Jean-Claude Gu­run­lian

Ar­ri­vant de la Bras­se­rie de la Gare à Mont­lu­çon, Jean-Claude Gu­run­lian et son épouse Ca­ro­line suc­cèdent à Isa­belle et Bertrand qui te­naient le bar PMU de la place du Mar­ché de­puis neuf ans.

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - La Une - Jean-Charles Lar­deau

Avec son épouse Ca­ro­line, il vient de re­prendre Le Com­merce, le bar PMU de la place du Mar­ché à La Châtre.

Au Com­merce, le ba­rhô­tel-res­tau­rant de la place du Mar­ché, la fer­me­ture du­rant les va­cances de fé­vrier a aus­si été sy­no­nyme de chan­ge­ment de pro­prié­taires. Isa­belle et Bertrand Sou­las, qui étaient à la tête de l’éta­blis­se­ment de­puis neuf ans, partent vers de nou­velles aven­tures et laissent la place à JeanC­laude Gu­run­lian et à son épouse, Ca­ro­line, qui ar­rivent de Mont­lu­çon, où ils ont te­nu la Bras­se­rie de la Gare du­rant huit ans et ce jus­qu’il y a quelques mois.

Ori­gi­naires de Cli­chy­sous-Bois et d’Is­sou­dun

« Nous avons vi­si­té plu­sieurs af­faires mais les grandes villes ne nous bran­chaient pas trop, ex­plique Jean-Claude, 54 ans, ori­gi­naire de Cli­chy-sous-Bois (Seine-Saint-De­nis). Notre ar­ri­vée à La Châtre s’est faite un peu par ha­sard. Nous avons tou­jours une mai­son à Mont­lu­çon et nous avons cher­ché à proxi­mi­té. De plus, Ca­ro­line, ma femme, est ori­gi­naire d’Is­sou­dun. » Avant Mont­lu­çon, le couple, qui a deux grands en­fants, a te­nu un rou­tier en Nor­man­die, dans la ré­gion d’Evreux, du­rant sept ans. A La Châtre, Jean-Claude, cui­si­nier de for­ma­tion, se­ra der­rière les four­neaux tan­dis que Ca­ro­line of­fi­cie­ra en salle et der­rière le bar. « Laë­ti­tia reste au ser­vice avec deux nou­velles ser­veuses et Béa­trice en­tre­tien­dra comme au­pa­ra­vant les dix chambres de l’hô­tel, re­prend Jean-Claude Gu­run­lian. Nous al­lons conti­nuer à pro­po­ser de la res­tau­ra­tion le mi­di du lun­di au sa­me­di avec un plat du jour, une for­mule en­trée, plat et des­sert à 14 et une carte bras­se­rie tra­di­tion­nelle. » Pâ­té aux pommes de terre, tête de veau, ro­gnons, etc. fi­gurent dans les spé­cia­li­tés du pa­tron, dont le mille-feuille et la fo­rêt-noire avaient éga­le­ment leurs fi­dèles dans ses pré­cé­dentes af­faires. Le couple n’en­tend pas ré­vo­lu­tion­ner le fonc­tion­ne­ment de l’éta­blis­se­ment, qui res­te­ra ou­vert 7 jours sur 7, mais sou­haite y im­pri­mer sa “patte”. « Nous conti­nue­rons évi­dem­ment d’ac­cueillir le ca­fé bo­ta­nique men­suel le pre­mier sa­me­di du mois et les joueurs de be­lote le jeu­di après­mi­di quand le ser­vice du mi­di se­ra ter­mi­né, ex­plique Jean-Claude. Nous al­lons éga­le­ment nous rap­pro­cher de l’as­so­cia­tion des com­mer­çants pour ré­flé­chir à ce que nous pou­vons pro­po­ser. » Et les idées ne manquent pas même s’il est en­core un peu tôt pour les évo­quer.

Pas­sion­né de voi­tures an­ciennes – il pos­sède une DS 23 à in­jec­tion élec­tro­nique de 1973 –, JeanC­laude Gu­run­lian va as­su­ré­ment avoir l’oc­ca­sion de ren­con­trer d’autres pas­sion­nés dans le sec­teur de La Châtre, qui n’en manque pas ! Mais, pour l’ins­tant, entre l’em­mé­na­ge­ment dans un ap­par­te­ment cas­trais et la pré­pa­ra­tion de l’ou­ver­ture du Com­merce, sans ou­blier la for­ma­tion pour te­nir le PMU, lui et sa femme n’ont pas chô­mé ces der­niers jours. Ren­dez-vous est donc don­né à 7 h ven­dre­di 1er mars pour l’ou­ver­ture du bar mais il fau­dra at­tendre lun­di 4 mars pour goû­ter à la cui­sine tra­di­tion­nelle fran­çaise du chef, dans la salle ou sur la ter­rasse si le so­leil prin­ta­nier per­dure.

• Contact : Tél. 02 54 48 00 25.

▶ Jean-Claude et Ca­ro­line ont bé­né­fi­cié d’un grand so­leil pour leur ins­tal­la­tion au coeur de la ville.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.