li­sa­tion des centres bourgs his­to­riques en voie de dé­ser­ti­fi­ca­tion au pro­fit du pro­gramme Ac­tion coeur de ville, dont La Châtre ne fait plus par­tie. Le maire a par consé­quent sol­li­ci­té l’État pour « nous ai­der à sau­ver les cen­tres­villes et centres bourgs » et sug­gé­ré quelques me­sures concrètes comme des do­ta­tions spé­ci­fiques et des avan­tages fis­caux pour les ac­qué­reurs. Em­ma­nuel Ma­cron ne les a pas écar­tées et a pro­mis un « équi­valent du plan Ac­tion coeur de ville » des­ti­né aux com­munes de moins de 10 000 ha­bi­tants. Une ap­proche par branches sur les sa­laires Le maire de Sainte-Sé­vère et président de la CDC de La Châtre Sainte-Sé­vère, Fran­çois Dau­ge­ron, a sou­hai­té une évo­lu­tion de la conven­tion col­lec­tive des éta­blis­se­ments pri­vés d'hos­pi­ta­li­sa­tion à but non lu­cra­tif de 1951 pour ré­soudre les dif­fi­cul­tés de re­cru­te­ment de la mai­son de re­traite as­so­cia­tive de Sainte-Sé­vère. Il a aus­si dé­plo­ré la ri­gi­di­té du Priac (pro­gramme in­ter­dé­par­te­men­tal d’ac­com­pa­gne­ment des han­di­caps et de la perte d’au­to­no­mie) em­pê­chant l’Éh­pad d’aug­men­ter de trois lits sa ca­pa­ci­té d’ac­cueil.

Ni­cole Sau­get, maire de Gi­roux, près de Va­tan, et agri­cul­trice, a sou­le­vé le pro­blème de la trans­mis­sion des ex­ploi­ta­tions : « Com­ment trans­mettre un ou­til de pro­duc­tion qui ne nous per­met plus de vivre ? » Le maire de Saint-Georges-surAr­non, Jacques Pal­las, a de­man­dé au président de ré­ac­ti­ver l’ap­pel à pro­jets Ter­ri­toires à éner­gie po­si­tive pour la crois­sance verte lan­cé en 2015. Il a aus­si ré­cla­mé des me­sures en fa­veur du pou­voir d’achat, la re­va­lo­ri­sa­tion des pen­sions de re­traite et des mi­ni­ma so­ciaux. Le président de la Ré­pu­blique a ju­gé que l’aug­men­ta­tion gé­né­rale des sa­laires nui­rait à la com­pé­ti­ti­vi­té des en­tre­prises fran­çaises et donc aux sa­la­riés qu’elle était cen­sée fa­vo­ri­ser. Il prône une ap­proche par branches et s’est dé­cla­ré par exemple fa­vo­rable à l’ou­ver­ture de né­go­cia­tions dans celle des ser­vices à la per­sonne où, « au­jourd’hui, la ré­mu­né­ra­tion n’est pas juste », un em­ployé étant contraint d’ac­cep­ter un « temps par­tiel au Smic avec des dé­pla­ce­ments à sa charge », ce qui contri­bue au pas­sage à rendre ces fi­lières peu at­trac­tives. Sur le su­jet du pou­voir d’achat, le président de la Ré­pu­blique a rap­pe­lé la di­mi­nu­tion des co­ti­sa­tions so­ciales sa­la­riales et l’élar­gis­se­ment de la prime d’ac­ti­vi­té dé­ci­dé en ré­ponse au mou­ve­ment des Gi­lets jaunes. Le président du Conseil dé­par­te­men­tal, Serge Des­cout, a sol­li­ci­té la par­ti­ci­pa­tion fi­nan­cière de l’État pour cou­vrir l’in­té­gra­li­té du Ber­ry en très haut dé­bit In­ter­net et pour lan­cer les contour­ne­ments de La Châtre et de Ville­dieu-sur-Indre. Il a aus­si sol­li­ci­té un coup de pouce sur une me­sure « simple et qui ne

coûte rien » : per­mettre aux étudiants en mé­de­cine de Li­moges ori­gi­naires de l’Indre d’ef­fec­tuer leurs stages dans le dé­par­te­ment Le président de la Ré­pu­blique a conve­nu qu’il était sou­hai­table de « flui­di­fier le dia­logue entre les aca dé­mies. » Un train grandes lignes ré­ta­bli à Ar­gen­ton Ré­gis Blan­chet, maire de Bu­zan çais, s’est at­ta­ché à « dé­mon­trer qu’on peut faire du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique de

très haut ni­veau en zone ru­rale. » Sou­li­gnant les dif­fi­cul­tés du monde ru­ral pour at­ti­rer les en­tre­prises, des cadres et du per­son­nel qua­li­fié, il a pro­po­sé de créer un fonds na­tio­nal de so­li­da­ri­té ter­ri­to­riale, pre­mier ja­lon d’une « vé­ri­table po­li­tique éco­no­mique d’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire. » Maire de Cha­bris, Mi­reille Du­voux, a té­moi­gné de son ex­pé­rience mal­heu­reuse de re­cru­te­ment dans le cadre du par­cours em­ploi com­pé­tences et sou­haite la ré­vi­sion de ce contrat ai­dé des­ti­né aux per­sonnes les plus éloi­gnées de l’em­ploi. Gilles Tou­zet, maire de Pris­sac, ap­pelle de ses voeux la créa­tion d’un sta­tut de l’élu, avec des dis­po­ni­bi­li­tés, afin d’évi­ter la crise des vo­ca­tions qui se pro­file ac­tuel­le­ment. Le président s’est dé­cla­ré « fa­vo­rable à ce

qu’on avance » sur cette ques­tion et à ce que les pro­po­si­tions faites par le Sé­nat en oc­tobre soient dé­bat­tues. Le maire de Pou­li­gnySaint-Pierre, Ro­land Caillaud, veut que le gou­ver­ne­ment fasse « sau­ter

les barrières » ad­mi­nis­tra­tives frei­nant le dé­ve­lop­pe­ment de la pro­duc­tion

d’éner­gies re­nou­ve­lables. Em­ma­nuel Ma­cron a re­bon­di sur la né­ces­si­té de rac­cour­cir des « dé­lais qui ne sont plus adap­tés. »

L’ad­mi­nis­tra­tion, dit-il, a com­men­cé à le faire pour la mé­tha­ni­sa­tion et le so­laire pho­to­vol­taïque et, dans une moindre me­sure pour l’éo­lien, qui de­vient « un su­jet de concer­ta­tion lo­cale. » Pres­sée par

l’hor­loge, Ma­rie-Solange Her­men, maire de Ni­herne, a eu le temps de re­gret­ter le manque de sou­tien de l’Ademe pour son pro­jet de géo­ther­mie et le maire de Va­len­çay,

Claude Dou­cet, ce­lui de dé­cla­rer que le tou­risme consti­tuait une « es­pé­rance forte pour le dé­par­te­ment. » Le président de la Ré­pu­blique a pro­fi­té de cer­taines in­ter­ven­tions pour rap­pe­ler et ex­pli­quer les me­sures gou­ver­ne­men­tales dé­jà prises ou en passe de l’être. C’est le cas par exemple sur la té­lé­pho­nie mo­bile et le dé­ploie­ment du très haut dé­bit. Il a éga­le­ment fait ré­fé­rence à la loi Élan (pour l’évo­lu­tion du lo­ge­ment, de l'amé­na­ge­ment et du nu­mé­rique), à la loi Éga­lim (pour l'équi­libre des re­la­tions com­mer­ciales dans le sec­teur agri­cole et ali­men­taire), au Plan d’in­ves­tis­se­ment dans les com­pé­tences ou en­core à la ré­forme de l’as­su­rance chô­mage Si le maire d’Ar­gen­ton, Vin­cen Millan, bien que pré­sent, ne s’es pas ex­pri­mé, la seule an­nonce concrète du dé­bat était des­ti­née à sa com­mune : le ré­ta­blis­se­men du train de 19 h 41 au dé­part de Pa­ris ré­cla­mé par le co­mi­té de dé­fense de la gare, à par­tir du dé­but du mois de mai.

Fré­dé­ric Merl

Le président de la Ré­pu­blique a été ac­cueilli par Va­nik Ber­be­rian, président de l’AMRF.

Le chef de l’État a d’abord ef­fec­tué une vi­site tou­ris­tique de Gar­gi­lesse qu’il a qua­li­fiée de « pa­ren­thèse en­chan­tée ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.