Jeux Zoo­lym­piques

L'Echo du Berry (Édition de l’Indre) - - Sports - Jean FERRÉ au­teur de Du­con et consorts et Les Jeux de de­main ? Des jeux de vi­lains (lu­lu.com)

Pa­ris 2024. Les JO de re­tour au pays de leur ré­no­va­teur, l’em­blé­ma­tique ba­ron de Cou­ber­tin. To­ny Es­tan­guet, le grand pa­tron du fu­tur raout olym­pique pa­ri­got, dé­clare abrup­te­ment : « Les Jeux doivent se connec­ter avec leur époque… aux sports qui car­tonnent… ils doivent avoir une di­men­sion ur­baine et ar­tis­tique… ils doivent par­ler aux jeunes… et faire sor­tir le sport des stades. » Et v’lan passe-moi l’éponge ! Il va y avoir du dé­ga­gisme dans les dis­ci­plines olym­piques. Est-ce, à terme, la fin des vieux sports his­to­riques d’hier ? Les cri­tères du CIO an­noncent la cou­leur pour les pro­grammes à ve­nir : sports jeunes mixtes, pra­ti­qués sur tous les conti­nents, spec­ta­cu­laires pour le pu­blic et qui ne né­ces­sitent au­cune nou­velle in­fra­struc­ture. Trop rin­gardes, trop dé­ca­lées, trop vieillottes, l’es­crime, l’hal­té­ro­phi­lie, la gym et quelques autres di­no­saures olym­piques ? Se­ront mis à l’es­sai à Pa­ris : le surf, l’es­ca­lade, le ska­te­board et le break­dance. À voir ces nou­veaux im­pé­trants, cer­taines pra­tiques d’an­tan, d’un autre temps même, ont du sou­ci à se faire. Comme l’écrit l’his­to­rien du sport Pa­trick Clastres : « Le CIO me­sure de­puis une dé­cen­nie le re­cul de l’in­té­rêt des po­pu­la­tions ur­baines ju­vé­niles pour les sports his­to­riques. » Pre­nez le break­dance qui s’in­vite aux festivités. Né dans les rues de New-York dans les se­ven­ties, le brea­king est un art cultu­rel lié au hip-hop. Un vrai mode de vie, d’ha­bille­ment, d’écoute de la mu­sique, une fa­çon de par­ler, de mar­cher, propres aux ha­bi­tants du Bronx. Avec des dan­seurs qui s’af­frontent dans des bat­tles sur une mu­sique uti­li­sant uni­que­ment des lignes de basse et de bat­te­ries. Sûr que ça dé­fri­se­ra les mous­taches du ba­ron. Danse ou sport ? Et pour­quoi pas le par­kour, cet art du dé­pla­ce­ment ur­bain po­pu­la­ri­sé par les ya­ma­ka­si, ces sa­mou­raïs des temps mo­dernes qui es­ca­ladent des im­meubles et se dé­placent en fai­sant des fi­gures acro­ba­tiques et bonds ver­ti­gi­neux ? La pétanque, tou­jours sur le car­reau, a les boules et le karaté, en­core au ta­pis, a mal aux dan. L’Olym­pisme n’échappe pas à cette vague du jeu­nisme, ce culte as­so­cié aux va­leurs de la jeu­nesse (beau­té, nou­veau­té, mo­der­ni­té), cette ob­ses­sion à pous­ser du coude la dis­ci­pline dé­mo­dée, ri­dée mais consa­crée par la tra­di­tion pour lui sub­sti­tuer une pra­tique no­va­trice, spec­ta­cu­laire et adu­lée par les ados. Le cercle des dé­ci­deurs du CIO de­vrait mé­di­ter cet apho­risme de Vic­tor Hu­go : « Et l’on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens mais, dans l’oeil des vieillards, on voit de la lu­mière. » Peut-être bien que, dans quelques dé­cen­nies, s’or­ga­ni­se­ront des Jeux Zoo­lym­piques, sorte de grande fête des conser­va­toires des sports an­ciens tom­bés dans l’ou­bli, dans la­quelle athlétisme, natation, gym­nas­tique et consorts mon­tre­ront aux en­fants éber­lués, ha­bi­tués des bat­tles de jeux vi­déo, ce qu’étaient les ath­lètes dans les Jeux ré­no­vés du XXIe siècle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.